à la uneActualités du Clubexclu puInfos Paris U

Football Leaks compte faire des révélations sur plusieurs clubs européens dont le PSG début novembre.

Après le séisme des Football Leaks en 2016, une réplique d’envergure s’apprête à faire trembler la planète football. Selon nos informations, l’European Investigative Collaborations – à l’origine des Football Leaks – et certains organes de presses ont eu accès à des informations confidentielles concernant certains des plus grands clubs européens. Parmi eux : le Paris Saint-Germain, Monaco ou Manchester United.

 

L’ombre d’un séisme chez les clubs européens

D’après nos informations, les fuites concernent des documents internes aux clubs et ont été interceptés par un ou plusieurs hackers. Si l’origine de la source demeure floue, ce n’est pas le cas de l’authenticité des informations dont une partie provient directement des boîtes mail des clubs concernés. Aux côtés d’un consortium de médias européens, Mediapart a pu avoir accès à ces documents et devrait publier une partie de son contenu dès le 2 novembre prochain. Après “WikiLeaks“, “LuxLeaks” et les “Panama Papers“, ce sont les pratiques douteuses en vogue dans le monde du football qui s’apprêtent à être mises en lumière.

Déjà affecté en son sein par l’enquête des Football Leaks il y a deux ans, le PSG pourrait de nouveau se retrouver sous le feu des critiques. En 2016, l’enquête du consortium de journalistes indépendants mettait – notamment – en évidence les montages financiers de deux joueurs du club : Angel Di Maria et Javier Pastore. L’ancien numéro 27 du club et El Fideo étaient mis en cause en ce qui concerne les bénéfices de sponsoring dont ils bénéficient au titre de leurs droits d’images. Pour l’ailier argentin, l’affaire avait finalement été classée. Le PSG avait par ailleurs affirmé que les contrats de ses joueurs avaient été conclus «dans des conditions parfaitement régulières.»

Parmi les indiscrétions à venir, on retrouverait notamment des révélations sur le FPF, les transferts de Neymar et Mbappé, les sponsors , ou encore des procès verbaux d’assemblée générale. Mais le club de la capitale n’est pas le seul concerné. Plusieurs grandes écuries européennes comme Monaco ou encore Manchester United sont également touchés par cette affaire.

Toujours selon nos informations, les clubs victimes du piratage sont bel et bien informés de cette faille informatique et pourraient saisir la justice. Au PSG, Jean-Claude Blanc est à la barre, le directeur général délégué est en charge de l’affaire.

Une première dans l’histoire du foot ?

Évasion fiscale, commissions occultes, montages frauduleux, l’enquête de 2016 des Football Leaks et la fuite de plus de 18 millions de documents avaient déjà mis en lumière les sombres secrets de l’industrie du football. Au même titre que les grandes entreprises, les clubs de foot, parfois comparables à des multinationales, sont la cible de cyberattaques. Même si on ne saurait généraliser, le foot business moderne comporte sa part d’ombre. À bien des égards miné par l’appât du gain, les pratiques frauduleuses bien réelles impliquent nécessairement leur lot de révélations.

Les offensives informatiques deviennent monnaie courante dans le monde du football. En 2014, la Lazio Rome avait déjà été victime d’une attaque de ce genre. Des hackers avaient réussi à détourner 2 millions d’euros à l’occasion du transfert de Stefan de Vrij du Feyenoord Rotterdam à la Lazio. Ils étaient parvenus à accéder aux correspondances entre les deux dirigeants. Il ne restait alors qu’à créer un faux document au nom du club néerlandais et exiger les deux millions qu’il restait à payer pour le transfert du joueur. Le tout en prenant le soin de modifier le numéro de compte créditeur en faveur des hackers. Si ces attaques sont très souvent motivées par l’appât du gain, nous ne connaissons pas encore la nature exacte de celle qui s’apprête à secouer le football européen.

Cette faille informatique pourrait contraindre les clubs concernés à se justifier auprès des instances européennes. Ces informations devraient en tout cas lever une partie du voile sur le côté obscur du football moderne.

Yasmine Muffoletto