à la uneOeil du supporter

PSG : Le bilan de la mi-saison

L’année 2019 touche à sa fin, les joueurs sont partis se ressourcer en famille pour profiter des fêtes durant la trêve hivernale. L’heure est donc au bilan. Que pouvons-nous retenir de cette première partie de saison, quels sont les points positifs et négatifs. L’équipe est-elle plus forte que l’an dernier, peut-elle encore s’améliorer. Essayons d’analyser ces cinq premiers mois afin d’obtenir quelques éléments de réponses.

Un bon mercato estival ?

Les principales attentes du mercato estival étaient de trouver enfin un grand gardien, se renforcer au milieu de terrain tant qualitativement que quantitativement, ainsi qu’une doublure valable à Edinson Cavani. Sur ces trois points, mission accomplie. Keylor Navas est enfin le portier de niveau Ligue des Champions que les Parisiens attendaient depuis des années. Au milieu Pablo Sarabia, Ander Herrera et Idrissa Gueye sont venus garnir un entrejeu beaucoup trop maigre l’an dernier. Et que dire de Mauro Icardi, arrivé dans les toutes dernières heures du mercato. Prévu initialement dans la rotation, il a carrément relégué  » El Matador » sur le banc, profitant il est vrai des nombreuses blessures de l’Uruguayen. Cependant, d’autres renforts étaient attendus, des latéraux et la fameuse sentinelle. On est obligé d’admettre que Juan Bernat et Thomas Meunier ne souffrent pour l’instant d’aucune concurrence, mais surtout, qu’arrivera-t-il si l’un des deux voire même les deux se blessent ? Colin Dagba peine à hausser son niveau de jeu, et Layvin Kurzawa semble être totalement perdu. Même s’il y a eu du mieux au mois de décembre, ce n’est clairement pas suffisant. Pour ce qui est de la pointe basse du milieu à trois, on s’attendait à ce que Gana Gueye occupe ce poste. Hélas Marquinhos n’est toujours pas redescendu en défense centrale, et c’est bien lui qui occupe le poste de sentinelle, lorsque l’équipe évolue en 4-3-3. Car depuis quelques matchs, Thomas Tuchel a préféré un 4-4-2 qui pourrait rebattre les cartes, mais nous y reviendrons plus tard. On peut donc dire sans sourciller que le mercato est plutôt réussi, certaines retouches sont à faire certes, mais l’effectif semble mieux armé cette saison que les précédentes. À noté que Leonardo a su conserver et remobiliser Neymar durant l’été, et avec le retour en force de Leandro Paredes, on pourrait presque parler de recrues.

Le niveau de jeu et les résultats

Après la catastrophe face à Manchester United de l’an dernier, la fin de saison a été d’une médiocrité sans nom au niveau de la qualité de jeu. Que ce fut pénible de regarder des matchs sans la moindre envie. Les joueurs semblaient amorphes, le coach allemand complètement résigné, pire il semblait avoir perdu la confiance des ses hommes. On attendait donc une réponse, un sursaut dès le mois d’août. Malheureusement ce ne fut pas le cas. Trois défaites lors des douze premiers matchs de championnat. Une première sous l’ère QSI. Il est vrai que dans ce laps de temps, les Parisiens avaient corrigé le Réal Madrid au Parc 3-0, mais ce n’était que l’arbre qui cachait la forêt. L’équipe ronronnait, le fond de jeu était absent. Thomas Tuchel n’avais pas su récupérer son leadership. Neymar et Mbappé jouaient seuls dans leur coin. Une atmosphère pesante semblait planer au-dessus du groupe. Comme si tout allait exploser d’un moment à l’autre. Ce moment aurait pu arriver lors du match retour à Madrid. Le PSG s’est fait balader pendant 80 minutes mais repart avec le point du match nul, seulement grâce à un Navas en feu et une double boulette de Varane et Courtois. Et ce qui devait être une soirée catastrophe s’est transformée en un véritable électrochoc. T. Tuchel a pris ses responsabilités avec l’appui de Leonardo et a sifflé la fin de la récréation. Il était temps. Et depuis ce jour, un bloc équipe a pris forme. Les joueurs font enfin les efforts les uns pour les autres, et le coach allemand a pu tenter d’évoluer en 4-4-2 avec les quatre fantastiques alignés sur le pelouse. Un schéma dans lequel Neymar et Mbappé sont obligés de faire les efforts et les font, ou l’on a pu assister à la renaissance de Leandro Paredes. Et surtout un système qui a permis de trouver un plan tactique précis et par la même occasion une qualité de jeu enfin retrouvée.

En conclusion, le bilan semble plutôt pencher du coté positif. Bien sûr, tout n’est pas rose. La qualité de l’effectif peut et doit encore s’améliorer. Les prestations des dernières semaines sont très bonnes, mais difficiles à jauger réellement tant qu’elles seront faites face à des équipes de Ligue 1, ce n’est un secret pour personne, le vrai baromètre du Paris Saint-Germain est la Ligue des Champions. Paradoxalement, les Parisiens semblent avoir suivi le chemin inverse des années passées. Le démarrage  fut poussif mais l’équipe est montée en puissance au fur et à mesure des matchs. Serait-ce de bon augure pour 2020 ?

Paris United

GRATUIT
VOIR