à la uneArticleL'équipeLe ClubLe mercato

Donnarumma, Un profil à faire évoluer

Même si rien n’est encore officiel,  Donnarumma devrait s’engager dans les prochaines heures avec le PSG. Le club parisien préparera l’avenir mais peut aussi se compliquer le présent. Il y a des opportunités difficiles à ne pas saisir.

Le poste de gardien est un poste particulier. Exposé, il est aussi celui où la concurrence est la moins présente. Les gardiens ont besoin de sérénité, de certitudes, raisons pour lesquelles la hiérarchie est souvent bien établie dès le début de saison.

Il y a des exemples au Réal, au Barça, au PSG, où la concurrence a été mise en place mais non seulement elle n’a jamais duré mais surtout elle a souvent compliqué la saison de l’équipe et des gardiens présents.

Au PSG, depuis deux ans, et après des années à chercher la perle, Navas donne pleinement satisfaction. Rassurant, décisif, le costaricien a apporté un vrai plus au club de la capitale, jusqu’à devenir un leader du vestiaire.

Cet été, sur le marché, il y a Gianluigi Donnarumma, gardien de l’AC Milan, 22 ans, en fin de contrat et donc libre de s’engager où il veut sans indemnité de transfert. L’italien a démarré très jeune et est souvent désigné comme un des grands gardiens du futur. Il est donc logique que le PSG se positionne, surtout que Leonardo avait déjà tenté de le faire signer lors de son retour au club.

Pour le grand public, le gardien de but, c’est le dernier rempart, celui qui est là pour arrêter les tirs et empêcher d’encaisser des buts. C’est une partie de son rôle, mais c’est très réducteur.

Un gardien est aussi choisi en fonction d’une philosophie de jeu. Quand City engage Ederson, il le fait parce que le brésilien est très bon sur sa ligne, mais surtout parce que son jeu au pied et son positionnement vont permettre à Guardiola de faire évoluer son équipe comme il en a envie et donc assez haut sur le terrain. Il va également pouvoir compter sur la qualité de jeu au pied du gardien pour repartir de plus bas en l’utilisant comme un joueur de champ.

L’école italienne fabrique des gardiens de but très forts sur leur ligne, mais pas forcément performant dans les sorties de balle au pied. Donnarumma est dans ce profil. Si on y ajoute qu’il évolue dans un Milan moins fort, moins dominateur, il a donc souvent évolué dans une équipe en bloc bas.

Gardien, un rôle au-delà des seuls arrêts

Au PSG, il va évoluer dans une équipe qui domine 90% de ses rencontres, dans le camp adverse. Son positionnement va donc devoir évoluer pour gérer la profondeur par exemple. Autre élément différent, même si cette année le club lombard a réalisé une très belle saison, depuis ses début, l’italien est sollicité régulièrement pendant les rencontres. Au PSG, si on met de côté cette saison, les gardiens ont, en général, un ou deux arrêts à effectuer. Il faut donc garder une concentration élevée alors que 70% du match, voire plus, se passe loin de vous. C’est presque un autre métier.

Âgé de seulement 22 ans, l’ancien gardien du Milan est sûrement capable de progresser dans ces domaines mais comme ils ne sont pas acquis, ça va demander un temps d’adaptation et de progression et là, personne ne sait combien de temps ça peut prendre.

Malgré ces quelques interrogations, un gardien de 22 ans, international italien qui a déjà plus de 200 matchs en professionnel, sans indemnité de transfert, le PSG ne pouvait pas manquer l’occasion.

Reste le point de la concurrence avec Navas. Le costaricien a 35 ans et a une blessure à l’épaule qui le gêne régulièrement et pour laquelle son sélectionneur a préféré le laisser en vacances pour se soigner plutôt que de l’appeler pour les matchs de fin de saison. La seule certitude dans ce dossier, c’est qu’il faudra que le staff et les dirigeants soient clairs avec les deux gardiens. Mais on en reparlera quand le PSG aura communiqué sur l’arrivée de l’italien mais aussi son statut. Chaque chose en son temps.

crédit photo: footmercato.net

Paris United

GRATUIT
VOIR