à la uneActualités du ClubInfos Paris U

Tuchel impose son autorité

Depuis son rachat  par QSI, et plus encore depuis le départ du duo Ancelotti-Leonardo, le Paris-SG est régulièrement pointé du doigt pour son manque d’autorité sur les stars de son vestiaire. Les coachs se succèdent, les directeurs sportifs changent mais il reste toujours cette impression désagréable d’un pouvoir faible, voire friable. Ce week-end, Thomas Tuchel a marqué un peu plus son territoire, même si ce n’est pas la première fois cette saison qu’il fait passer le collectif avant les individualités.

 

S’il fallait trouver un point commun à Laurent Blanc, Unai Emery, la question de leur autorité sur les stars du Paris Saint-Germain arriverait sans doute en bonne position. Pour l’instant, Thomas Tuchel a su se démarquer de ses prédécesseurs.

Jeunes dans le métier mais auréolés du succès de leurs expériences précédentes, tous trois avaient a priori des atouts semblables pour imposer au PSG leur personnalité, leur style et, surtout, leur vision du jeu. Force est de constater que les deux premiers cités n’ont pas réussi à incarner cette figure d’autorité qui semble la pièce manquante, la clé pour ouvrir à notre équipe les portes d’une épopée européenne qui survivrait à mars.

 

Tuchel, la force tranquille

Il y a, évidemment, ces moments où Thomas Tuchel chambre Verratti en plein séance de musculation ou encore lorsqu’il est  le premier à taper sur la table et mettre de l’ambiance lors des bizutage. Le coach allemand allie souplesse et fermeté. Dernier exemple en date ce week-end en sanctionnant Kylian Mbappé et Adrien Rabiot, parce qu’ils s’étaient présentés en retard à la causerie.

Tuchel se comporte comme un entraîneur, mais aussi comme un coéquipier. Il s’amuse avec les joueurs. C’est un perfectionniste qui allie souplesse, proximité et autorité. Si un mouvement est raté pendant un entraînement, il arrête la séance jusqu’à ce que l’exercice soit réussi et assimilé. Il est pointilleux et ferme tout en étant proche. En parallèle, lors des mises au vert, il prend ses repas avec ses joueurs. Il plaisante avec eux. Il fait de la musculation avec le groupe. Quand il y a des bizutages, le coach allemand est le premier à s’esclaffer. Parfois, il imite ses joueurs pour rire et détendre l’atmosphère. Il est capable de mettre son ego de côté pour le bien de son groupe. Il ne recherche pas son propre intérêt, mais plutôt celui de l’équipe. Une philosophie peu courante au sein du club.

 

D’autres cadres déjà recadrés

Tuchel ne s’entendra peut-être pas avec tous les membres de l’équipe. Et lorsqu’il se frotte à l’éternel problème des joueurs qui ne jouent pas, il peut les rendre encore plus fous en les ignorant complètement, comme il le faisait à Mayence et à Dortmund. Thomas Tuchel est souvent intransigeant. Il vaut mieux être du même avis que lui, car le compromis n’est pas sa plus grande qualité. Cet entraîneur veut la perfection et ne supporte pas l’approximation. En début de saison, au lendemain d’un match de Ligue 1, remporté face à Guingamp après une première mi-temps décevante, Tuchel confie sa déception à son groupe : « Comment vous voulez gagner la Ligue des champions si vous n’êtes pas exigeants avec vous à chaque match ? » Sans crier, il leur fait comprendre sa conception.

Avant Mbappé ce week-end, Neymar, début septembre, avait eu le droit à une petite discussion en privé après le match face à Liverpool (défaite 3-2). Le coach allemand avait jugé sa prestation insuffisante. L’Allemand lui avait alors dit entre quatre yeux qu’il en attendait beaucoup plus, aussi bien offensivement que défensivement. La conversation dure de longues minutes. La star Brésilienne a semble-t-il compris le message. Ce jour-là, le coach avait également pris le soin de réprimander les deux autres compères d’attaques Cavani et Mbappé, particulièrement déçu par leur investissement lors des phases défensives.

La décision forte de ce week-end témoigne de sa volonté de ne rien se laisser dicter. En faisant ces choix forts, le collectif en sortira grandi à l’arrivée.

Paris United 

MAJ : 30.10.2018
Article initial : Tuchel face au vestiaire parisien, le défi de l’autorité

Paris United

GRATUIT
VOIR