à la uneArticleDirigeants & StaffLe ClubLe mercato

Zidane à Paris, le rêve de Doha pourrait devenir réalité

C’était une rumeur depuis plusieurs semaines mais la signature de Zinedine Zidane semble de plus en plus proche. Son passé de joueur et son palmarès en tant qu’entraîneur plaident pour lui-même si, niveau jeu, ce n’est pas l’extase.

Après Kombouaré, qui a débuté l’aventure QSI, Ancelotti, Blanc, Emery, Tuchel et Pochettino, le PSG version Qatar serait en passe de connaître son septième entraîneur depuis 2011. Ce ne serait pas n’importe qui : Zinedine Zidane.

Depuis Ancelotti, le club de la capitale n’avait plus eu d’entraîneur avec un tel palmarès. Deux Liga, trois Ligues des champions, en tant qu’entraîneur, en plus de son palmarès de joueur (Calcio, Liga, Ligue des champions, Coupe du monde et Euro pour les plus importants).

Son aura, un vrai atout

Zinedine Zidane, c’est un charisme, une personnalité et une image lisse. Tous les joueurs actuels l’ont vu jouer et ça aide. Certains, comme Sergio Ramos, ont même joué avec lui (sa dernière saison au Real 2005-2006).

Il est capable de fédérer autour de lui, à l’image d’un Carlo Ancelotti, dont il a été l’adjoint lors de la decima du Real (2014). Il fut le premier à faire comprendre à Ronaldo que pour rester performant, il devait faire l’impasse sur quelques rencontres. Et le portugais l’a accepté. Pas sûr qu’il aurait eu le même comportement avec un autre entraîneur.

Il a également fait progresser Benzema, révéler Asensio, ou encore permis à Isco de réaliser une de ses meilleures saisons. Son rapport aux joueurs s’est prouvé quand il a décidé de ne se séparer de personne, ou presque, entre la première et la troisième Ligue des champions, préférant l’aventure humaine au renouvellement d’effectif.

Son passé à Madrid, ainsi que sa personnalité, lui ont aussi permis de traverser les tempêtes, souvent soutenu par les socios, alors que certains dirigeants voulaient sa tête.

Le jeu, ce n’est pas l’extase mais ça gagne

Dans le contenu, les matchs du Real n’ont pas été souvent des masterclass. L’ancien meneur de jeu est plutôt une adepte du 4-3-3, même s’il est capable d’évoluer en fonction de l’adversaire ou des joueurs aptes. Avec le Real, il a parfois évolué en 4-4-2 en losange ou avec trois défenseurs centraux.

Zidane aime les équipes qui courent. Marqué par son passage à la Juventus, il aime les grosses préparations physiques, avec beaucoup d’ateliers sans ballon. Les joueurs souffrent mais souvent ils finissent aussi la saison mieux que les autres.

Alors que le PSG est souvent montré du doigt sur ses capacités athlétiques (une des équipes qui courent le moins en Europe), le français pourrait apporter cet aspect surtout s’il vient avec un préparateur physique italien comme il l’avait fait au Real.

Dans le jeu, il n’y a pas de choses révolutionnaires. Chaque joueur joue un rôle précis, en harmonie avec le collectif, surtout sur le plan défensif. Mais comme il l’était joueur, il aime aussi donner de la liberté offensive. On a souvent vu un Marcelo, latéral gauche, dézoner complètement pour apporter un plus offensivement.

Le choix de Doha

En nommant Luis Campos comme conseiller du président, le PSG semblait prendre un virage sportif. Pourtant, en nommant Zidane, les dirigeants pourraient envoyer le message que tout ne va pas changer du jour au lendemain.

Tout d’abord, parce que l’ancien numéro 10 des bleus n’est pas le choix du nouveau conseiller mais bien celui de Doha. Ça fait plusieurs années que les dirigeants rêvent de faire venir l’icône française. Il faut rappeler que lors du vote pour l’attribution de la coupe du monde 2022, il était l’ambassadeur du Qatar.

De plus, si on creuse un peu, après une saison ratée, le PSG prend un chemin semblable à 2017. À l’époque, après la remontada, le club avait signé Neymar et Mbappé. Cette année, c’est la prolongation de Mbappé et la probable signature de Zidane. Arriver en novembre, pour leur coupe du monde, avec Zidane, Mbappé, Neymar et Messi sous les couleurs de leur club, c’était inespéré.

Désormais, et si tout cela se confirme, il va falloir voir comment vont travailler Campos et Zidane. Par exemple, il a toujours voulu faire venir Paul Pogba au Réal. Perez s’y était opposé, notamment à cause de ses mauvaises relations avec Mino Raïola, alors agent du joueur. Le fait que Pogba n’ait pas encore signé à la Juve et que le club de la capitale reste à l’affut pourrait être une demande de Zidane. Mais ce n’est pas tout.

Ramos pourrait profiter de l’arrivée du français, lui qui était son capitaine chez les merengues. Un autre joueur doit avoir le sourire : Keylor Navas. Zidane était contre le départ du gardien quand il était au Real. Alors qu’il avait annoncé ne pas vouloir revivre une saison d’alternance avec Donnarumma (sous-entendu, un de nous deux devra partir), Navas a déclaré, il y a quelques jours, qu’il restait au PSG. Un signe de plus de l’arrivée de Zidane et d’un statut qui pourrait changer ?

Tout devrait s’accélérer

D’après plusieurs sources, l’accord avec Zinedine Zidane est très proche depuis le dernier weekend de mai. Il restait quelques détails à régler et le président Al Khelaïfi avait quelques problèmes d’ordre privés. On sait aussi que son image étant très importante pour lui, le français se souciait de la perception des supporters marseillais à sa signature dans la capitale.

Désormais, si Zidane s’engage rapidement, tout devrait s’accélérer. Le mercato parisien, déjà, avec sûrement les premières recrues. Le nom des joueurs que le futur coach ne souhaite pas conserver également.

Si les qataris réussissaient leur souhait de signer une légende du football mondial et française, ils frapperaient une nouvelle fois très fort sur le plan de la visibilité et de la mondialisation de la marque PSG. Il restera à élever le niveau sportif au niveau du marketing et alors, ce ne sera plus seulement un rêve d’être plus grand.

Paris United

GRATUIT
VOIR