Les joueursLes recruesPrésentation

Eric Choupo-Moting : portrait d’une recrue déjà adoptée

À la surprise générale, le Paris SG a signé dans les derniers instants du mercato l’attaquant camerounais de 29 ans, arrivé libre de Stoke City. Après quelques bouts de matches et une réalisation contre Rennes, l’heure est à la découverte du joueur et de sa carrière. Ali, supporter assidu de son ancien club de Schalke 04 et Richard Naha, journaliste camerounais et reporter pendant la Coupe du monde en Russie font les présentations.

 

Ses performances en Allemagne

Né à Hambourg, Eric Maxim Choupo-Moting de son nom complet, est né d’une mère allemande et d’un père camerounais. Sa carrière et sa réputation se sont construites outre-Rhin. Après avoir débuté avec Hambourg, il joue pour Mayence de 2011 à 2014, où il croise un certain… Thomas Tuchel. Une donnée qui éclaire sur l’envie du coach allemand de le faire venir dans la capitale.

« J’étais très étonné quand il a signé au PSG, mais Tuchel le connaît très bien pour lavoir coaché à Mayence donc il sait comment sen servir. C’est rassurant pour le joueur qui n’arrive pas dans un cadre complètement inconnu », explique Ali, qui gère le compte Twitter des suiveurs français du club de Schalke 04.

C’est d’ailleurs après une dernière saison aboutie avec Mayence (32 matches – 10 buts) que l’attaquant arrive dans l’équipe des Bleus et Blancs, à 25 ans« C’est un super coup puisqu’il vient gratuitement, poursuit Ali. Il arrive dans un projet de ramener le club en haut du classement. La première année, il s’impose en titulaire indiscutable sur le côté gauche. » Richard Naha, journaliste pour afrikafoot.cm et suiveur régulier de la carrière du joueur, complète : « Il est présent à tous les matches de championnat (31 matches – 9 buts) et de Ligue des Champions (8 matches – 1 but). Il joue dans une position de milieu offensif excentré, accompagné par Huntelaar en pointe. Pour sa deuxième saison, il joue encore régulièrement (28 matches – 6 buts), c’est durant sa troisième et dernière saison que son temps de jeu diminue (23 matches – 3 buts) ».

Il traversera ensuite la Mer du Nord pour rejoindre Stoke City et la Premier League. Il disputera 30 rencontres sur les pelouses anglaises pour un bilan de 5 buts et 5 passes décisives.

Son rapport particulier avec le Cameroun

Nous sommes en mai 2010 lorsque Paul Le Guen, alors sélectionneur des Lions Indomptables appelle Choupo-Moting pour le convaincre de rejoindre la sélection. Alors qu’il possède un passeport allemand et qu’il a évolué avec les U19 et U21 de la Mannschaft, le natif d’Hambourg privilégie finalement le « choix du coeur » et accepte la proposition de l’entraîneur français. Il intègre la sélection du Cameroun moins d’un mois avant le coup d’envoi de la Coupe du monde 2010 en Afrique du Sud. Il disputera également le Mondial brésilien en 2014.

Mais son parcours avec l’équipe nationale se heurte à quelques obstacles, remémorés par Richard Naha : « Choupo-Moting demeurait incompris du fait de sa binationalité. C’est lui-même qui demandera à un moment à ne plus être appelé en sélection, à cause de relations tendues avec la Fecafoot (Fédération camerounaise de football). La légende du pays Samuel Eto’o – dont il est très proche – viendra plusieurs fois lui parler pour le faire changer d’avis ».

L’attaquant longiligne (1m91, 82 kg) décide même de prendre sa retraite internationale juste avant la CAN 2017 pour se consacrer uniquement à Schalke 04. Résultat, il loupe la victoire des siens et le sacre de champion d’Afrique.

Le nouveau tandem Kluivert-Seedorf – intronisé depuis deux mois – l’a toutefois rappelé en sélection depuis la précédente trêve internationale.

 

Ses qualités et faiblesses

Pour le reporter camerounais présent au Mondial russe, il ne fait aucun doute que Choupo-Moting est rempli de talent : « C’est un excellent attaquant, rapide, virevoltant, qui aime le un-contre-un. Il est tellement bon dribbleur qu’il est rapidement utilisé sur le côté pour faire des différences par ses entraîneurs, alors que c’est un buteur de formation »L’ex-pensionnaire de Bundesliga ne rechigne pas non plus à faire les efforts lorsqu’il faut défendre : « Il a la culture allemande dans son jeu. Il possède un bon repli défensif. Quand l’équipe est moins bien, il va aider les défenseurs et milieux de terrain. La solidarité avec ses partenaires, c’est une facette qu’apprécie particulièrement Tuchel et c’est aussi pour ça qu’il l’a recruté ».

