à la uneLes "titis" parisiensLes joueursPrésentation

« Nos titis ont du talent » saison 2 : Timothy Weah

Troisième et dernier épisode de cette saison 2 de la série « Nos titis ont du talent ». Aujourd’hui on se met à l’heure américaine pour vous présenter un patronyme bien connu : Timothy Weah (18 ans).

 

Bio

Timothy Weah est le troisième enfant de l’actuel président libérien Georges Weah. Le fils de l’ancien Ballon d’Or 1995 – passé par le club de la capitale entre 1992 et 1995 – naît à New-York en février 2000. Après quelques expériences dans plusieurs clubs de différents états pendant son enfance, le jeune titi rejoint les Red Bulls de New-York avant de plonger dans le grand bain européen en 2016. Un essai non concluant à Chelsea et le titi s’engage avec le PSG où il impressionne dans les catégories de jeunes. Champion de France U17 en 2016-2017, il s’illustre également à l’échelle européenne où il enchaîne les belles performances en Youth League lors de la campagne 2017-2018. Profitant des indisponibilités, il effectue ses grands débuts professionnels face à Troyes la saison dernière. Souvent dans le groupe et aligné à 3 reprises, il sera sacré champion de France 2018 avec le PSG. Le 18 mars dernier, Timothy Weah devient le premier de sa génération 2000 à effectuer un match sous le maillot de la bannière étoilée.

 

Profil

Attaquant de métier, Timothy Weah dispose d’une certaine polyvalence qui lui permet également d’évoluer dans une position plus excentrée. Il a pour lui de grandes qualités athlétiques, en termes d’accélération et de vitesse notamment, ce qui lui confère une certaine aisance dans l’élimination. C’est le cas lorsqu’il est positionné sur le côté où sa qualité de dribble lui permet de revenir facilement dans le sens du jeu. Ses capacités athlétiques en font un client dans le duel et lui permettent de mettre en valeur son excellente frappe de balle malgré des progrès à faire en terme de lucidité ou dans sa capacité à répéter des efforts tout au long d’une rencontre. D’autre part, le titi est très actif sur le terrain, son énergie est l’un de ses autres atouts. En témoigne son premier but en championnat, arraché à l’envie dans les dernières minutes du match face à Caen en début de saison. Doté d’un bon sens du jeu, sa qualité technique lui permet d’orienter efficacement les actions offensives. Longiligne et précieux dans la conservation du ballon dos au but, il peut facilement s’adapter à un jeu en appui.

 

Perspectives

Après avoir effectué ses débuts la saison dernière en L1 – 3 matchs -, Timothy Weah entendait passer un cap cette saison au PSG. À priori, sa présence lors de la tournée en Asie, son match abouti lors du trophée des champions – où il a été auteur d’un but -, ou encore son 1er but en L1 au mois d’août laissaient présager de bonnes choses. Barré par une rude concurrence en attaque, le titi qui espérait « disputer une quinzaine de matchs cette saison » a totalement disparu des radars depuis le 18 août dernier et le match contre Guingamp. Si la volonté de Thomas Tuchel était de le conserver l’été dernier, l’Allemand a remis en cause ses plans avec l’arrivée d’Eric Maxim Choupo-Moting dans les dernières heures du mercato. Pisté par de nombreux clubs qui espéraient l’acquérir en prêt, le titi serait aujourd’hui plus ouvert à l’hypothèse d’un départ en janvier afin d’accumuler expérience et temps de jeu. Habitué des équipes de jeunes et du niveau National, cette perspective pourrait s’avérer formatrice et enrichissante pour le jeune Américain, avant un retour en grâce au club ?

« Il y a un contexte familial atypique qu’on ne peut pas éluder, mais au-delà des bonnes relations de son père avec le club, à la formation parisienne, nous avons mis un point d’honneur à considérer ses qualités de footballeur. Je l’ai lancé en N2 et c’est un joueur qui m’a impressionné lors de ses premiers matchs dans le « monde adulte ». Il dispose de capacités de vitesse, de vélocité, de frappe, avec une certaine désinvolture aussi. C’est quelqu’un qui ne doute pas. Il tente des choses, plus ou moins réussies, mais sans jamais se poser de questions, il a un cœur énorme et une volonté de bien faire, c’est le plus important.

Tim est à la « mode américaine », toujours le sourire, casque sur les oreilles, désinvolte mais qui a quand même besoin d’une bonne relation avec son coach. À l’heure actuelle, il connaît le niveau de la nationale 2 et je pense que retrouver du temps de jeu sur un niveau Ligue 1 ou même Ligue 2 serait intéressant pour lui. Il doit aujourd’hui franchir un cap, même ailleurs qu’à Paris où il faut reconnaitre que le curseur est extrêmement haut. 

Je dois quand même dire que j’ai été époustouflé par sa qualité de chant. La coutume veut que lorsqu’on démarre une compétition – en Youth League ou N2 – chacun chante. J’ai vu de tout, mais en l’occurrence, Tim c’est du très haut niveau. »

 

Highlights par Alien Football

 

Thomas Gropallo