Le Club

Période 1978 – 1991 : l’ambiance du Parc

Suite et fin de notre saga. Si l’histoire sur le terrain a commencé au début des années 80, celle dans les tribunes s’est construite au même moment.

 

Naissance du KOP

1978 voit l’apparition de la tribune Boulogne. En effet, le prix des places augmente en ce début de saison et les supporters installés dans la tribune K sont obligés de déménager vers la tribune Boulogne. Les joueurs du PSG s’échauffaient de ce côté du Parc depuis 1973 et sa première apparition en division 1. Ainsi, les supporters ont logiquement investi le « futur KOP » pour être au plus près de leurs idoles. L’association des Amis du PSG encadre les jeunes et le « KOP Boulogne »  est la première structure de ce genre en France.

Malgré cela, le PSG peine à se trouver un public. Pire, le Parc est souvent acquis à la cause adverse. Nantes, Saint-Etienne, Bordeaux : les grandes équipes de l’époque font plus rêver que Paris. Mais en 1981, en 16e de finale retour de Coupe de France face, justement, aux Canaris, tout change. Après 30 minutes, les Parisiens mènent 3 à 0 et les spectateurs scandent des “Paris, Paris, Paris”. Victoire sur le terrain (5-3), mais également dans les tribunes. Les dirigeants du club prennent alors conscience du rôle des supporters et offrent des abonnements aux jeunes, en plus des prix attractifs (10 francs (1,5 euro) pour 10 matches !). Si le PSG a mis du temps à trouver un public, le cercle de ses fans s’agrandit rapidement à la suite des bons résultats et de l’appropriation du club par la jeunesse parisienne. Pour preuve, cette finale de Coupe de France en 1982 face aux Verts dans une ambiance électrique. Pas moins de 150 000 personnes s’arrachent des places dans un stade qui ne comporte que 46 000 sièges.  Il y aura finalement 46.160 spectateurs pour cette finale contre Saint-Etienne mais ce record sera battu un an plus tard avec 46.203 spectateurs lors de la finale contre Nantes en 1983 pour sa 2ème Coupe de France de suite.

 

Kop Boulogne, ambiance historique 

En 1985, l’association « Boulogne Boys » est officiellement crée, il s’agira du premier groupe « d’Ultras Parisiens ». Située derrière les buts, la tribune Boulogne, intitulée Kop en référence au Kop d’Anfield de Liverpool, devient rapidement un lieu de soutien inébranlable pour le club. Suivant le modèle anglais, entre hooligans et supporters spontanés, ses partisans vont vite se distinguer par leur violence. Les premiers chants et fumigènes apparaissent en même temps que les premiers incidents et skinheads à tendance nationaliste. Ambassadeur de l’ambiance, le groupe se divise avec la création des Gavroches et Firebirds, sans pour autant perturber la cohésion de la tribune.  Mais en 1989, le KOB prend un tournant radical avec la venue de Serge Ayoub et la création du Pitbull Kop. Vitrine de la Jeunesse Nationaliste Révolutionnaire, association d’extrême droite, le groupe prône l’agressivité. Ce dernier est reconnu officiellement par la direction du PSG pour limiter la violence. On peut donc voir plusieurs croix celtique flotter dans la tribune. Heureusement, la majorité des supporters ne se reconnaît pas dans cet extrémisme politique, mais n’arrive toutefois pas à les maîtriser. 

Mehdi

 

Sources :

L’histoire du PSG de Daniel Riolo, éditions Hugo et Cie.

Documentaire de William Touitou et Jérôme Bénadiner (When we were kids production)