à la uneL'équipeRésumé de match

PSG v SYDNEY FC : la victoire et des attentes

A quatre jours du retour à la compétition pour le Trophée des Champions face au Stade Rennais, le Paris Saint-Germain était opposé aux australiens du Sydney FC pour leur 4ème et dernier match de préparation.

La composition de départ du Paris Saint-Germain

Pour ce dernier match amical, le PSG enregistre le grand retour d’Edinson Cavani qui est aux côtés de Kylian Mbappé en attaque. C’est Kevin Trapp qui débute la partie dans la cage parisienne, et avec le brassard de capitaine. Devant lui une défense à quatre : une charnière Kehrer-Diallo, Bernat et Meunier sont dans les couloirs. Au milieu du terrain, en l’absence de Verratti, on retrouve le jeune Kouassi, entouré de Draxler et Herrera. L’Espagnol Pablo Sarabia complète ce onze de départ en soutien du duo d’attaque.

Round dobservation en début de match

Dans le magnifique stade olympique de Suzhou, les Parisiens arborent leur nouvelle tenue « away » de couleur « infra-rouge » et Cavani se met de suite évidence. Les Australiens répondent en contre, sans réel danger pour la défense parisienne (5ème 0-0).

Sur une nouvelle offensive parisienne côté gauche, Mbappé combine avec Bernat, et sème la panique dans la défense de Sydney. Le ballon circule de gauche à droite côté parisien, et la première frappe du match est évidemment pour Mbappé, à 20m. Son tir est cadré, mais stoppé sans problème par le gardien Redmayne (9ème, 0-0).

Les attaques parisiennes se succèdent et Cavani est tout près de tromper le portier australien : sa frappe termine sur le poteau ! (11ème, 0-0)

La possession est très nettement à l’avantage des hommes de Thomas Tuchel, qui se font de plus en plus pressants dans ce premier quart d’heure, où l’on voit beaucoup Sarabia et Herrera dans l’animation du jeu parisien, ainsi que Mbappé et Cavani, inévitablement (15ème, 0-0).

Paris stérile

Les joueurs du PSG multiplient les initiatives, sur les côtés, dans l’axe ou sur coup de pied arrêté, et l’équipe de Sydney est au bord de la rupture, mais le score reste vierge (20ème, 0-0). Les co-équipiers de Mbappé cherchent clairement à se rassurer dans le jeu, et à s’appliquer au maximum. Un nouveau centre de Herrera au point de pénalty est sorti en corner par la défense australienne, qui devance la tête de Mbappé. Et c’est le premier « cooling break » (pause fraicheur) dans cette partie (25ème, 0-0).

Côté Australien, les joueurs les plus en vue sont évidemment le gardien de but et sa défense, tandis que les parisiens doivent surveiller de près l’attaquant Anthony Caceres qui a évolué à Manchester City.

Au milieu du terrain, le jeune parisien Kouassi (17 ans) est en difficulté, mais bien encadré par Ander Herrera et Thilo Kehrer. Suite à un nouvel enchaînement de Sarabia, Herrera tente la frappe de volée aux 20 mètres, et sa tentative frôle le montant de Redmayne.

La réponse de Sydney ne se fait pas attendre, et sur coup de pied arrêté, Barbarouses croît obtenir l’ouverture du score, mais son but est fort logiquement refusé pour une position de hors-jeu (35ème, 0-0)

Mbappé insaisissable, Cavani retrouve le chemin du but

L’ouverture du score sera finalement parisienne, et à nouveau l’oeuvre de son attaquant champion du Monde, Kylian Mbappé. Sur un nouveau une-deux XXL celui-là, Mbappé s’appuie sur Bernat, et sa frappe à l’entrée de la surface australienne est limpide et hors de portée du gardien de Sydney.  Le PSG mène (enfin) 1-0 (37ème).

Le danger vient souvent du côté gauche parisien, en raison d’une grosse débauche d’énergie de Juan Bernat en particulier. L’Espagnol s’appuie sur Draxler, qui centre pour Sarabia, dont la frappe contrée revient sur Edinson Cavani, qui signe son retour, le PSG mène 2-0 (43ème).

