à la uneActualités du ClubAprès matchOeil du supporter

Paredes, tango ou fiasco argentin ? 

Peu convaincant depuis son arrivée l’hiver dernier, Leandro Paredes a encore déçu mercredi soir face à Reims. Mais toutes les critiques envers l’Argentin sont-elles vraiment justifiées ? 

Le tribunal populaire a tranché. Un verdict froid, impitoyable et sans appel, que le jury des réseaux sociaux a rendu public mercredi soir. Coupable ! Sans aucune circonstance atténuante, ni remise de peine. Dans le box des accusés ? Leandro Paredes. Un tocard. Un nul. Un bidon. Ainsi en a décidé Twitter et sa vox populi de canapés.

Il est forcément difficile de prendre la défense de l’Argentin au lendemain de la bouillie proposée lors de ce PSG-Reims. Mais il est tout aussi inconcevable de le faire passer pour un moins que rien au prix exorbitant. On parle là d’un jeune international, titulaire régulier aux côtés de Messi et qui a récemment été désigné dans l’équipe-type de la Copa America.

Si tout cela ne suffit évidemment pas à valider son talent, ses récentes prestations avec sa sélection révèlent un paradoxe parisien. Un de plus diront les mauvaises langues. Celui d’un joueur incapable de reproduire avec son club ce qu’il réalise avec son pays. Preuve que le dossier Paredes est bien plus complexe que toutes ces analyses simplistes et réductrices.

L’ancien de Boca pourrait-il souffrir du montant de son transfert en janvier dernier ? C’est un sujet qu’il n’a jamais évoqué et qui ne semble pas justifier ses sorties neutres, médiocres voire franchement ratées. Pas plus d’ailleurs que son positionnement avec le PSG. S’il a bien été formé comme numéro 10, il est le plus souvent utilisé dans un rôle de sentinelle depuis son arrivée en Europe. Un poste qu’il occupe avec Paris.

Non, pour comprendre et percer le mystère Paredes, il faut prendre un peu de recul, se plonger dans le prisme du collectif et accepter l’idée que l’Argentin n’a jamais évolué dans les bonnes conditions depuis sa signature au PSG. Faut-il vraiment rappeler les semaines post-Manchester et la démobilisation généralisée ? On a connu contexte plus propice à une bonne intégration.

Aura-t-il davantage d’occasions de briller cette année ? Sa première titularisation face à Reims a confirmé pas mal de défauts déjà ciblés lors de ses passages en Italie et en Russie : manque de vitesse dans ses courses, volume de jeu limité, passivité. Mais également tout une palette de qualités (passe, frappe, conservation, orientation) qui ne demandent qu’à s’exprimer dans un bloc haut et resserré.

Car oui, Paredes est un très bon footballeur. C’est une certitude, malgré les sarcasmes et le flot de critiques qui accompagnent désormais chacune de ses sorties. Reste à savoir s’il pourra le démontrer avec le PSG où l’arrivée tonitruante de Gueye, le repositionnement de Marquinhos et la polyvalence de Herrera ne plaident pas la cause de l’Argentin. Mais si le tribunal populaire se trompait ?

@nikop17 pour Paris United

Paris United

GRATUIT
VOIR