Oeil du supporter

Blason : Le logo du PSG a perdu son « esprit »

Créateur desprit dentreprise et conseiller en communication symbolique et cognitive, Patrick Burensteinas a aimablement accepté de se pencher sur deux logos du Paris-Saint-Germain. Lancien, datant de 2002, et le nouveau présenté par les Qataris en 2013. Selon lui, entre les deux, la différence est très marquée : lancien blason « puissant et fédérateur » a laissé place à « une coquille vide ».

 

Depuis sa naissance en 1970, le PSG a connu 8 logos différents. « Logo vient de logos qui signifie La parole de Dieu’ »  explique Patrick Burensteinas, conseiller en communication symbolique et cognitive. « Que ce soit en entreprise ou pour un club de football, le logo est très important car il est quelque chose autour duquel on peut fédérer. Appréhender un logo prend environ 7 secondes pour notre cerveau. Le logo ne doit pas seulement être beau, il doit surtout être en adéquation avec l’Histoire du club et celle que lon veut raconter. »

Alors, que nous signifie le logo du PSG et comment son identité a-t-elle évolué avec l’arrivée des dirigeants Qataris ?

A gauche, le logo du PSG de 2002 à 2012. A droite, le logo du PSG version Qatari créé en 2013.

Esprit vs Profit

Selon Patrick Burensteinas, la création d’un logo commence par la création d’un esprit. « Dans le premier logo, celui de gauche, ressort un esprit, un côté fédérateur, avec une dimension chevaleresque. On peut même y déceler une empreinte militaire, comme un drapeau. Lidentité visuelle est forte et tourne autour du nom « Paris Saint-Germain » écrit de manière unie dans la partie haute du blason. »

De l’avis du créateur d’esprit d’entreprise, l’esprit fédérateur du premier a laissé place à un côté plus vendeur du second, celui de l’image que les Qataris se font de la capitale, celle du luxe : « ‘Luxe signifie la lumière qui descend dans le monde, cest la volonté de briller. On perçoit dans le nouveau logo une impression de brillance, on est dans la recherche du profit, mais cest une coquille vide, une vitrine. On a forcé sur le mot Paris quitte à relégué Saint-Germain en bas en minuscule. Pourquoi ? Parce que Saint-Germain, on sen fiche. En revanche, Paris, oui ! Cest pour ça que les Qataris ont investi, lattraction de la ville lumière. »

 

Concentré vs Dégradé

Si les couleurs Bleu et Rouge de l’emblème parisien renvoient naturellement aux couleurs de la ville de Paris, elles ont également une autre signification. « Le bleu représente la puissance, et le rouge la force. Ici, la puissance est sur le bleu donc sur le nom du club Paris-Saint-Germain. La force est sur la Tour Eiffel. L’énergie de lancien logo est concentrée vers l’intérieur, ce qui le rend plus rassembleur, et les couleurs sont plus marquées. Lancien logo concentre, tandis que le nouvel emblème excentre. »

Sur le blason de l’ère qatarie, le Bleu est dégradé. « Un dégradé, ça veut bien dire ce que ça veut dire. Un dégradé, ça dégrade », fait remarquer Patrick Burensteinas. Ce dégradé n’est d’ailleurs pas positionné n’importe où, il est en haut à gauche de l’emblème, là où l’œil de l’observateur vient se placer en premier : « L’éclairage est opéré sur le mot Paris, dont lagrandissement sest fait au détriment de la Tour Eiffel, dont la présence et donc la puissance ont été amoindries, alors quelle est le « cœur » du logo. » Symboliquement, les Qataris ont enlevé un peu du cœur du club, au profit de ce que peut leur apporter le nom de « Paris ».

 

Enraciné vs Dessouché

Le blason dessiné en 2002 exprime très bien la volonté de créer un esprit club. « La date de création du PSG, 1970, située en dessous du berceau, évoque lidée de naissance et denracinement. » Elle est le socle sur lequel s’est construit le nom de Paris Saint-Germain inscrit plus haut. Des racines que les dirigeants Qataris ont choisi d’oublier en supprimant la date de création du club ainsi que le berceau : « Leur idée était certainement de dessoucher », poursuit Patrick Burensteinas,« ces symboles étaient trop identitaires, trop passéistes, et donc difficiles à conserver lorsque lon prétend devenir une marque mondiale. »

La disparition du berceau (qui rappelait également la naissance de Louis XIV à Saint Germain-en-Laye) et le déplacement du nom de Saint-Germain dans la partie inférieure du blason montre le désir des Qataris de supprimer le lien avec cette ville. D’ailleurs, le camp des Loges, centre d’entrainement des joueurs parisiens, sera bientôt délocalisé de Saint-Germain à Poissy. Le logo conserve malgré tout la fleur de lys, l’un des symboles de Paris, qui se trouve renforcée et dorée au centre de l’emblème. « Ici, la fleur de Lys est un fort symbole royaliste. Pourquoi conserver et même mettre en avant un symbole de royauté ? Noublions pas que le Qatar est une monarchie. »

Paris United

GRATUIT
VOIR