Autre compétence du joueur partagée par le journaliste et notre supporter du club allemand, sa grande technique : « À part Neymar, personne au club ne peut rivaliser avec lui. Il va surprendre beaucoup d’observateurs en Ligue 1. Il est capable de réaliser des gestes de dingue ».

La nouvelle recrue du PSG possède même une corde de plus à son arc avec les coups francs, « un domaine où il est redoutable. Il en a déjà marqué avec le Cameroun », atteste Richard. Son jeu de tête est aussi « très intéressant ». « À Paris ce n’est pas leur point fort, il apportera de la taille et de la présence dans la surface ».

Du côté des points faibles, Ali pointe en premier son irrégularité : « À Schalke, il n’a pas franchi ce palier qu’on attendait de lui. C’est difficile de l’évaluer tant son parcours a constamment alterné le bon et le moins bon. Honnêtement, il a eu des périodes excellentes et dautres où c’était le néant. Au club, les supporters se souviennent très bien de sa première année mais beaucoup moins des deux autres, où il ne jouait plus les premiers rôles. »

Quid également de son nombre de buts famélique, seulement 22 en plus de 100 matches avec les Knappen (les Mineurs, surnoms donnés aux joueurs de Schalke). Pour notre twitto, le problème vient de son positionnement. Il ne faut pas le prendre « comme un pur 9 » mais plutôt « comme un joueur dappui ». « Il pêche beaucoup trop dans la finition pour le faire jouer comme un vrai buteur ». Même son de cloche pour Richard : « Ça n’a jamais été un serial-buteur. Mais pour mettre des buts, le PSG a le matos qu’il faut ».

Choupo-Moting doit faire face aussi parfois à un problème de déficit mental sur le terrain : « Le doute peut le gagner quand il perd 4-5 ballons d’affilée ».

Sa personnalité et son adaptation au PSG

Concernant le tempérament du Camerounais, nos deux commentateurs dressent le même constat : il tranche avec la majorité des joueurs de foot d’aujourd’hui. « Il ne causera jamais de tort au groupe. Avoir un garçon comme Choupo-Moting, c’est un bonheur. Et c’est aussi pour ça que Tuchel l’a fait venir. Il est toujours respectueux des anciens, il ne viendra jamais faire d’histoires. » Dans une équipe où cohabite une constellation de stars, « son état d’esprit » et « son côté travailleur » lui permettront de « s’intégrer facilement », soulignent-ils. C’est un bon vivant qui met toujours l’ambiance dans le groupe. Il a la joie de vivre, et ça c’est très important dans un vestiaire ».

Son entourage familial veille aussi beaucoup sur lui, notamment son père. Pour le connaître personnellement, Richard Naha sait « combien il compte pour Eric Maxim ». Il l’aide à « garder ce niveau d’exemplarité » et « lui donne régulièrement des conseils ». « Ils sont très proches », renforce-t-il.

De plus, Choupo-Moting n’arrive pas en terre inconnue avec ses coéquipiers puisqu’il fréquentait déjà les Allemands Julian Draxler et Thilo Kehrer, lui aussi arrivé cet été. En effet, les trois possèdent le même agent, Roger Wittmann. Ce qui a grandement « aidé dans les négociations et le rapprochement entre les parties », juge le community manager du compte twitter @s04_fr.

Même la langue ne sera pas une barrière pour l’ancien joueur de Premier League puisqu’il est francophone et parle 5 autres langues. Un vrai baroudeur.

Son rôle sur le terrain au PSG

« On cherchait un joueur fort sur les ballons hauts, fort dans les duels de la tête parce que cest la force dEdi. Ce ne sera pas facile pour Maxim d’être le remplaçant dEdi parce quil veut jouer tout le temps. () Mais tu dois être positif, travailler dur et Maxim est dans cet état desprit. (…) Il peut avoir un impact en une minute, il ne perd jamais espoir et peut être décisif dès quil sort du banc. »

Le cadre a été rapidement posé par Thomas Tuchel sur les conditions du recrutement de l’international camerounais (46 sélections, 13 buts) : participer au turn-over et faire souffler Edinson Cavani dans les périodes surchargées du calendrier. Que pense nos deux protagonistes de ce rôle promis d’impact-player ?

Celui qui suit avec attention la carrière du Camerounais se veut résolument optimiste : « Quand j’ai entendu qu’ il pouvait venir, je me suis dis que c’était une très bonne pioche pour aider le PSG dans ses objectifs. Il ne fera pas la tête parce qu’il commence remplaçant. Au contraire, il donnera tout sur le terrain, peu importe le nombre de minutes à jouer ». Avec son « humilité » et sa « mentalité », il acceptera sans sourciller de rester sur le banc. Avec son niveau technique, il peut facilement s’en sortir en Ligue 1 », estime pour sa part Ali.

