à la uneRésumé de match

PSG v STRASBOURG : la rage de vaincre

Face au Racing Club de Strasbourg pour ce 1/16èmes de finale de Coupe de France édition 2019, le PSG se présente en favori incontestable, face à une équipe qui n’a jamais gagné au Parc des Princes. La dernière défaite des Parisiens dans cette compétition remonte à 2014, au même stade des seizièmes (élimination face à Montpellier, 1-2). Le PSG n’envisage rien d’autre que la qualification.

 

Paris sans Mbappé

Dans un schéma tactique à 4 défenseurs devant Areola (Kehrer – Thiago Silva – Marquinhos – Bernat), avec Draxler et Dani Alves au cœur du jeu, le PSG se présente dans une composition très offensive face au RC Strasbourg : Neymar et Di Maria occupent les couloirs, Cavani et Choupo-Moting sont titulaires en attaque. Mbappé est au repos. Strasbourg évolue avec un système très défensif qu’il affectionne, et sa nouvelle recrue Samuel Grandsir, fraichement arrivé de Monaco.

Paris frappe d’entrée

Dès les premières minutes, le PSG impose un gros rythme, et le premier débordement de Di Maria aboutit à un centre que Cavani rate d’un crampon (2ème). La sanction arrive rapidement : Thiago Silva sert Choupo-Moting, qui remet idéalement à Cavani. L’Urugayen finit le travail et le PSG mène 1-0 (4ème). L’équipe de Thierry Laurey tente de réagir mais n’y arrive pas. Le premier corner ne donne rien, et Paris accélère. Les strasbourgeois sont pris de vitesse et font beaucoup de fautes, Lienard est averti (9ème). Les hommes de Tuchel sont ultra-dominateurs, et Strasbourg est dépassé. La frappe de Di Maria aux abords de la surface alsacienne passe de peu au-dessus de la transversale de Sels (12ème).

Après un premier quart d’heure à bout de souffle, Strasbourg essaie de se réorganiser face aux attaques incessantes du PSG, le jeu s’équilibre (20ème). Strasbourg se rebiffe, et joue en contres. Le coup-franc de Lienard ne donne rien (25ème). Le PSG répond, Aaneba est averti à son tour, et Neymar obtient un excellent coup-franc à 20 mètres. Le gardien strasbourgeois est à la parade et le PSG obtient corner sur corner (30ème).

Strasbourg reste dans le match

Les occasions se cumulent pour les parisiens et une nouvelle frappe de Neymar sur coup de pied arrêté passe de peu à côté (33ème). Puis, un enchaînement somptueux initié par Cavani pour Di Maria aboutit à un centre de l’argentin pour Neymar qui est contré par la défense parisienne. Le PSG confisque le ballon (35ème). Strasbourg réagit par intermittence, et Gonçalves tente une frappe lointaine qui part hors-cadre (37ème). Sur un nouveau corner parisien, la tête de Cavani est sortie sur sa ligne par Sels. (39ème). Dans la foulée, Bernat est touché dans la surface : pas de VAR en coupe de France, M.Hamel ne bronche pas (40ème). Une nouvelle action du duo Neymar-Cavani se termine par une frappe de Di Maria sur le poteau (44ème). Strasbourg plie, mais ne romp pas.

A la pause (1-0) et après 45 minutes très animées, le PSG devrait mener plus largement, et sa domination tout-terrain reste à confirmer.

Paris cherche le break

Dès l’entame de la seconde période, le PSG prend le jeu à son compte. Les intentions parisiennes sont claires : faire le break. Cavani s’impatiente et il est averti pour contestation (48ème). La domination parisienne est à nouveau étouffante, les fautes strasbourgeoises s’accumulent, Neymar fait le spectacle et Choupo-Moting rate le cadre de peu (56ème). Une nouvelle action du meneur de jeu brésilien du PSG se termine par une frappe qui passe de peu à coté du but strasbourgeois (59ème). Après avoir fait le spectacle pendant une heure, Neymar est touché à la cheville : le staff parisien ne prend aucun risque, et Diaby entre à sa place (61ème).

Di Maria délivre le Parc

La sortie du brésilien a pour conséquence un net changement de rythme côté parisien, et le jeu s’équilibre au milieu de terrain. Strasbourg espère encore, même si la possession reste largement parisienne (70ème).

Occupation du terrain largement à l’avantage du PSG sur l’ensemble du match

A l’approche du dernier quart d’heure, les deux équipes demeurent très prudentes, et le rythme du match devient vraiment soporifique. Mais le PSG insiste, et après un enchainement d’erreurs défensives des Strasbourgeois, Draxler dépose une merveille de centre au second poteau pour Di Maria, qui loge le ballon sous la transversale : 2-0 (80ème). Après ce but du break, Kehrer est le premier parisien averti dans ce match, et Di Maria cède sa place à Nkunku (86ème).

La fin de match est sans réel intérêt, le PSG conserve la possession et plus rien ne se passe.

 

Le PSG assure sans contestation sa qualification pour les 1/8èmes de finale de Coupe de France. Paris a marqué très tôt, et les hommes de Tuchel ont fait le boulot. Strasbourg se tourne vers sa demi-finale de Coupe de la Ligue, et le PSG vers d’autres objectifs.

 

Les notes des joueurs :

Areola 7 : Un match très tranquille, sans être inquiété vraiment. Fidèle au poste.

Marquinhos 6,5 :   Peu acteur dans ce match, et volontairement. Trop facile.

Bernat 6,5 : Dans la moyenne de ses prestations : très actif, puis au ralenti. Gestionnaire.

Thiago Silva 6,5 :  Patron incontestable de la défense, même sans rien faire il en impose. Captain.

Kehrer 5,5 : A l’unisson de ses compères en défense, toujours placé, rien à signaler sauf un avertissment qu’il doit éviter.

Dani Alves 5,5 : A ce poste qui n’est pas le sien, il sait s’adapter. Polyvalent.

Draxler 7,5 : A chacune de ses apparitions il brille par son talent technique. Il oriente et rassure. Métronome.

Neymar 7 : En 60 minutes il a (encore) éclairé le jeu du PSG. Il est le leader technique, et sans-lui ce n’est plus la même équipe.

Choupo-Moting 6 : Attaquant complémentaire, il sait se mettre au service du collectif, à l’image du but de Cavani ou il est passeur décisif.

Cavani 6,5 :  L’uruguayen a débloqué la rencontre, puis lui-aussi à bien géré. Toujours précieux.

Homme du match : Di Maria 8

Dans tous les bons coups ce soir sur le front de l’attaque parisienne, il est à l’origine de nombreuses actions parisiennes. Sur coup de pied arrêté, et sur corner en particulier, il est précis comme jamais. Au cœur du jeu offensif parisien, il est celui qui a orienté le jeu parisien. Il est aussi celui qui libère le PSG en fin de match.

Le PSG entame son année 2019 par une qualification en coupe de France, et c’est devenu une habitude depuis 4 ans. Comme la Juventus Turin en Italie, et le FC Barcelone en Espagne, les parisiens visent un 5ème titre consécutif dans cette compétition nationale. Entre autres objectifs, bien sûr.

 

Sources infos et images : psg.fr, @PSG_inside, sofascore.com

Rédaction pour Paris UnitedFredi