Oeil du supporter

Oh Sala…

Exit toute rivalité, place à la fraternité. 

C’est avec la plus grande tristesse que nous avons appris la disparition d’Emiliano Sala.
Disons-le, on l’aime tous cette gueule d’ange. Ce mec un peu maladroit, mais qui pue le romantisme. Battant, valeureux, buteur… de par ses aspects, il nous rappelle un certain Cavani.
Ces derniers temps, Nantes c’était lui. Le finisseur, le sourire, le leader d’une équipe somme toute moyenne. Là, c’est plus à Pauleta que l’on pense…
On comprend ainsi la douleur que doivent ressentir nos amis Nantais mais aussi tout le football français.

Oh Sala,
On aimerait que tu surgisses de nul-part. Pour nous annoncer que tu n’étais pas dans ce putain d’avion.
Comme tu le faisais si bien dans la surface de réparation. Comme ce soir de février 2015 au Parc dans les arrêts de jeu.

C’était le 14 février. Sala, c’est de l’amour…