Source : Eurosporte
à la uneArticleL'équipeLe ClubLe mercato

Motta dans la short-list

Le PSG n’a pas encore communiqué sur l’organigramme de la saison prochaine, et notamment sur le futur entraîneur. Pour ce poste, le nom de Thiago Motta revient régulièrement.

Même si ce n’est pas officiellement acté, le PSG devrait se séparer de Mauricio Pochettino. Pour le remplacer, plusieurs noms ont été évoqués, de Zidane à Amorim, en passant par Conceiçao. Parmi eux, on retrouve également Thiago Motta.

L’ancien parisien a gardé de bonnes relations avec le président Al Khelaïfi. Après avoir vécu un passage compliqué au Genoa, l’italo-brésilien a réussi sa mission à La Spezia. Pourtant, tout n’a pas été simple.

Motta a des idées de jeu bien arrêtées : Pressing haut, possession, mouvement. Le problème, c’est quand ses principes se heurtent aux limites techniques des joueurs dont il dispose. Avec La Spezia, c’est ce qu’il a voulu mettre en place, avec un 3-5-2 proche de ce que fait l’Atalanta avec Gasperini, qu’il a eu connu comme entraîneur lorsqu’il évoluait au Genoa.

Alors qu’il était menacé, l’ancien joueur du PSG est revenu sur ses principes et s’est adapté. Bloc plus bas, jeu plus direct, passage à la défense à quatre. Et ça a payé. C’est avec ce changement qu’il s’est notamment offert une victoire sur l’AC Milan (champion d’Italie) et qu’il a réussi sa mission : maintenir le club en Série A.

Motta n’a pas encore le passé, le vécu en tant qu’entraîneur, pour être un choix numéro 1 du club de la capitale. Mais il y a des éléments qui peuvent lui permettre de se retrouver sur le banc des rouges et bleus.

Des idées de jeu fortes mais une capacité d’adaptation

Tout d’abord, son passé d’ancien joueur du club, qui connait la maison et les exigences liées au poste. Ses idées de jeu qui, si on devait les résumer, seraient un mélange entre Laurent Blanc et Gasperini. Autre élément significatif, il a été l’entraîneur des U19 du PSG et connait donc un certain nombre de jeunes pour pouvoir les intégrer à l’effectif.

Il y a des entraîneurs qui possèdent plutôt le profil pour entraîner des grands clubs. Zidane n’avait coaché que les jeunes du Real avant d’arriver sur le banc de l’équipe professionnelle et ça ne l’a pas empêché de bien gérer son vestiaire, de remporter un championnat et trois Ligues des champions lors de son premier passage. Il y a aussi des contre-exemples comme Pirlo qui a échoué à la Juve.

Tiago Motta a pour lui sa carrière de joueur, son passage au club, son amour du jeu et sa capacité d’adaptation. Même si on a pu constater qu’être ancien de la maison ne garantissait rien avec Pochettino, le passage en tant que joueur de Motta a été beaucoup plus marquant que celui de l’argentin. La question que doivent se poser les décideurs parisiens serait alors : est-ce le bon moment ? Après une saison compliquée avec Pochettino, l’option Motta est un risque.

Le problème, c’est que les entraîneurs disponibles sur le marché ne sont pas légions. Zidane semble réticent à associer son image avec Paris. Pour Conceiçao et Amorim, leurs clubs respectifs ne semblent pas enclins à les libérer et s’ils changeaient d’avis, une indemnité importante pourrait être demandée (on parle de 30M€).

Personne ne sait ce que donnerait l’ancien milieu de terrain sur le banc du PSG. Peut-être que finalement, au-delà du nom, le vrai changement serait juste de laisser l’entraîneur travailler et le laisser libre de faire ses choix.

Paris United

GRATUIT
VOIR