à la uneOeil du supporter

Bilan de la saison 3 sur 4 : Où t’es milieu où t’es ?

Il est le secteur le plus pauvre du Paris Saint Germain. Laissé à l’abandon depuis près de 2 saisons, le milieu du PSG est un véritable champ de ruines, où seul Marco Verratti émerge tel une oasis dans un désert. Pourtant Thomas Tuchel a brillamment su bricoler, avant d’être victime du manque de solutions proposées par son effectif.

 

La saison

Nzonzi, Seri, Fabinho, Lobotka, De Jong, Allan, van de Beek, et la liste est encore longue. Depuis quelques saisons, le milieu de terrain est ciblé comme prioritaire par la direction mais aussi par Tuchel. Chaque mercato, on espère voir ce milieu tant attendu débarquer dans la capitale, et comme chaque année ce n’est qu’un rêve illusoire. L’été dernier, Paris n’aura fait signer aucun milieu de terrain, enchainant les prises de contacts mais sans plus. Le coach parisien attaque donc sa première saison avec Verratti, Nkunku et Rabiot. Un peu faible pour un prétendant au dernier carré européen. Au début de la saison, l’Allemand veut s’appuyer sur « Le Duc » dans son système à double pivot. Mais sa sanction lors du Classique aller, puis ses performances moyennes ont convaincu l’entraineur parisien de le mettre sur le banc. Rajoutez à tout cela son refus de prolonger, et l’ordre imposé par Antero Henrique d’écarter le titi parisien, et Tuchel se retrouve en « Bob le Bricoleur », en alignant soit Marquinhos soit Julian Draxler pour accompagner Verratti. L’on aura même vu le technicien parisien réclamer publiquement le retour d’Adrien Rabiot dans le groupe, ubuesque, mais il s’est heurté au « non » ferme et catégorique du directeur sportif.

Puis l’hiver arriva, et le milieu tant et tant espéré avec : Leandro Paredes. 47 millions d’euros, une signature qui se fait attendre, et l’Argentin débarque dans la capitale. On se dit alors que c’est le premier pas vers la reconstruction de ce secteur… loupé. Arrivé du Zénith Saint- Petersbourg, l’international argentin n’a pas vraiment convaincu, poussant même Tuchel à utiliser Dani Alves dans le cœur du jeu. Il faudra donc tout reprendre une nouvelle fois à zéro cet été.

 

La statistique de la saison 

Paris aura donc passé la saison à jouer avec 1 seul milieu de niveau international en la personne de Marco Verratti. Rabiot out, Nkunku pas au niveau, Paredes et Draxler décevants, il va vite falloir trouver une solution dans ce secteur de jeu. A titre de comparaison, le récent champion d’Europe Liverpool possède 6 milieux de terrain (Fabinho, Wijnaldum, Milner, Keita, Henderson, Oxlade-Chamberlain).

 

Le bilan individuel

Marco Verratti : Comme souvent, « Petit Hibou » a alterné le bon et le moins bon. 38 matchs joués, seulement 3 passes décisives, l’Italien nous a une nouvelle fois laissé sur notre faim cette saison. Ses petits pépins physiques l’auront encore empêché d’enchaîner correctement les matchs cette année. Pour autant, il reste tout de même un homme de base de l’effectif parisien.

Leandro Paredes : Sa venue dans la capitale a été vue comme une libération, elle aura tournée à la déception. Recruté pour 47 millions d’euros, l’Argentin devait être le complément de Verratti dans le double pivot mis en place par Thomas Tuchel, mais il n’a pas vraiment convaincu. Accordons-lui tout de même le bénéfice du doute, lui qui est arrivé hors de forme car le championnat russe était en pause. Il a su tout de même se montrer intéressant par séquences durant les 22 matchs qu’il a disputés. On demande à le voir l’année prochaine avec une vraie préparation physique.

Adrien Rabiot : On y a tous cru, quand lors des matchs de pré-saison Thomas Tuchel lui a confié le brassard de capitaine. On y a une nouvelle fois cru en voyant son début de saison dans une équipe décimée par l’absence des mondialistes, il était un cadre de l’effectif. Et puis « Le Duc » est retombé dans ses travers : nonchalance, absence de combativité, marcher sur le terrain (n’est pas Zlatan qui veut), et en point d’orgue cette sanction lors du OM-PSG. Son refus de prolonger a mis fin à sa saison, sur ordre d’Antero Henrique, après 20 matchs joués. Un beau gâchis en somme, quand on connaît le potentiel du garçon.

Christopher Nkunku : Pas toujours très convaincant le Nkunku. Le jeune milieu formé au club n’aura pas su profiter des absences du début de saison pour prouver à Thomas Tuchel qu’il pouvait compter sur lui cette année. Souvent baladé sur le terrain (milieu, ailier), il n’a pas montré qu’il avait le potentiel pour s’imposer comme un joueur de rotation de l’effectif parisien. Ses 29 matchs joués (pour 4 buts et 2 passes décisives) sont surtout dû à l’absence d’alternative dont disposait Thomas Tuchel cette année.

Julian Draxler : Il a une nouvelle fois eu des opportunités cette saison, il a une nouvelle fois échouer à les prendre. L’international allemand devait cette année faire face à une rude concurrence sur le front de l’attaque, et l’absence de véritables alternatives au milieu ont poussé Tuchel à le tester à ce poste-là. Après des débuts encourageants, il est vite retombé dans ses errements : manque d’engagement, d’agressivité, de prise de risque ou d’initiative. On a revu le Draxler que l’on n’aime pas voir, et ce malgré une qualité technique indéniablement au-dessus de la moyenne. Résultat, 46 matchs, 5 buts, 12 passes décisives, mais aucune prestation qui restera gravée dans les mémoires.

 

Quelle situation la saison prochaine ?

Pour ce mercato d’été, la direction parisienne semble avoir anticipé les besoins de son entraineur. Ainsi, nous vous l’avions annoncé, Ander Herrera devrait bien rejoindre la capitale en provenance de Manchester United, lui qui est libre de tout contrat. Pour les autres joueurs ciblés, le nom de Allan (Naples) revient avec insistance. Le dossier du brésilien est déjà bien engagé, mais le PSG devra sortir le chéquier pour s’attacher ses services. Parmi les autres pistes, on parle de Van de Beek, ou du dossier Gueye qui pourrait être relancé.

Côté départ, mis à part Verratti et Paredes, tout le monde devrait partir. Adrien Rabiot est libre de signer où bon lui chante, Nkunku ne sera pas retenu en cas d’offre intéressante, tout comme Draxler. A noter pour ce dernier que Thomas Tuchel ne veut pas entendre parler d’un départ tant qu’un renfort offensif ne sera pas acté.

 

Arnaud de La Taille pour Paris United

Visuel par N2AS

Paris United

GRATUIT
VOIR