à la uneAprès matchOeil du supporter

PSG v Nîmes, victoire méritée pour la reprise selon les Expected Goals

Après les matches amicaux en Allemagne et une tournée chinoise ponctuée par la victoire dans le  trophée des Champions, le PSG retrouvait la Ligue 1 face à un Nîmes Olympique transformé. Les Rouge et Bleu ont réussi leur entrée en matière et ont validé leur première victoire de la saison de manière tout à fait méritée selon les analytiques.

 

En effet, les Expected Goals(1) (noté xG) valorisent l’ensemble des occasions parisiennes à un total de 3,73 contre 0,33 pour les Nîmois. A ce titre on peut donc considérer que les Parisiens ont mérité leur 3 buts d’écarts au tableau d’affichage.

De plus, au-delà du volume de tirs largement en faveur du PSG, il faut noter la discipline des hommes de Tuchel dans leur prise de décision de tirer puisque 75% de leurs tirs ont été réalisés depuis la zone de danger(2) (notée DZ), zone du terrain où le taux de conversion est le plus important. Pour contextualiser ce chiffre, il faut savoir que la moyenne en Ligue 1 est autour de 40%.

Un jeu de possession haut et conservateur

Pour créer autant de danger, les Parisiens se sont appuyés sur un jeu de possession haut, patient et plutôt conservateur.

Cette possession haute en 4-3-3 est clairement visible en se concentrant sur la position moyenne des joueurs lors des ballons touchés offensivement (avant le premier remplacement). Les points gris montrent l’intégralité des ballons reçus en attaque par l’ensemble des joueurs parisiens. Cette carte de position moyenne met en évidence une densité de jeu entre la ligne médiane et les 35 mètres adverses, zone dans laquelle le PSG a travaillé pour construire ces attaques placées. Un des autres éléments intéressants à souligner offensivement est le positionnement et le rôle de Mbappé et Sarabia. Tous les deux ont réussis à être touchés plus haut et plus constamment que Cavani et pourtant ils avaient tous deux des rôles différents

 

Avant les 35 mètres adverses, les 2 joueurs ont plutôt cherché à conserver le ballon et ont réalisé peu de passes progressives (gain de 10 mètres ou plus, en bleu) ou de passes dans la surface (en rouge). La tendance de Mbappé à rechercher les combinaisons avec des passes courtes est aussi clairement visible ici.

La grande majorité du travail de progression du ballon est revenu au duo Verratti-Marquinhos ultra présent au milieu.

Ces cartes de progression montrent comment les compères n’ont pas hésité à chercher de longues diagonales pour faire progresser le jeu.

De plus leur activité défensive indéniable leur a permis de récupérer 15 ballons à eux deux, soit un peu plus d’un tiers des ballons récupérés par le PSG au cours du match.

Verratti et Marquinhos les fers de lance défensif

Cette présence défensive est caractérisée par leur couverture du terrain en situation défensive comme on peut le voir ci-dessous.

Si la profondeur des interventions de Marquinhos est due à son repositionnement en fin de match après la sortie de Thiago Silva, son activité au milieu lui a tout de même permis de couvrir une bonne partie de la largeur du terrain dans sa zone et aussi d’aller chercher les adversaires assez haut.

Verratti quant à lui à eu tendance à être exporter dans ses interventions sur la gauche du terrain, faute aux visiteurs dont le trio Alakouch-Bobichon-Ferhat a été le plus actif avec le ballon comme le montre la carte de positionnement moyen des Nîmois ci-dessous.

Un autre élément intéressant à souligner ici est la capacité qu’ont eu les joueurs du PSG à ne laisser que peu entrer leurs adversaires dans leur surface et dans la zone 14 (zone juste avant la surface).

En effet avec un PPDA(3) de 3,4, les hommes de Tuchel n’ont pas laissé les Gardois respirer de même lorsque ceux-ci avaient le ballon et ont réussi à ne pas s’exposer de façon dangereuse ou régulière.

(1)  Les Expected Goals correspondent à un modèle mathématique qui valorise la probabilité de chaque situation de tir à être transformée en but. La valeur brute de chaque situation est matérialisée par un chiffre entre 0 et 1 (0 démontrant la probabilité nulle de marquer, 1 démontrant le bu à coup sûr).
L’addition de la valeur de toutes les situations d’un match donne le nombre de buts que l’équipe moyenne aurait marquer dans les mêmes situations.

(2) La zone de danger est la zone dont la largeur correspond aux 6 mètres et qui va de la ligne de but à l’entrée de la surface.

(3)  PPDA : Pass Per Defensive Action. Exprime le nombre de passes moyen qu’une équipe accorde à son adversaire avant de tenter une action défensive au-delà de ses 40 mètres. Plus ce chiffre est bas, plus le pressing de l’équipe est intense.

 

Analyse réalisée par Foot en Stats

Paris United

GRATUIT
VOIR