à la uneLes "titis" parisiensLes joueursPrésentation

« Nos titis ont du talent » saison 2 : Loïc Mbe Soh

Deuxième épisode de la saison 2 de notre série Nos « titis » ont du talent. Aujourd’hui on vous présente un « titi » indomptable et un leader en puissance : Loïc Mbe Soh.

 

Bio

Loïc Mbe Soh voit le jour au Cameroun à Souza Gare au début de l’été 2001 mais c’est en région parisienne, au JS Pontoise qu’il touche ses premiers ballons en club. Il rejoint ensuite le SF Courbevoie, comme son jeune coéquipier Arthur Zagre. Loic Mbe Soh débarque enfin en 2013 au sein de la formation parisienne. Le titi s’affirme peu à peu, dans les catégories de jeunes, avec un titre de champion de France U17 glané lors de la saison 2016-2017. Capitaine, il prend part également à la campagne de Youth League, et terminera la compétition avec 7 rencontres disputées et un but au compteur.

En parallèle de sa progression avec le club de la capitale, il accumule les sélections jeunes en équipe de France en U 16 et U 17 où son tempérament de compétiteur est rapidement récompensé puisqu’on lui confie le capitanat. Premier membre de sa génération à signer professionnel au club, il est désormais lié au Paris Saint-Germain pour 3 ans jusqu’en 2021.

 

Profil

Évoluant au poste de défenseur central, Loïc Mbe Soh dispose à seulement 17 ans de qualités physiques impressionnantes. En avance dans son développement, du haut de son mètre quatre-vingt-six, il se démarque par sa force et son impact dans les duels – notamment aériens. Moins efficace en ce qui concerne ses qualités en vitesse, il compense ses carences par une forte densité physique et se nourrit littéralement du contact avec l’attaquant. Disposant également d’une bonne vision de jeu, on ne saurait réduire ses qualités à la dimension physique. Pour son gabarit, le titi dispose d’une palette technique, certes moins développée que certains de ses coéquipiers, mais tout à fait honorable pour  son poste. Avec un jeu court efficace, il est capable de facilement prendre en charge la première relance. Unanimement mis en avant pour son professionnalisme, il impressionne de part sa maturité et son caractère, en témoigne l’aisance avec laquelle il assume – régulièrement – le rôle de capitaine.

 

Perspectives

Unanimement encensé en interne, Loic Mbe Soh est l’une des figures de proue et l’un des plus grands talents de sa génération. Bénéficiant de nombreuses dispenses en raison de la coupe du monde, il a participé à la tournée estivale du PSG en Asie durant laquelle il a pris part à 3 matchs de l’International Champions Cup (Bayern Munich, Atlético Madrid et Arsenal). Évoluant tout comme son coéquipier Moussa Sissako avec la réserve du PSG cette saison, les chances pour Loic Mbe Soh d’obtenir du temps de jeu au plus haut niveau paraissent assez minces. La perspective de le voir effectuer ses grands débuts n’est pas inenvisageable  car le staff du PSG favorise l’intégration de jeunes à l’équipe première. Stanley N’Soki, son aîné de 2 ans, semble néanmoins avoir pris un avantage clair dans la hiérarchie des potentiels renforts en défense chez les professionnels. À seulement 17 ans, le jeune Français n’en demeure pas moins l’un des plus grands espoirs du club. Nul doute alors qu’il devrait se faire une place de choix lors des prochaines saisons.

« C’est un roc, je lui prédis un avenir international de haut vol. Loïc est très à l’écoute, il est capitaine en équipe de France, tous les feux sont au vert ! Il a un profil différent de Moussa (Sissako), plus dur dans le combat. C’est un joueur qui aime le contact avec l’attaquant, même si cela n’altère en rien sa qualité technique et ses prestations de l’an passé en Youth League en attestent. Il a fait des matches époustouflants, je pense au match contre Anderlecht en Youth League notamment. Dans le jeu, un peu comme Presnel (Kimpembe) il apprécie la confrontation physique, le duel. Il doit encore travailler sa vivacité et sa capacité à se retourner dans les 2-3 premiers mètres.

C’est un compétiteur hors pair, y compris en l’absence d’enjeu. Lors des petits jeux à l’entraînement par exemple il avait cette tendance à bouder, il fallait le canaliser à certains moments. Il avait toujours du mal à comprendre les errances de coéquipiers qui pouvaient, par moment, manifester une certaine désinvolture lors d’entrainements par exemple. Il porte un certain professionnalisme et le fait savoir, il est dans la parole, l’échange permanent, il ferait un très bon entraîneur car il a un vrai besoin de fédérer. »

 

Highlights par Alien Football

 

Thomas Gropallo