à la uneRésumé de match

Un Neymar lunaire permet au PSG de faire exploser l’Étoile Rouge

Les hommes de Thomas Tuchel n’ont fait qu’une bouchée de l’Étoile Rouge de Belgrade (6-1), ce mercredi soir lors de la 2e journée de Ligue des champions. Neymar a marqué un triplé et permet au PSG de débloquer son compteur dans le groupe C.

 

Paré de sa tunique noire, le PSG a terrassé le visiteur serbe (6-1). Pressé très haut, l’Étoile Rouge de Belgrade a passé un mauvais moment au Parc des Princes. Neymar a fait vivre un cauchemar à la défense adverse et le score aurait pu être plus lourd. C’est en 4-2-3-1 que les joueurs de la capitale démarrent la rencontre, dans un Parc condamné à un huis clos partiel. Placés très haut sur le terrain, les parisiens concèdent une première frappe de Goran Gusic, au-dessus de la cage d’Alphonse Areola, avant de prendre le prendre le contrôle du match sous l’impulsion de Neymar.

 

Neymar met le PSG sur orbite

Dès la 9e minute, le Brésilien déborde la défense serbe et centre. Le ballon revient sur Kylian Mbappé dont la frappe passe de peu à côté des buts de Milan Borjan. En feu, le numéro 10 parisien effectue une percée plein centre avant de servir Mbappé à l’entrée droite de la surface. Le tir du Français est détourné en corner par le portier de l’Étoile Rouge (15e). Paris a la main sur le match. Il ne manque plus qu’un but.

Et il arrive après une nouvelle faute sur Neymar, à l’entrée de la surface serbe. L’Auriverde enroule parfaitement sa frappe qui va se loger dans le petit filet (1-0, 19e). Très en jambe, « Ney » double la mise trois minutes plus tard. Sur une récupération de Rabiot, l’ancien barcelonais effectue un une-deux avec Mbappé. Le champion du monde retrouve son complice offensif à l’entrée des six mètres  pour la réalisation du break (2-0, 22e). Borjan, le portier de Belgrade n’a pas fini de souffrir. Edinson Cavani (27e), Neymar (29e) et Thomas Meunier (31e) manquent d’aggraver le score mais n’y parviennent pas grâce aux arrêts du gardien ou par manque de précision.

 

L’Étoile Rouge subit les vagues offensives de Paris

La partie n’est que remise pour le Matador. Profitant d’un mauvais renvoi de la défense de l’Étoile Rouge, il s’empare du ballon et effectue deux gestes techniques de classe pour effacer ses vis-à-vis. Cavani conclut d’une frappe instantanée du gauche, déviée, qui offre trois buts d’avance au PSG (3-0, 38e).

Paris n’arrête pas son effort de pressing et suite à une nouvelle récupération de balle dans le camp serbe, Kylian Mbappé manque une énorme occasion. Neymar offre une passe millimétrée pour l’attaquant des Bleus qui, esseulé dans la surface, rate sa frappe et ne trouve pas le cadre. Quelques instants plus tard, à la 42e minute, le discret Angel Di Maria marque de l’extérieur du gauche, sur un service délice d’extérieur du droit, dans les six mètres, de Thomas Meunier (4-0, 42e).

Le feu d’artifice parisien du premier acte se termine par un nouveau festival de son attaquant brésilien. Neymar place un petit pont dans la surface et perd son duel face au gardien serbe (45e+1). Du travail bien fait, salué par le public du Parc qui accompagne d’applaudissements le retour au vestiaire des Parisiens.

 

Le PSG ne relâche pas son étreinte

De retour sur le pré, Paris reprend sa marche en avant. Juan Bernat combine avec Mbappé qui feinte dans la surface de Belgrade et tente sa chance (48e) mais Borjan fait une nouvelle parade. Décisif à plusieurs reprises, le portier serbe colmate les brèches laissées par sa défense. Plus tranchant lors du second acte, Mbappé trouve Neymar en retrait mais le gardien serbe se détend pour retarder le triplé du meneur parisien (51e). Di Maria est également plus déterminant durant la deuxième période. Sur un centre de Thomas Meunier, l’Argentin arme une frappe contrée par la défense adverse. La balle revient sur Neymar qui pique son ballon au-dessus de la défense et trouve Bernat dont le centre est converti en but par Mbappé 5-1, 70e). Le jeune attaquant tricolore est enfin récompensé de ses efforts.

