CompétitionsL'équipeOeil du supporter

Analyse de match : PSG – Liverpool, un match référence ?

Il y a un peu plus d’une semaine, je citais le match retour de Ligue des Champions PSG – Liverpool comme le premier match-référence depuis le 14 février 2017 (PSG – Barça, 4 – 0). Après une analyse à chaud du match, peut-on affirmer que Paris a démontré, sur ce match, qu’il est capable de soulever la coupe aux grandes oreilles cette année ? Je ne vais pas faire durer le suspense plus longtemps : l’aléa sportif, qui caractérise notre sport, dit que non. Par corollaire, on ne peut pas non plus l’infirmer.

Néanmoins, il est toujours intéressant de pouvoir analyser un match de haut-niveau. C’est pourquoi nous allons prendre le temps ici de faire une rétrospective de ce match, à la veille de la confrontation à Belgrade, grâce à l’analyse vidéo de la Gazette Tactique.

 

Un jeu collectif

me si cela n’était pas parfait une chose est sûre : Thomas Tuchel a réussi son pari et a su redonner de la confiance à son vestiaire. L’ordre du jour était la défense collective. Neymar n’était pas une exception. C’est donc logiquement avec un dispositif en 4-4-2 que les parisiens ont affronté les soldats de Jürgen Klopp. L’avantage principal de ce système réside dans le fait qu’il permet de fermer le jeu au milieu de terrain, permettant aux défenseurs de faire leurs relances pour les milieux de terrain. Lorsque la balle passe ces deux murs, les défenseurs sont censés être en place pour défendre dans la surface de réparation, ralentir le jeu et ainsi permettre aux milieux de faire un retour défensif.

L’objectif ici est donc de garder la balle le plus longtemps possible, ce qui peut être un atout face àune équipe comme Liverpool qui aime avoir la possession. C’est la raison pour laquelle le placement des attaquants ici est, défensivement parlant, de réduire les possibilités de relances pour l’équipe adverse : cela permet de réduire les occasions de jeu court.

Durant la première mi-temps, Thomas Tuchel reprochait à ses joueurs d’être trop éloignés de leurs adversaires : en fait, les transitions entre le jeu en bloc et le pressing sur l’adversaire n’a pas été correctement géré de la part des attaquants. Jouer en bloc permet de ralentir le jeu adverse en l’empêchant de progresser comme bon lui semble. La limite de cette tactique c’est que lorsque les joueurs sont trop statiques, il va forcément y avoir une brèche pour faire une passe. C’est ce qu’il s’est passé dans le match où, fort heureusement, Marquinhos et Kehrer ont dû remonter pour récupérer le ballon (vidéo en bas d’article à 1’33« ). Les attaquants doivent réaliser un pressing plus important. Cela a été mieux géré en deuxième mi-temps.

 

Le pressing

Le pressing sert à plusieurs choses dans le football : dire à celui qui possède le ballon « je t’emmène là où j’ai envie de t’emmener » en lui mettant la « pression » sur le terrain, en étant envahissant et en l’intimidant, ce que sait parfaitement faire l’équipe de Liverpool – avis personnel à ce sujet : actuellement en Europe, je ne vois pas beaucoup d’équipes arrivant à la cheville de Liverpool en termes de pressing, en particulier sur le « pressing à trois » qu’ils gèrent à merveille. Ce soir-là, l’attaque de Paris a su être intimidante et gênante pour les relances de Liverpool. Cela forçait souvent les hommes de Klopp à réaliser de mauvaises passes dans un milieu de terrain parfois très dense du côté parisien.

Faire jouer un Marquinhos en 6 aux côtés d’un Verratti n’est pas une si mauvaise idée. Le défenseur brésilien joue un rôle assez hybride finalement entre le milieu défensif et la défense centrale, capable de redescendre rapidement. On le voyait bien sur ce match, avec le nombre de tacles dans la surface adverse qui peuvent faire penser à un jeu défensif dans la surface de réparation ou pour parer une contre-attaque. Malgré son action très litigieuse sur Joe Gomez (qui aurait pu valoir un rouge avec un autre arbitre ou la VAR), « heureusement qu’il y a Verratti ». Fin de la parenthèse.

Revenons au pressing de l’équipe : ici, toute l’équipe était impliquée sur le match. Le but était ici d’intimider l’adversaire et le forcer à faire des passes en direction de sa surface de réparation. Avec des joueurs rapides comme Kylian Mbappé, cela permet àl’attaque parisienne de faire des récupérations hautes. Cette tactique ne fonctionne correctement que si les attaquants s’impliquent réellement et marquent les joueurs adverses. Et on le voit bien à 3’33«  de la vidéo ce que je développais plus haut, à savoir le fait de forcer la défense à « battre en retraite ». Le but étant de déplacer le bloc offensif (donc l’attaque et les milieux de terrain) dans la surface adverse, pour l’étouffer et profiter des relances du gardien. On parle bien ici des relances adverses, puisque les attaquants de l’autre équipe vont, en théorie, devoir récupérer le ballon. Sauf qu’avec la tactique mise en place par Thomas Tuchel, la défense parisienne était déjà bien placée pour empêcher les attaquants de Liverpool d’avancer. Cela a été fait quasiment parfaitement.