Dans un rôle de joueur de rotation, Richard pense qu’il a largement sa place : « Il connaît le jeu européen, il a joué dans deux des meilleurs championnats du monde. Il ne débarque pas non plus sans aucune expérience. Il a joué 8 matches de Ligue des Champions et affronté des équipes comme le Bayern Munich et Dortmund en Allemagne ».

C’est quand on déplace le débat sur le rôle de véritable doublure à Cavani que notre supporter de Schalke tique un peu : « Il a énormément de talent mais est aussi tellement irrégulier. Il peut facilement retomber dans ses travers. Surtout qu’il a besoin d’enchaîner les matches pour être en forme. Accepter d’être remplaçant est une chose, être décisif sur les dix dernières minutes en est une autre ». Même s’il lui souhaite évidemment d’« enfin exploser et enchaîner avec Paris ».

D’un point de vue tactique, le huitième camerounais de l’histoire du PSG possède « une polyvalence » et « une flexibilité » qui lui permettront de répondre aux exigences de son entraîneur.

« Là où il a le plus brillé, cest sur le côté gauche dans le système en 4-3-3 mais il a aussi eu une très bonne période en tant que 9 dans le 3-5-2 », se souvient Ali.

Richard rappelle que « pendant la Coupe du monde 2010, le Cameroun évoluait en 4-5-1, Choupo-Moting et Eto’o permutaient beaucoup. Il peut s’adapter et tourner autour de l’attaquant ». « Il peut dépanner dans tous les schémas de jeu de Tuchel ».

Le journaliste camerounais met d’ailleurs en garde les observateurs en France qui émettent des réserves sur le niveau du joueur de 29 ans : « J’ai vu dans la presse française qu’il était un peu moqué, je préfère vous prévenir que c’est un très bon coup qu’a réalisé le PSG, vous verrez. Les Camerounais aiment bien venir incognito mais ils repartent toujours en star. Vous allez voir, je vous assure que Choupo-Moting va faire très mal ».

Ses débuts avec le PSG

Comme nos deux protagonistes nous l’avaient avancé, son intégration s’est faite rapidement. On l’a vu très proche dès les premiers entraînements de Julian Draxler, Kylian Mbappé – qu’il considère comme son « petit frère » – et même Neymar. Sa joie de vivre colle parfaitement avec l’ambiance générale du groupe. L’ancien de Stoke a participé à sa première conférence de presse le 28 septembre dernier, où il racontait ses premiers pas au PSG et parlé du club « comme une famille ».

Du point de vue sportif, son temps de jeu est pour l’instant maigre. En Ligue 1, il a disputé 12 minutes contre Rennes et inscrit le troisième but de l’équipe parisienne permettant d’assurer la victoire (1-3), ainsi que 18 minutes face aux Niçois lors de la 8ème journée. Sur les rencontres de Ligue des Champions, Thomas Tuchel lui a permis de s’exprimer 10 minutes à Anfield et 14 minutes contre l’Etoile Rouge de Belgrade. Des entrées encourageantes sur son aisance technique et sa capacité à se fondre dans le collectif.

Après le match au Parc contre l’Etoile Rouge, le Camerounais avait tenu à saluer l’accueil des supporters à son égard : « Ça fait toujours du bien, surtout que je suis nouveau ici. Je le dis toujours, dès que je joue je donne tout ».

Pour conclure cette présentation, Richard et Ali ont joué le jeu des pronostics. Pour le premier, l’attaquant marquera « minimum 11 buts ! ». Quant au second, il parie également sur « plus de 10 buts ».

Le défi est lancé !

@HugoCappelaere

Un grand merci à Richard Naha et Ali pour leur participation.

 

 

L’info décalée :

Les footballeurs sont souvent raillés pour leur manque de culture, on ne peut pas en dire autant sur Choupo-Moting. L’international camerounais racontait son goût pour l’art au Daily Mailen octobre 2017 : « Je suis passionné dart. Je ne suis pas un artiste, mais parfois je dessine. Je suis particulièrement intéressé par le street art. Les œuvres de Banksy sont très intéressantes». Pour lui, pas question de se replonger dans le sport au ballon rond pendant son temps libre : « Certaines personnes aiment regarder du foot non-stop, mais je ne suis pas ce type. Jessaie de me concentrer sur dautres choses. De maérer un peu lesprit ». Rien de tel que la Ville Lumière et ses nombreuses activités culturelles pour lui apporter pleine satisfaction.

Paris United

GRATUIT
VOIR