à la uneAvant matchOeil du supporter

Les enseignements tactiques de Tottenham v Manchester United

Avant la double confrontation que la France du foot attend entre Manchester United et le PSG, il est intéressant de se pencher sur le Manchester United version Solskjær pour tenter d’anticiper les menaces et les opportunités du nouveau système de Manchester pour le PSG.

Dispositif stabilisé en 4-2-3-1 sur le papier, qui est en réalité un 4-4-2 en losange avec Lingard en faux 9, Martial et Rashford sur les côtés et Pogba en 10 qui s’intègre entre Herrerra et Matic en phase défensive et en vrai 10 en position offensive. Pogba passe donc du rôle de remplaçant souffre-douleur d’un coach en manque de reconnaissance à key player d’une des plus grosses écuries du football moderne (financièrement en tous cas).

En position défensive, United joue en bloc bas, avec un (seul) latéral qui couvre les côtés : Martial et Rashford restant au niveau de la ligne médiane, les autres joueurs froment un bloc devant ou dans la surface. L’idée principale de Manchester est de réduire les espaces pour compenser le manque de vitesse de ses milieux et défenseurs.

 

United ou l’anti Tiki-taka

L’équipe de Solskjær ne s’embarrasse pas. Dès le ballon récupéré, une passe en profondeur est immédiatement déclenchée vers Rashford ou Martial pour ne pas subir de (gegen) pressing. Le but principal étant d’éloigner le ballon d’une zone où une éventuelle perte de balle deviendrait dangereuse voire pire, le succès de la passe devenant secondaire.

Si elle est réussie, l’action se poursuit entre 3 ou 4 offensifs talentueux : Rashford, Pogba, Lingard et Martial.
Si elle est ratée, le bloc de United sera en place pour récupérer ou défendre.

Toutes les actions passent par les côtés : soit par Rashford à droite, soit par Martial à gauche. La qualité de passe de Pogba, et parfois de Matic, permet de servir ces deux ailiers dans de très bonnes conditions pour qu’ils jouent un duel lancés en 1v1 contre leur latéral. Même De Gea relance long la plupart du temps pour les chercher. Encore une fois, la réussite de chaque passe a une importance relative ; dans le lot, quelques-unes fonctionneront… Autrement dit, celui qui analysera la performance de United à travers le pourcentage de passes réussies n’aura rien compris aux plans de Solskjær. À noter qu’en position offensive, le reste de l’effectif constitue un bloc devant la ligne médiane, contrôlant les seconds ballons.

 

Passe décisive lumineuse de Pogba vers Rashford, qui se retrouve lancé en 1v1 contre son défenseur

 

Les 4 de devants au pressing 

Le pressing des 3 voire 4 offensifs se fait de manière très intense dans le but de forcer des relances adverses hautes et longues que le bloc des Red Devils peut contrôler aisément. Contre Tottenham, United a parfaitement réussi à éliminer l’inconnue « milieu de terrain » de l’équation de ce match. Le risque d’un effectif disposé en 4-2-4 coupé en deux avec 2 milieux en infériorité numérique restant pourtant bien réel contre un adversaire plus à l’aise techniquement et surtout plus rapide dans la remontée du ballon.

Pressing à haute intensité de Pogba, Lingard & Martial pour bloquer une relance propre

Pour résumer, United mise donc beaucoup plus sur la vitesse que sur le nombre pour marquer. Cette stratégie que l’on pourrait qualifier de « kick and rush moderne » s’avère payante. Après 3 minutes de flottement suite à la blessure puis au remplacement de Sissoko, Tottenham est provisoirement sorti de son match. Pour la 2e fois, Trippier (meilleur latéral droit du monde ???) est maladroit dans l’utilisation du ballon, Pogba punit immédiatement sans construire : passe de 40m dans la profondeur pour Rashford lancé, but.

Observons maintenant les réponses que pourrait apporter le PSG à ce dispositif tactique rudimentaire mais efficace.