Le PSG mène largement et se fait surprendre peu de temps après. A la 74e minute, le fraîchement entré Ebecilio, glisse un bon ballon en profondeur de l’extérieur du pied pour trouver Marko Marin. L’attaquant serbe foudroie Alphone Areola et réduit le score (5-1). Le festival offensif n’est pas terminée pour Paris. On joue la 81e minute quand Neymar place la cerise sur le gâteau. Le meneur parisien profite d’un coup-franc à 25 mètres, plein axe, pour s’offrir un magnifique triplé. A noter la belle fin de match d’Eric Choupo-Moting, très remuant, et qui a provoqué de belles situations qui auraient pu alourdir le score.

Après le non-match de Liverpool, le PSG réagit avec la manière, chez lui, avant la réception de Naples le 24 octobre (21 heures). Neymar a assumé ses responsabilités et confirme sa montée en puissance depuis le début de saison. Sous l’impulsion d’Edinson Cavani, le bloc parisien a étouffé son adversaire avec un pressing de chaque instant. De bon augure pour la suite de la compétition.

 

Les notes :

 

Areola (5): Une soirée tranquille pour le portier parisien. Il a eu très peu de travail face une équipe serbe inoffensive. Avant le but de Marin, il avait contrôlé les timides tentatives serbes.

Bernat (6): L’Espagnol a fait son match, aidé par de faibles velléités offensives de l’Etoile Rouge. Ce genre de rencontre lui permet d’emmagasiner de la confiance et de retrouver le rythme. A la réception d’une passe lobée de Neymar, il donne une passe décisive à Mbappé.

Thiago Silva (6): Le capitaine du PSG a bien accompagné son bloc qui évoluait très haut sur le terrain, et a su couper les trajectoires. Solide et vigilant. Remplacé par Thilo Kehrer à la 76e.

Kimpembe (6): Préféré à Marquinhos, le Titi parisien a fait parler son physique pour intimider les attaquants adverses. La force mais aussi sa sérénité ont fait beaucoup de bien à son équipe. Surpris par la passe serbe sur la réduction du score de Belgrade.

Meunier (8): ll a passé une bonne partie de sa soirée dans le camp adverse. Hyperactif, Le Belge s’est montré combatif, a récupéré de nombreux ballons et a offert un caviar, de l’extérieur s’il vous plaît, pour trouver Angel Di Maria. Auteur d’une nouvelle partie très consistante.

Verratti (7): L’Italien a récupéré un nombre incalculables de ballons dans l’entre-jeu. Il a été un métronome du jeu parisien. Ses passes ont percé les lignes de Belgrade.

Rabiot (7) : Accompagné de Marco Verratti, il a régné sur la terre du milieu. Positionné généralement plus haut que le Petit Hibou, il a également coupé de nombreuses trajectoires. Il a apporté le surnombre en attaque et a contribué à fluidifier le jeu parisien.

Di Maria (6): L’Argentin a paru plus effacé que ses partenaires de l’attaque durant la première période. En possession du ballon, il a cherché à casser les lignes avec ses transmissions. Il marque le quatrième but parisien d’un bel extérieur du gauche et a eu de nombreuses opportunités en fin de rencontre.

Mbappé (7): Avec sa vitesse et sa technique, le Français a mis Belgrade en difficulté. Balle au pied, il a multiplié les provocations avec plus ou moins de réussite. Même s’il a un peu vendangé, il a été récompensé par un but. Le Bleu a laissé sa place à Eric Maxim Choupo-Moting à la 77e. Le Camerounais s’est montré très actif et a provoqué plusieurs occasions de but.

Cavani (7): Une fois de plus, l’Uruguayen a été très peu trouvé, ou cherché, sur le front de l’attaque durant le premier acte. Rampe de lancement du pressing, le Matador a donné, avec brio, la cadence défensive. Tenace, il marque sur un superbe exploit personnel.

Homme du match : Neymar 9,5

 


 

Proche de la perfection, le Brésilien était dans tous les bons coups. Ses dribbles ont semé la zizanie dans une défense serbe qui a dû commettre de nombreuses fautes sur le Parisien.Son triplé, dont un doublé sur coup-franc, a mis le PSG sur orbite et ses stats auraient pu être plus impressionnante si Mbappé n’avait pas manqué son offrande.

Xavshamrock pour Paris United

Paris United

GRATUIT
VOIR