à la uneCompétitionsRésumé de match

TFC v PSG : en route vers le titre et les 100 points

Plus tôt dans laprès-midi, et dans une toute autre discipline, le rugby, les Toulousains sont venus simposer dans la capitale, sur le terrain du Racing 92. Et ce nest quune demi-surprise. Au stadium de Toulouse, le PSG ne sest pas fait surprendre, et simpose fort logiquement. Paris reprend ses 20 points davance sur Lille, avec un match en retard (à Nantes le 17 avril prochain).

 

La compo

Le PSG se présente avec sa défense à 3 devant Areola : Kimpembe, Marquinhos et Kehrer sont titulaires, tandis que le capitaine habituel Thiago Silva est sur le banc, tout comme Verratti. Dagba et Kurzawa occupent les côtés,  Paredes, Nkunku et Bernat sont au cœur du dispositif mis en place par Thomas Tuchel. En attaque, Choupo-Moting est associé à l’incontournable Kylian Mbappé. Du côté des remplaçants, Buffon, Nsoki et Diaby complètent le banc parisien.

 

Un début de match très poussif des deux côtés

D’entrée le TFC choisir d’évoluer très haut, et les Toulousains mettent beaucoup d’intensité dans le début de match, pour provoquer une défense parisienne bien en place. Très vite, les joueurs parisiens reprennent la possession du ballon et l’occupation du terrain. L’entame toulousaine est stérile (10ème, 0-0).

Premier réel fait de jeu, sur une nouvelle initiative parisienne, Paredes est secoué par Sangaré, l’Argentin se relève difficilement. Le PSG obtient un coup-franc qui ne donne rien (11ème). Côté toulousain, fidèle à son habitude, Gradel se montre très entreprenant au sein de l’attaque du TFC, mais la défense parisienne ne lui laisse aucun espace. Après 15 minutes très ennuyeuses, le score est logiquement vierge (15ème, 0-0).

 

Une première mi-temps sans relief

Après une nouvelle poussée toulousaine initiée par Gradel, et un corner qui ne donne rien, le ballon revient à Mbappé. L’échappée solitaire de l’attaquant français est ponctuée d’une offrande  pour Choupo-Moting, qui rate immanquablement le cadre (17ème). Le PSG a totalement repris le contrôle du jeu, et utilise les côtés. Les débordements de Mbappé et les corners se succèdent, mais les Parisiens n’arrivent pas à trouver la faille (23ème). Le TFC s’essaie également par les côtés et les centres dans la surface, mais Areola est impérial (25ème). Dominés, les Toulousains sont souvent mis à la faute, et les avertissements se multiplient (Sangaré, Sidibé). Cependant à la demi-heure de jeu, le PSG n’arrive pas à faire la différence malgré une possession de balle largement à son avantage 65% vs 35% (30ème).

L’équipe de Thomas Tuchel est inoffensive et Toulouse reste dangereux en contre-attaque, mais sans réel danger pour Areola. Côté parisien, Nkunku et Bernat sont très actifs, mais la défense toulousaine est elle aussi bien en place. Sur une nouvelle offensive parisienne dans la surface toulousaine, Marquinhos pense avoir fait le plus dur en ouvrant le score de la tête. L’arbitrage vidéo en décide autrement pour une position de hors-jeu du brésilien (36ème). Dans la continuité, Toulouse repart de l’avant et obtient un nouveau corner. Julien s’impose dans les airs, mais Areola est à la parade sur sa ligne (38ème). Le PSG semble accélérer dans la fin de cette première période, mais la domination parisienne ne donne rien, la mi-temps est sifflée sur un score nul et vierge.

 

Un PSG à réactions

La seconde mi-temps débute sur le même rythme, l’équipe de Toulouse reste positionnée très bas, le PSG devra faire beaucoup plus pour ouvrir le score. Face à cette situation, Thomas Tuchel sort de son banc, et semble demander à ses joueurs d’emballer le match. La réponse est .. toulousaine, toujours avec Gradel à l’initiative, qui sert Sanogo seul dans la surface. Sa frappe est déviée du pied par Areola, qui réalise un nouvelle parade décisive (52ème), sa 2ème de la soirée !

