à la uneLe ClubOeil du supporter

PSG v Real Madrid : L’histoire continue

Les mois de février et de mars sont depuis trois saisons un cataclysme pour les supporters parisiens : Dernièrement, une défaite face à Manchester United, l’élimination historique en 2017 face au FC Barcelone et l’échec la saison dernière face au Real Madrid.

Dans le nouveau livre de Paris United, l’avant match de PSG – Real de Madrid est décortiqué. De la défaite au match aller jusqu’à la rencontre au Parc des Princes, vous découvrirez ce qui s’est passé dans le vestiaire parisien.

 

Dès le mois de décembre, le Real de Madrid est dans toutes les têtes.

Le Paris Saint-Germain a écrasé sa phase de poules en finissant premier de son groupe devant le Bayern Munich grâce à son attaque de feu, 29 buts. Neymar, Mbappé, Cavani répondent présents. Le seront-ils dans les phases éliminatoires ?

Au match aller, le PSG s’incline 3-1 à Bernabéu. Les Parisiens avaient pourtant ouvert le score par Adrien Rabiot mais petit à petit le Paris Saint-Germain se fait manger par l’équipe de Cristiano Ronaldo auteur d’un doublé. A l’issue de la rencontre, Rabiot annonce la couleur pour le match retour : « On est des compétiteurs et on va aller chercher la qualification. »

Kimpembe, Mbappé et Neymar postent sur Twitter et Instagram des messages de mobilisation. La star brésilienne publie une photo de lui en compagnie de son ami et capitaine Thiago Silva sous-titrée : « Accepter ou devenir fou. » Un clin d’œil à la relation compliquée entre Silva et le coach car à Madrid il n’était pas titulaire. Vexé, il décidait de réagir, il se démenait à chaque entraînement, il les vivait comme des matchs et multipliait, chez lui, les séances individuelles.

Autre cadre non présent sur le terrain à Madrid : Thiago Motta. L’italien était dans le même état d’esprit que son capitaine : tout donner aux entraînements pour arracher une place de titulaire devant son public. Le milieu de terrain revenait d’une blessure d’un mois et malgré tous ses efforts, Emery et son staff décidaient de ne pas le titulariser, le jugeant incapable de répondre à l’intensité d’un huitième de finale de Ligue des Champions.

Le Brésilien et l’Italien étaient les leaders vocaux du vestiaire. Thiago Motta parlait à chacun de ses coéquipiers, avec des mots concis dans le but de tous les motiver. On apprend dans le livre toutes les déclarations pour mobiliser le groupe. Le coach parisien n’a de cesse de répéter que ses joueurs vont se qualifier.

L’attitude des cadres durant les entraînements sera contagieuse. Mbappé, Cavani et Dani Alves s’entraînent comme s’ils disputaient ce retour de huitième de finale.

Malgré une préparation sérieuse, Unai Emery aurait vu dans les yeux de ses joueurs, durant l’échauffement d’avant-match, que la rencontre était perdue d’avance.

Avant de pénétrer sur la pelouse, le vestiaire parisien était dans la confession. Le coach fut le premier à prendre la parole : « Moi j’ai confiance en vous, vous êtes les meilleurs, je le sais, je le vois. » Le passage le plus fort du discours est au début où il prévient ses joueurs : « Ce soir on a le choix : soit on est les vainqueurs de l’Europe et on le devient aux yeux du monde entier (…) ou alors vous mourrez comme l’année dernière. »

Unai Emery sait mobiliser ses joueurs, son CV parle pour lui et il sait surtout qu’il joue sa place à la tête de l’équipe parisienne. Après ce discours, Thiago Silva, Dani Alves, Marquinhos, Neymar et Thiago Motta mobilisent le groupe. Leur message est anglé sur la tactique : il faut prendre les Madrilènes à la gorge, mettre de la folie ! Le terrain a malheureusement parlé : défaite 2-1.

Le coach espagnol n’est donc pas parvenu à booster son équipe et à transformer Thiago Silva en chef de meute. Même si l’attitude de Thiago Silva durant les entraînements et dans le vestiaire était irréprochable, pour son coach, il n’est toujours pas un leader.

Pierre Vaisques

Visuel en-tête : Graphic UNTD