Avant matchexclu puInfos Paris UL'équipe

Dans l’intimité du vestiaire, Tuchel hausse le ton avant le match face à Rennes

Furieux de la manière dont ses joueurs se sont inclinés en Ligue des champions à Anfield mardi, Thomas Tuchel a remis les pendules à l’heure vendredi dans les vestiaires du  Camp des Loges. Un recadrage musclé, le premier de la saison, dont l’effet est attendu dès cet après-midi en championnat face à Rennes.

 

En privé, Thomas Tuchel a changé de ton, et de son de cloche. Si face à la presse, le technicien a logiquement préféré louer la « top mentalité » de ses joueurs et voir le verre à moitié plein malgré la défaite 3-2 face à Liverpool, le coach allemand a souhaité remettre les pendules à l’heure avec ses joueurs dans l’intimité du vestiaire en présence du staff technique.

Vendredi, au Camp des Loges, Tuchel a pris soin de fermer la porte à double tour avant de s’adresser à son groupe. Très énervé, il est revenu sur la défaite à Liverpool pendant près d’une heure, évoquant le match, la prestation des joueurs au cas par cas, et les enseignements à tirer de cet échec. Le tout au prix d’une sérieuse gueulante.

Le trio Neymar-Mbappé-Cavani visé 

L’Allemand a soufflé dans les bronches du trio offensif Neymar-Cavani-Mbappé, particulièrement déçu par leur investissement lors des phases défensives. Car si le manager teuton leur avait laissé carte blanche et limité leur nombre de tâches sur le plan défensif afin de leur donner plus de liberté, les trois attaquants parisiens n’en étaient pas pour autant complètement dispensés.  Tuchel a insisté sur le fait qu’il était hors de question de défendre à 7, et que dorénavant, tout le monde, sans exception, serait concerné par le travail défensif.

Neymar a notamment été pris à part par Tuchel, entre quatre yeux. La conversation entre les deux hommes a duré de longues minutes, au terme de laquelle le Brésilien a semble-t-il compris le message.  Kylian Mbappé a lui aussi eu droit à un discours personnalisé par le manager allemand, qui lui reproche, comme à Neymar, son absence dans le repli défensif. Dorénavant, les deux ailiers parisiens feront les efforts et ont été priés de ne plus jamais rendre une copie aussi faible que celle de mardi soir.

Rabiot jugé trop nonchalant

Face aux Reds, le milieu de terrain parisien a été complètement dépassé. Si Di Maria semble être un peu passé entre les gouttes de la tempête envoyée par Tuchel dans les vestiaires du Camp des Loges, Rabiot a lui pris un sacré vent de face. Jugé trop « calme », la nonchalance et l’absence de réaction du titi n’ont pas été du goût du staff.   

La prestation de Marquinhos a, elle aussi, beaucoup déçue. Le poste de 6 semble beaucoup trop exigeant pour le défenseur central de métier, pas assez à l’aise techniquement pour occuper le poste le plus compliqué du football. 

Déception sur l’état d’esprit général

Aux yeux du manager allemand, seuls les coups de pied arrêtés et la charnière centrale Thiago Silva-Kimpembé sont des motifs de satisfaction. Le titi parisien a fait une grosse impression et probablement “gagné” sa place de titulaire.

Si Tuchel a poussé sa bronca, c’est dans le but de réveiller son groupe pour les échéances à venir. Car si Cavani, Thiago Silva et Kimpembé ont pris la parole dans les vestiaires à la mi-temps pour remobiliser les troupes mardi soir, la deuxième mi-temps a été jugée pire que la première.

Buffon y est également allé de son petit mot, invitant ses coéquipiers à plus de hargne et de combativité sur le terrain. C’est là que le bât blesse, ce pourquoi l’entraîneur allemand a demandé beaucoup plus d’intensité, notamment lors des matchs en Ligue 1. Si l’intensité est absente en championnat, elle le sera d’autant plus lors des grandes échéances européennes. Sera-t-elle au rendez-vous tout à l’heure face au Stade Rennais ?