Même si le club de la capitale conserve la possession du ballon, Toulouse continue de pousser pour créer l’exploit, notamment par de longs ballons au cœur de la surface parisienne, mais Areola demeure infranchissable (60ème). Face à la léthargie générale de son équipe, Thomas Tuchel décide de faire des changements sans attendre. Kurzawa est remplacé par Verratti, et Diaby prend la place de Nkunku  à l’heure de jeu (62ème).

 

Le coaching de Tuchel

L’entrée de Verratti change tout. Elle est synonyme de fluidité dans le jeu des parisiens, et la première véritable action initiée par l’Italien se termine par un centre de Dagba pour Mbappé, qui ne peut reprendre de la tête (66ème). Aux côtés de Verratti, l’Argentin Paredes se montre plus influent au milieu du terrain, sa frappe sur coup-franc frôle le cadre (70ème). Dagba est remplacé par Thiago Silva.

 

La lumière est venue de Mbappé

A l’approche du dernier quart d’heure, l’équipe de Tuchel s’en remet à un exploit individuel. Ce qui ne tarde pas à arriver. L’appel et le débordement de Kehrer sont dans le parfait tempo, et le centre du défenseur allemand trouve Mbappé, qui réalise un nouvel enchaînement parfait. La frappe du pied droit du meilleur buteur français termine dans le petit filet de Reynet, et le PSG mène 1-0 : (75ème). La fin de match est évidemment débridée, Toulouse pousse sans se créer de réelles occasions franches, et Paris contrôle (possession fin de match 65%-35% pour le PSG). Dans les dernières minutes du match, Toulouse se découvre et tente l’impossible, mais c’est terminé . Le PSG s’impose et reprend ses 20 points d’avance sur Lille.

Le PSG aura fait le minimum ce soir, mais il a dans ses rangs un joueur qui lui permet de répondre à toutes les situations, ou presque. En labsence de Di Maria, il a fallu attendre la bonne opportunité, et Mbappé a su la saisir Il délivre à nouveau le PSG, qui fonce vers son huitième titre de champion de France.

 

Les notes des joueurs :

Marquinhos 7,5 : Il a les épaules pour être le patron de la défense parisienne, son match de ce soir en témoigne. Infranchissable.

Kehrer  6,5 : La trêve internationale semble l’avoir bonifié, même si l’adversité ce soir est incomparable. Passeur décisif pour le but de la victoire. Donc, décisif.

Kimpembe 6 : A l’image du bloc défensif, il réalise un match très propre, mais sans dépassement de fonctions.

Bernat 6 :  Fidèle à son habitude, il a été très actif aux côtés de Paredes, avec très peu de déchets. Polyvalent.

Kurzawa 5 :  Très emprunté physiquement ce soir, ce qui est forcément lié à ses deux matches avec l’équipe de France. Fatigué, ou limité.

Paredes 5,5 : Lui aussi a paru très timide ce soir, de nombreuses pertes de balle parfois  des mauvais choix. Du mieux aux côtés de Verratti. A revoir.

Nkunku 5 : Peu en vue dans l’entrejeu, il s’est effacé au fil des minutes. Décevant

Dagba 5,5 : A l’image de l’équipe, dans un match sans rythme, trop timide.

Choupo-Moting 3 : Maladroit dans ses choix, mal positionné. Inutile.

Mbappé 7,5 : Il est celui qui porte le club et l’équipe au fil des matches. Il surgit quand il faut, pour son 27ème but en championnat. Joueur clé.

 

Homme du match : Areola 8

Sans ses parades décisives ce soir, en complément de son autorité grandissante au sein de sa défense, et face à ses adversaires, le PSG n’aurait peut-être pas pris les 3 points ce soir. Il a permis à Paris de rester dans son match car Il est réellement décisif à deux reprises face aux attaquants toulousains.  Ce qui lui vaut un nouveau cleansheet.

 

 

Sources et images : psg.fr,

Rédaction pour Paris United, Fredi

Montage vidéo Alien Football

Visuel homme du match Matthias Design

Paris United

GRATUIT
VOIR