à la uneLe ClubLes anciens du PSGOeil du supporter

L’Histoire du PSG de 1970 à 1973 : Meilleur/« Pire » joueur

Meilleur Joueur : Jean Djorkaeff

A 31 ans et après quatre saisons passées à l’Olympique de Marseille, c’est à la surprise générale que le capitaine de l’équipe de France rejoint le Paris Saint-Germain, à l’époque fraichement promu en deuxième division. Ancien avant-centre de formation, celui que l’on surnomme « Tchouki » se reconvertit en arrière droit redoutable lorsqu’il rejoint l’Olympique Lyonnais à l’âge de 18 ans. Il remporte une Coupe de France en 1964 avec les Gones, ce qui lui vaut d’être appelé pour la première fois en équipe de France. En 1966, après neuf saisons passées à Lyon et une Coupe du Monde en demi teinte – la France termine dernière de son groupe avec un point – Jean rejoint l’Olympique de Marseille. Il remporte une seconde coupe de France en 1969 et termine vice-champion de France la saison suivante, toujours avec l’OM.

L’été 1970, avec plus de 350 matchs en première division et une trentaine de sélections à son actif, il est le premier joueur professionnel à rejoindre le Paris Saint-Germain, convaincu par le projet sportif du jeune club. Capitaine et véritable métronome de l’équipe, il portera celle-ci en première division, jusqu’à la scission du PSG en 1972. Djorkaeff rejoindra la branche professionnelle du Paris FC dont il portera les couleurs jusqu’en 1974. Il regrettera cependant le divorce de ses « parents » en déclarant : « On était bien à Saint-Germain, nous étions chez nous… Quand nous sommes devenus Paris FC, nous sommes devenus du même coup des enfants perdus. »

Jean prend sa retraite en 1974 à l’âge de 36 ans. Il entraînera l’UG Arménienne de Decines, jusqu’à être nommé adjoint d’Henry Michel, alors sélectionneur de l’équipe de France, de 1986 à 1987. A cette époque, son fils Youri, agé de 20 ans, entamme son parcours professionnel à Grenoble. Dix ans plus tard, il deviendra à son tour une figure emblématique du club de la capitale. En 2000, Djorkaeff senior succède à Bathenay, à la tête de la commission de la Coupe de France qu’il présidera jusqu’en 2013.

Bernard Guignedoux, le premier buteur de lhistoire parisienne  

Dans ses premières années d’existence, il est difficile de trouver un « pire » joueur car le PSG de cette  époque était un mélange d’amateurs et de professionnels. Outre Jean Djorkaeff, un autre joueur se détache, un parisien de petite taille, née près de Paris à Saint-Germain-en-Laye dans les Yvelines, il s’agit de Bernard Guignedoux.

Ce milieu de terrain « de poche » (1m68, 67kg) est arrivé au PSG en 1970 alors que le club est en division 2. Après 2 saisons avec le stade saint-germanois, Guignedoux rejoint logiquement le PSG suite à la fusion des deux clubs. Rapide et dribbleur, Bernard Guignedoux va marquer l’histoire du club. Lors de la première sais on en 1ère division (1971-1972), le club de la capitale termine 16ème du classement mais réalise surtout l’exploit d’aller gagner dans une des places fortes de l’hexagone de l’époque, l’AS Saint-Etienne.

Le 18 septembre 1971, à Geoffroy Guichard, l’équipe parisienne s’attend à souffrir face à des stéphanois qui jouent le haut de tableau. Paris tient le choc face à cette équipe de Saint-Etienne, la défense emmenée par Jean Djorkaeff et tient face aux assauts des verts. Les parisiens font preuve de sérieux et d’abnégation devant plus de 14.000 spectateurs. Avec l’insolence et l’insouciance de la jeunesse (du club), Guignedoux marque le seul et unique but du match à la 20ème minute.

Le milieu parisien récupère un ballon perdu par Jean-Michel Larqué dans le coin gauche de la surface, il s’avance et tire. Castel, le gardien stéphanois touche le ballon mais la frappe de Guignedoux fait mouche, 1-0.

Le PSG conserve le score et s’offre une victoire de prestige face àun des ogres du football français. Cette victoire va asseoir la réputation de « ce nouveau » club.

Guignedoux restera fidèle au club car il deviendra l’entraîneur de l’équipe C, des 15 ans nationaux et puis du Centre de formation tout ça entre 1981 à 2003.

Bernard Guignedoux, 2012, Source : 20 Minutes

Pour l’anecdote, il est le premier buteur de l’histoire du PSG face à Poitiers sur un coup franc qui termine sa course dans la lucarne gauche. Et en décembre 2012, lors du match PSG-Lyon il remet le trophée du 3000ème but marqué par l’équipe parisienne à Ezequiel Lavezzi.

Pierre (rédacteur en chef) et Soufiane

Sources : Wikipédia, “L’histoire du PSG” de Daniel Riolo, Hugo et Cie, YouTube