Pour résumer ça, regardez bien ce qu’il se passe entre la 4’10«  et la 4’26«  : on a ici un Neymar très impliqué dans le pressing. Je suis assez d’accord avec La Gazette Tactique pour dire que c’est au moins un match référence pour la prestation défensive de l’attaquant brésilien « depuis qu’il est au PSG ». Et le fait que Neymar défende n’est pas anodin puisque lorsque le leader technique de l’équipe se met à défendre, cela va influencer les autres. Une défense à 11 est forcément plus efficace, c’est une question de bon sens. Si vous ne voyez pas de quoi je parle, je vous invite à regarder de nouveau les deux matches côte à côte en vous focalisant sur le brésilien.

L’un des points les plus impressionnants de ce match concerne le travail défensif de Thiago Silva, Presnel Kimpembe et Thilo Kehrer. Ils ont su apporter suffisamment d’agressivité sur leurs pressings pour faire vaciller l’attaque des Reds en les empêchants de terminer leurs actions. On a beaucoup souligné le fait que l’attaque du Liverpool FC n’a pas été si dangereuse que ça ce soir-là. Personne ne doute de la qualité offensive du trio Mané – Firmino – Salah (même si ce dernier est moins en forme depuis ce début de saison). L’une des raisons principales de cette mise en déroute, c’était la muraille posée par le PSG. Rappelons que notre homme du match ce soir-là n’était autre que Thiago Silva, qui a réalisé un match exceptionnel.

 

La récupération puis la relance

Très peu de personnes connaissant le football vous diront le contraire : Marco Verratti est un joueur exceptionnel au milieu de terrain. Tout simplement parce qu’il est l’un des rares joueurs à son poste à avoir une qualité technique et une intelligence de jeu, lui permettant de réaliser un pressing quasiment immédiat dès la récupération. C’est la raison pour laquelle une combinaison Verratti – Neymar est si redoutable : récupérer le ballon afin de pouvoir transmettre et relancer le jeu rapidement.

Comme dit dans l’article précédent en collaboration avec La Gazette Tactique, Neymar Jr n’a pas besoin de grands espaces pour dribbler. En général, quand cela est possible, il tente de se sortir des petits espaces pour ensuite faire la passe à l’un de ses coéquipiers démarqué.

Pour en revenir à la relance, comme je le disais plus haut, Marquinhos joue un rôle « hybride », où il est capable de venir consolider la défense centrale au moment de la relance. Cela permet d’aérer le milieu de terrain pendant que l’attaque adverse se charge de faire le pressing sur la défense. C’est ce qu’il s’est passé durant ce match : laisser Verratti seul au milieu se charger de la réception ou relancer avec un attaquant qui aurait fait l’effort défensif. En loccurrence ici, c’était Kylian Mbappé (vidéo à 7’43″), puisque les Reds bloquaient le jeu. Dans tous les cas, Verratti reste le joueur clé de ces relances et pour preuve, cela a coûté deux buts à Alisson Becker (en plus des erreurs défensives de Lovren). Mais c’est bien parce que l’on a un joueur de cette qualité à ce poste que l’on peut se permettre de se démener seul au milieu de terrain, le temps de trouver une solution de passe. C’est l’un des rares joueurs à essayer de trouver de la verticalité – c’est-à-dire jouer en direction de la surface adverse – lorsqu’il subit un pressing. Dans le cas où le milieu de terrain est saturé, il faut jouer avec les latéraux le temps de trouver une solution.

Dans le cas des pertes de balles au moment de la relance, la défense a tout intérêt à rester compacte en cas de contre-attaque. Cela force l’adversaire à trouver une solution pour passer et donc à gagner du temps. Et finalement l’avantage principal de la relance à trois est de pouvoir compter sur au moins deux défenseurs en cas de perte de la balle.

 

Après une analyse à tête reposée, que conclure de ce match ? Le mental de ce match s’est traduit sur le terrain : un jeu très agressif, un pressing intensif (mais perfectible) de la part des attaquants et du milieu de terrain et des relances qui étaient dans l’ensemble très réussies. À noter : une erreur de la part de Presnel Kimpembe, qui a tenté de dribbler l’un des attaquants de Liverpool alors qu’ils n’étaient que deux devant les cages de Gianluigi Buffon ; cela aurait pu changer la donne du match. Hormis ces quelques erreurs, dans l’ensemble, le Paris Saint-Germain a réalisé un match de très haut niveau face au finaliste de la Ligue des Champions de 2018.

Alors oui, ce match PSG – LFC du 28 novembre 2018, redouté par beaucoup de supporters en partie à cause de la « malédiction du mois de novembre », est un match qui restera longtemps gravé comme un match référence pour le club en Ligue des Champions. Thomas Tuchel serait sage de poursuivre sur cette voie, en retravaillant les points négatifs, en vue du match de demain soir. Marquinhos a fait tout ce qu’il a pu et s’en est tiré à merveille. Néanmoins, il nous faut un vrai numéro 6. Réponse très bientôt.

Pour lheure et si tout est fait dans les règles de lart, Thomas Tuchel aura réussi son pari : transformer nos joueurs en tueurs. 

 

Loukman

Crédits vidéo : La Gazette Tactique (Twitter & YouTube)

Crédits photo : Le Figaro

La vidéo complète ici pour les amoureux de la tactique :

Paris United

GRATUIT
VOIR