à la uneCompétitionsRésumé de match

Résumé PSG v Naples : Le génie de Di Maria offre un nul heureux au PSG

Dans un Parc prêt à faire la fête, Paris a rendu une pale copie, mercredi, face à Naples, lors de la 3e journée de la Ligue des Champions. Alors qu’ils se dirigeaient vers la défaite, les joueurs de Thomas Tuchel ont égalisé (2-2) dans les derniers instants, grâce à un sublime but d’Angel Di Maria.

 

Que ce fut poussif pour les Parisiens ! Malmenés et sans envie durant une bonne partie de la rencontre, Neymar et ses coéquipiers sont parvenus à arracher le point du match nul (2-2). Cette précieuse égalisation obtenue grâce au coup de patte géniale d’Angel Di Maria, permet au PSG de rester dans la course à la qualification.

 

Une bonne entame et Paris disparaît 

Pourtant, les joueurs de la capitale ont semblé prendre le match par le bon bout. Dès la 2e minute,
Angel Di Maria lance Kylian Mbappé sur son côté droit. L’international français prend son défenseur de vitesse et centre. Cavani et Neymar sont à la réception du ballon mais se gênent. Ils manquent la balle et l’Uruguayen tacle la cheville de son coéquipier. Touché, le Brésilien met du temps à se relever mais peu reprendre sa place, pour le plus grand soulagement des supporters parisiens.

Le numéro 10 parisien n’est pas perturbé par cet incident et va le démontrer en offrant deux occasions à ses partenaires. Une première sur une passe lobée en direction de Cavani. Le buteur tente une reprise du gauche non cadrée. Quelques instants plus tard sur un corner, Neymar, de nouveau à la baguette, trouve Mbappe étrangement seul dans la surface. Le champion du monde tente sa chance, malgré une forêt de joueurs devant le but, mais ça passe à côté.

A la 18e, Paris se créé une nouvelle opportunité. Suite à une percée de Neymar, Mbappe est trouvé plein axe mais son contrôle, trop long, est repris par Cavani dont le tir est repoussé par les jambes d’Ospina.

Ensuite, le PSG recule et laisse Naples développer son jeu. Mario Rui a tout le loisir d’adresser un centre précis pour Dries Mertens. La reprise du Belge heurte la barre transversale d’un Alphonse Areola battu (24e). Cette première secousse annonce le tremblement à venir. Sur une merveille de passe signée Jose Maria Callejon, Lorenzo Insigne est trouvé dans le dos de Presnel Kimpembe. Areola est trop court et l’Italien pique sa balle au-dessus du portier parisien pour l’ouverture du score (0-1, 29e).

Paris ne réagit pas et se retrouve même proche du K.O. Dries Mertens récupère une mauvaise passe de Di Maria et effectue une passe lobée vers Lorenzo Insigne, dont le tir passe au-dessus des buts d’Areola. Paris a chaud.

Une fois de plus, Neymar réveille le Parc. Une feinte de corps et le Brésilien donne une superbe balle en profondeur pour Mbappe. Le Français se présente face à Ospina et perd son duel face au portier napolitain.

A la suite d’une première période très insuffisante dans le contenu et l’envie, les joueurs de Thomas Tuchel sont accompagnés aux vestiaires par quelques sifflets. L’entraîneur parisien agit durant la pause. Il remplace Juan Bernat par Thilo Kehrer qui se place en défense centrale. Kimpembe évolue au poste de latéral gauche.

 

Paris oublie de jouer le dernier quart d’heure  

Le PSG revient sur le terrain avec le pressing défensif qu’il avait oublié dans le vestiaire. Neymar dribble et met Ospina en difficulté sur sa frappe, Cavani bondit mais rate l’immanquable. Heureusement, il était hors-jeu (49e). Deux minutes après, Di Maria voit sa tentative repoussée par le portier italien. Au rebond, Meunier surgit et place une puissante tête claquée par Ospina.

Pour le moment, Paris va mieux. A la 58e, Cavani combine avec Neymar qui lui glisse un joli ballon dans la surface. Le buteur parisien tombe mais Félix Zwayer, l’arbitre, ne bronche pas.

Paris est même récompensé de sa belle entame de seconde période. Neymar caresse le ballon dans la course de Mbappe. L’ancien monégasque décale sur Meunier dont le centre est dévié dans son propre but par Mario Rui (1-1, 61e).

Naples tente de réagir. Mertens est trouvé à l’entrée de la surface. Dos au but, il tente sa chance en se retournant mais sa frappe passe assez loin du but d’Areola. A l’entrée du dernier quart d’heure de jeu, Mbappe et ses partenaires lèvent de nouveau le pied et vont le payer de suite.

