à la uneArticleCompétitionsL'équipeLe ClubLes joueurs

Préparer le Real sans les africains

Alors que la reprise est prévue le 1er et le 2 janvier pour les parisiens, le staff doit commencer à préparer la deuxième partie de saison. Ce sera sans les africains, et ce n’est pas anodin.

Partis en vacances sur un pauvre match nul à Lorient, les parisiens attaqueront la deuxième partie de saison par un déplacement à Vannes, le 3 janvier, au Stade de la Rabine. Un match qui va sonner le compte à rebours vers la double confrontation face au Real Madrid.

Cette saison, contrairement à l’année dernière, les joueurs de la capitale ont pris les points qu’il fallait pour se construire un matelas confortable sur leurs poursuivants. Avec treize points d’avance sur Nice et Marseille (qui compte un match de retard face à l’OL), les partenaires de Marquinhos peuvent voir venir.

Désormais, Pochettino va devoir travailler sur la meilleure façon de jouer pour éliminer le Real. Car le contenu a trop souvent déçu et on est en droit d’attendre du mieux côté parisien. Le problème pour préparer cette importante rencontre, c’est que Hakimi, Gueye et Diallo seront à la CAN, quand Neymar est attendu autour du 20 janvier, si tout va bien.

Avec le retour de Ramos, qu’on espère définitif, Pochettino pourrait, enfin, envisager une équipe en 3-4-3, comme il l’a fait sur la seconde période à Lorient avec l’entrée de l’espagnol. Mais comme c’est un système qu’il n’a jamais utilisé, ou presque, il va falloir créer des automatismes.

À gauche, Bernat et Mendès vont se disputer le poste avec un avantage pour l’espagnol. Ils vont pouvoir, si c’est le cas, prendre leur repère avec Kimpembe notamment. À droite, ce sera donc sans Hakimi. Dagba et Kehrer peuvent dépanner à ce poste en l’absence du marocain, mais on sait que contre Madrid, ce dernier sera titulaire. Il a beaucoup évolué dans ce schéma pendant ses passages à Dortmund et à l’Inter, mais il y a quand même des automatismes à parfaire pour être performant. Avec Marquinhos derrière lui et Messi ou Di Maria devant, ils vont donc avoir très peu de matchs à jouer avant le 15 février, surtout si le Maroc va au bout (finale prévue le 6 février).

Miser que sur les individualités ou créer un collectif ?

Le même problème va se poser au milieu. Gueye, par son activité, et même s’il est en difficulté depuis octobre, est un titulaire potentiel aux côtés de Verratti, s’il est disponible. En son absence, c’est donc avec Danilo, Paredes, Herrera ou Wijnaldum, que l’italien va créer des automatismes. Des profils totalement différents du sénégalais. Si on ajoute à cela que jouer à deux dans un 3-4-3 est différent du 4-3-3, le sénégalais, qui pourrait lui aussi revenir après le 6 février, aura peu de matchs pour s’habituer à ce nouveau système.

À force de n’avoir presque rien travaillé comme autre plan, Pochettino a pris du retard. Si on ajoute aux absents de la CAN Neymar, cela fait beaucoup. Parce que là-aussi, si le PSG change de système, le rôle du brésilien va changer, moins sur le côté et plus à l’intérieur du jeu.

Le staff peut continuer à ne miser que sur les exploits individuels en ne changeant rien au système, ça peut marcher. Il faudra alors prier pour que les individualités soient au niveau, que défensivement ça tienne en infériorité numérique, et que Donnarumma ou Navas sortent des prestations XXL. Et même si les certitudes dans le jeu ne garantissent rien, on l’a vu avec le Bayern la saison dernière, il serait préférable d’avoir quelques repères et quelques certitudes avant d’affronter le club entraîné par Carlo Ancelotti.

Paris United

GRATUIT
VOIR