à la uneLes anciens du PSGOeil du supporter

PSG : Ronaldinho, Pauleta, Ibrahimović … Ces instants de génie restés sans récompense

La belle histoire du Paris-Saint-Germain sest écrite dans ses victoires mais aussi dans ses déconvenues. Parmi ces déceptions, survivent ces actions de génie où les acteurs ont échoué de peu à marquer ce but inoubliable.

 

De la légendaire Madjer de Rai aux coups de génie de Neymar, en passant par le boulet de canon européen de Bruno N’Gotty ou encore le scorpion façon Charles-Edouard Coridon, l’histoire du PSG regorge de buts magnifiques qui accompagnent nos souvenirs de supporters. Pourtant, certains coups de poker, d’audace voire de folie ne figureront jamais dans les best-of car il manque l’essentiel : le but. La rédaction de Paris United partage avec vous une liste, non-exhaustive, des gestes originaux qui n’ont pas fait mouche.

 

Ronaldinho, inarrêtable pour la défense lorientaise

Des artistes, le PSG en a eu quelques-uns dans son histoire. Mais Ronaldo De Assis Moreira dit Ronaldinho a imposé son propre style, mêlant l’instinct, le génie et la légèreté. Le genre de joueur qui ferait tomber amoureux du football n’importe quel quidam.

Souvenez-vous, 30 janvier 2002. Au Parc des Princes, le PSG accueille Lorient (5-0) et mène déjà quatre à zéro quand Ronnie s’élance sur le côté droit. Ses dribbles mettent le feu dans une défense lorientaise dépassée. Le Brésilien laisse pas moins de six joueurs sur le carreau et parvient même à glisser un grand pont dans le panier garni. Pour stopper la coqueluche du Parc, le portier des Merlus Sébastien Hamel et Nicolas Esceth-N’zi se jettent et envoient la balle en corner.

 

Face à l’OM, coup du sombrero et reprise de Jérôme Leroy

Autre jour, autre lieu. 9 mars 2003 au Stade Vélodrome, Ronaldinho orchestre un récital de haute facture (0-3). L’autre artisan de cette partition est Jérôme Leroy. Le Parisien s’offre un doublé et remue le couteau dans la plaie marseillaise avec une insolence technique quasi-parfaite. A la 68minute, proche du poteau de corner, il se joue de Manuel Dos Santos d’un coup du sombrero du pied droit avant d’envoyer une superbe reprise du pied gauche en direction de la lucarne de Vedran Runje. Le portier olympien se détend et détourne la balle sur son poteau.

 

Le coup du scorpion de Pauleta face à Auxerre

C’est le geste qui a failli effacer des tablettes le scorpion de Charles-Edouard Coridon face à Porto (2-0), en Ligue des Champions, le 20 octobre 2004. Si le but de l’ancien lensois est spontané et surtout improvisé, la reprise de Pauleta est équilibrée et presque maîtriséà la perfection (bah oui, il manque l’essentiel).

A la 82minute du 16de finale de Coupe de France, le PSG mène un but à zéro grâce à un CSC de Stéphane Grichting. Rudy Haddad joue rapidement un coup-franc et lance Cristian Rodriguez sur le côté droit. L’Uruguayen centre pour Pauleta mais le ballon est trop en retrait. L’aigle des Açores tente alors un coup du scorpion qui va échouer sur la barre transversale de Fabien Cool, le portier auxerrois

 

La folle chevauchée de Lucas

Une carrière peut-elle se jouer sur une action ? L’aventure parisienne de Lucas Moura au PSG aurait pu (dû?) prendre une autre tournure ce soir de Classique, le 2 mars 2014. Paris reçoit Marseille (2-0) et le Brésilien sapprête à faire rugir les travées du Parc des Princes.

On approche du quart d’heure de jeu et le score est toujours vierge. L’ancien joueur de Sao Paulo reçoit la balle dans son camp et la samba peut démarrer : d’un coup de rein, il danse avec André Ayew, évite son tacle, et fend la défense olympienne tel un couteau brûlant dans du beurre.

Lucas fonce plein axe, ses adversaires semblent au ralenti, le Brésilien se présente devant Steve Mandanda et pique sa balle au-dessus du gardien marseillais. Le cuir file vers le but mais Rod Fanni sauve les siens en taclant la balle en corner.

Une action magnifique à l’image du passage à Paris de l’actuel attaquant de Tottenham : des fulgurances et un manque d’efficacité.

 

Le retourné scorpion de Zlatan face à Brest

Zlatan Ibrahimović plante ses crampons sur les terrains de Ligue 1 lors de la saison 2012-2013. Durant cette année, il martyrise les défenses françaises et marque 30 buts en 34 matches de championnat. Le géant suédois multiplie les gestes de classe dont celui-ci, le 21 décembre, sur le terrain du Stade Brestois (0-3).

Javier Pastore décale Christophe Jallet. Depuis son aile droite, le latéral centre en direction d’Ibra.

A la lutte avec un défenseur, l’ancien milanais reprend de façon acrobatique. Une sorte de retournée mêlée à une aile de pigeon qui passe de peu à côté des cages de Brest et fait frissonner le public du stade Francis-Le Blé. C’est dans cette même enceinte que l’attaquant parisien sera ovationné le 8 janvier 2014 (2-5) après un triplé. Sacré Zlatan !

 

Bicyclette dIbrahimovic façon Bruce Lee face à Sainté

Les affrontements entre le Suédois et Saint-Étienne ont souvent donné lieu à de beaux combats. Le 16 décembre 2015, en huitième de finale de la Coupe de la Ligue, Paris s’impose dans les derniers instants grâce à un but d’Edinson Cavani (1-0). Mais avec un peu plus de réussite, le club de la capitale aurait pu prendre l’avantage plus tôt. Dès la 25minute.

Sur un corner joué rapidement par le PSG, Marco Verratti trouve Ezequiel Lavezzi qui centre en taclant la balle. Repoussé difficilement par la défense des Verts, le cuir retombe dans le coin des six mètres de Saint-Étienne où Ibrahimović est prêt à cueillir la balle de façon … zlatanesque. Le buteur s’envole façon Olive et Tom et expédie une frappe surpuissante qui va fracasser la barre transversale stéphanoise.

 

Retrouvez l’ensemble des buts en vidéo sur la chaîne YouTube d’Alien Football :

 

Xavier Trèfle pour la Rédaction

Crédits vidéo : Alien Football