Suite à un ballon que Marquinhos ne parvient pas à maîtriser, Dries Mertens récupère le cuir et refroidit le Parc des princes (1-2, 76e). Le scénario catastrophe de la première période repointe le bout de son nez. Le club de la capitale s’en remet au pied de Neymar sur un coup-franc à environ 30 mètres dans l’axe des buts adverses. L’Auriverde place un beau ballon sous la barre mais, une fois de plus, Ospina repousse (80e).

Dans la foulée, Naples se montre le plus dangereux et offensif. Areola est à deux doigts de mettre un but contre son camp  suite à un dégagement des deux poings (84e).

Alors que la défaite se dessine, le PSG revient au score sur un chef d’oeuvre d’Angel Di Maria. L’action est initiée par Neymar, qui transmet à Julian Draxler. L’Allemand décale l’ailier de l’Albiceleste sur le côté droit. Le gaucher repique et enroule parfaitement la balle pour trouver la lucarne de ce diable de David Ospina ! (2-2, 90+3e).

Paris s’en sort bien. Ce nul permet au PSG de rester à un point des Napolitains après la troisième journée. Thomas Tuchel et ses joueurs sont troisièmes et vont devoir montrer un meilleur visage lors du match retour à Naples, le mardi 6 novembre (21 heures). Si ce n’est pas le cas, l’Europa Ligue, au mieux, ne sera plus très loin…

 

Les notes du match :

Areola (5): Il a semblé hésitant sur l’ouverture du score et n’a pas non plus été aidé par sa défense sur ce coup-là. Le portier parisien s’est montré vigilant sur une frappe vicieuse de Mertens à la 60e. Le Philippin était même à deux doigts de marquer contre son camp suite à un dégagement des poings.

Meunier (6): Disponible sur son côté droit, il a reculé comme toute l’équipe. A sa décharge, le Belge s’est souvent retrouvé seul à défendre face à deux Napolitains. En deuxième période, il a profité d’un bloc parisien beaucoup plus haut pour se montrer. Son centre a causé le premier but parisien.

Marquinhos (4) : Averti dès la 5e minute, le Brésilien a dû se montrer prudent. Moins impliqué que Kimpembe sur l’ouverture du score, il est quand même en retard sur Mertens. Le capitaine parisien ne parvient pas à éloigner le danger sur le deuxième but de Mertens.

Kimpembe (5) : Il commence bien son match en se montrant incisif sur les attaques italiennes. Mais il est impliqué sur le premier but car il laisse Insigne partir dans son dos. En deuxième période, il a évolué en tant que latéral gauche et s’en est bien sorti défensivement.

Bernat (3) : L’Espagnol montait en puissance durant les deniers matches mais ça semble encore insuffisant en Ligue des Champions. Il s’est montré en attaque mais c’est encore trop peu. Remplacé à la mi-temps par Thilo Kehrer (6) : Le jeune Allemand a fait le travail. Il faut dire que le PSG a évolué plus haut durant le deuxième acte.

Verratti (6): L’Italien avait un gouffre à combler. L’écart avec ses attaquants, qui rechignent à défendre, lui fait couvrir une zone immense. Il a également perdu deux ballons, en pensant obtenir une faute, qui auraient pu coûter cher à son équipe. Remplacé par Moussa Diaby (83e).

Rabiot (5) : Même constat que son partenaire du milieu, il n’a pas été aidé à la récupération par ses attaquants. Du coup, il a souffert dans l’entre-jeu. Par bribes, il a tenté de percer les lignes adverses et d’apporter le surnombre.

Mbappe (3) : Ces derniers matches, Mbappe vendange mais ce mercredi soir, cela a été préjudiciable. Il a perdu son duel face à David Ospina et s’est montré léger sur le replacement défensif. Il est à l’origine de la première occasion parisienne mais ce n’était pas sa soirée.

Di Maria (5,5) : L’Argentin s’est montré très discret sur la pelouse du Parc. Peu de différences et un repli défensif qui a dû frustrer Thomas Meunier. Il éclaire sa sombre soirée avec une splendide frappe enroulée dans le temps additionnel. Un but qui permet à son équipe de sauver les meubles.

Cavani (4) : L’Uruguayen n’a pas passé une bonne soirée. Le manque de suivi dans ses pressings a semblé le décourager. Il n’a pas réussi à concrétiser le peu d’occasions qu’il a eu à se mettre sous la dent. Remplacé par Draxler (75e). L’international allemand sert Di Maria sur l’égalisation.

 

L’homme du match : Neymar (6,5)

Le Brésilien a été le Parisien le plus remuant et le plus dangereux. Dans le premier acte, il offre deux belles occasions à Cavani puis à Mbappe. Il s’est créé plusieurs situations, dont un coup-franc, mais n’a pas réussi à trouver le chemin des filets. Il est également à l’origine du but de Di Maria.

Xavshamrock

Paris United

GRATUIT
VOIR