En cette fin de première période, il faut noter également l’activité de Thomas Meunier dans son couloir droit. Sur une dernière contre-attaque, la frappe de l’attaquant de Sydney Le Fondre manque de surprendre Kevin Trapp, et effleure le poteau droit du portier parisien. A la mi-temps, le PSG mène 2-0, notamment grâce à son duo d’attaque.

Tuchel fait tourner son effectif

Le coach allemand du PSG souhaite donner du temps de jeu à un maximum de joueurs pour clôturer ces matches d’avant saison, et c’est un onze inédit et très rajeuni qui se présente pour cette seconde période côté parisien, avec pas moins de dix changements au retour des vestiaires :  Kurzawa, Dagba, Zagre, Jesé, Aouchiche, Mbe Soh, Bakker, Toufiqui, Güclü et  Hemans Arday font leur entrée dans ce match. Seul Trapp conserve sa place dans le but parisien.

Aouchiche est le premier « titi » parisien à se montrer dangereux, sa frappe puissante est déviée en corner par le portier australien. Le corner ne donner rien, mais dans la continuité, le centre en retrait de Kurzawa est repris par Zagre qui ne cadre malheureusement pas sa reprise (57ème, 2-0).

Paris maîtrise et simpose facilement

Une constante dans ce match, malgré les 10 changements à la pause : la possession du ballon en faveur du PSG (70-30), et les qualités de conservation/circulation. Même si les occasions se font rare d’un côté comme de l’autre, la jeunesse parisienne contrôle totalement le match et l’équipe australienne (67ème, 2-0).

L’équipe australienne se montre dangereuse uniquement sur des frappes lointaines, qui n’inquiètent pas Trapp. Les 22 acteurs semblent souffrir de la chaleur étouffante de Suzhou, et à l’aube du dernier quart d’heure, la seconde pause fraîcheur est la bienvenue (75ème, 2-0).

Pour conclure un match devenu insipide, les Parisiens vont chercher le troisième but. Sur un énième débordement de Dagba de retour de blessure, qui centre au premier poteau, le jeune Metehan Güclü réalise le geste parfait : sa talonnade à la « Madjer » trompe la gardien australien. C’est le dernier fait marquant du match, le PSG s’impose 3-0.

Les + et les –

Du côté des choses très positives vues dans ce dernier match de préparation, et c’est un résumé du match : la complémentarité du binôme Mbappé-Cavani a crevé l’écran. Les deux buteurs parisiens ont montré toute l’étendue de leurs qualités, déjà.

Courses incessantes et efficacité entre autres pour Mbappé, abnégation et disponibilité pour Cavani. Dans l’entrejeu, le duo Herrera-Sarabia s’est fait remarquer.

A l’autre bout du terrain, on a bien aimé également le cleansheet de Trapp, et l’activité des latéraux dans les couloirs : Bernat, Meunier, Kurzawa, Dagba.

Au-delà de cette victoire bonne pour le moral, le PSG reste en chantier au milieu du terrain, et en défense centrale : l’absence de Verratti s’est fait ressentir car quand il ne joue pas, le milieu parisien n’est plus le même tellement il est précieux. On a hâte d’ailleurs de le voir associer à Idrissa Gueye. La charnière Kehrer-Diallo n’a rien de rassurant dans l’immédiat, les cadres brésiliens sont attendus. Clairement, la préparation parisienne est loin d’être aboutie, et pourtant le premier défi se présente dès ce samedi contre Rennes.

 

Face à une faible opposition, les joueurs du PSG ont fait le boulot pour simposer dans ce match, et retrouver ainsi le chemin de la victoire. De bon augure pour le capital confiance de leffectif parisien, avant de basculer dans la préparation du match face à Rennes, ou il sagira de conserver pour la 7ème fois consécutive le Trophée des Champions.

 

 

Sources et images : psg.fr,

Rédaction pour Paris United, Fredi

Paris United

GRATUIT
VOIR