Quelles réponses du PSG ?

L’idée de jeu 

Si United joue dans ce système en 1/8e de LdC, l’enjeu pour le PSG sera de réussir à repartir de derrière en se défaisant rapidement du pressing des quatre offensifs, de servir un joueur qui puisse envoyer des passes dans le dos du bloc de United pour les flèches Mbappé, Cavani voire Di Maria. Clairement, le PSG a les passeurs pour réussir cela : Di Maria, Draxler, Verratti, Neymar. Le manque de vitesse et l’agressivité (parfois extrême) du back four (4) de United pourraient provoquer des fautes et des cartons.

Passe en profondeur d’Eriksen après une remontée de balle rapide : la défense d’United est hors de position et court vers son but : DANGER !

En pratique 

En situation de récupération basse, il faut envisager que Verratti se place comme souvent, juste devant la défense pour aider à faire sauter le pressing agressif de Lingard et Pogba.  Il est également indispensable qu’à l’image du match de Liverpool, Neymar dézone au milieu de terrain en phase de transition offensive pour accélérer et verticaliser le jeu, quitte à perdre des ballons. Le schéma de passes verticales idéal serait donc Thiago SilvaVerrattiNeymarMbappé.

En situation offensive contre un bloc déjà regroupé, l’idée est de contourner le verrou central en décalant un ailier. Manchester, ne couvrant les côtés qu’avec un seul latéral, peut être en danger si Mbappé, Neymar ou Di Maria apporte de la vitesse le long de la ligne de sortie de but pour centrer en retrait.

Selon l’orientation de la passe, Trippier peut se retrouver en situation de centre ou de 1v1 contre le gardien.

La finition, le péché mortel des Spurs

Autre clé du match, les joueurs offensifs parisiens devront être meilleurs à la finition que ceux de Tottenham. Mbappé devra se reconcentrer et devenir plus létal sur les 1v1. Décaler un autre attaquant libre, par exemple Cavani, pourrait être une excellente solution plutôt que de jouer le 1v1 de manière systématique contre un De Gea qui a prouvé son talent dans cet exercice contre Tottenham. Point positif à noter : contrairement aux matches contre Napoli ou Liverpool, Kylian Mbappé ne sera pas confronté à un crack défensif comme Van Dijk ou Koulibaly. Celà augmente encore les attentes qui sont placées en lui de la part de Tuchel, de ses partenaires et des supporters.

Contrôler Martial et Rashford

Dernier point, le PSG doit se méfier de la vitesse des ailiers adverses. Dans ce match, les qualités primordiales des latéraux seront la vitesse et la capacité de contrôler des ailiers rapides notamment en les enfermant sur leur côté, au détriment de l’apport offensif. En termes de profil, on pourrait donc préférer Kehrer à droite et Kipembe à gauche au détriment de Bernat et d’un Alves. Marquinhos, dans son rôle de piston entre le milieu et la défense centrale sera tout le match sur le chemin de Pogba, ce qui pourrait être le duel au sommet de cette double confrontation.

 

Conclusion

En essayant de copier la course à l’intensité, lubie actuelle de  Klopp et de Guardiola , Pochettino a fait une grave erreur de lecture sur ce match. Contre ce bloc haut de United, la clé de la victoire résidait dans les pieds d’Eriksen et de Delle Ali ainsi que dans les appels en profondeur de Kane. En manquant de maîtrise avec le ballon et en essayant de sauter constamment le milieu de terrain, Pochettino a permis au bloc de United de défendre en avançant, ce qui correspond à leur qualité physique. Celà a également altéré l’efficacité offensive des attaquants des Spurs (Kane et surtout Delle Ali). En imposant sa stratégie de réduction des espaces, Solskjær a clairement remporté le duel tactique contre Pochettino. Nul doute que Thomas Tuchel en a pris bonne note.

 

Henri Lacoste

Crédits photo : lefigaro.fr

Paris United

GRATUIT
VOIR