à la uneArticleCompétitionsL'équipeLe ClubRésumé de match

PSG v OM: Paris remet l’OM à sa place

Paris remporte une nouvelle fois le trophée des champions en disposant de l’OM, deux buts à un. Pochettino récupère certains joueurs et on voit quelques principes se mettre en place.

Le trophée des champions, à Lens, un mercredi soir, dans un calendrier démentiel, en janvier, il n’aurait plus manqué qu’il y ait une crise sanitaire pour que l’absurdité soit totale !!! Heureusement que c’était un PSG – OM pour relever tout ça, en tout cas sur le papier. Par rapport au match de Brest, Florenzi, Paredes, Kurzawa et Icardi font leur apparition dans le onze titulaire.

La première période fut plutôt terne. Marseille a décidé de jouer sans avant-centre et alterne entre bloc bas et quelques rares moments de pressing haut, surtout quand Paris repart de son but plutôt qu’en mode contre-pressing.

Les meilleures occasions vont être parisiennes, notamment par Icardi qui va même ouvrir le score, en deux temps, sur un très bon service de Di Maria. À la pause, Paris mène logiquement 1-0.

En seconde période, le match déjà plutôt peu intense, baisse encore d’intensité. Paris est toujours meilleur mais sans se créer de véritables occasions. Les bonnes nouvelles sont les retours de Kimpembe et Neymar à une grosse demi-heure de la fin de la rencontre.

Les faits marquants ? Trois énormes fautes d’Alvaro, venu régler ses comptes comme une petite frappe et qui s’en sortira avec, seulement, un carton jaune. Paris va doubler la mise sur penalty par Neymar suite à une faute de Pelé sur Icardi.

Marseille va enfin pousser, Paris se déconcentrer, et Payet va réduire le score mais ça ne suffira pas. Paris s’impose 2-1 et remporte le trophée des champions 2020.

On continue de voir des choses avec Pochettino. La première chose, et pour ceux qui en doutaient, c’est que Marquinhos est bien intouchable en défense centrale. Diallo a été correct, même s’il a encore raté une grosse relance en première période et a été pris deux ou trois fois en seconde période. Kurzawa ne comprend toujours pas comment on demande le ballon sur le côté, comment on dédouble, sans compter ses erreurs de placement défensives alors que l’OM n’était pas dangereux.

Verratti en 10, est-ce vraiment l’avenir ?

Au milieu, Paredes a été le meilleur. Oui, il est lent. Oui, parfois, il ralentit un peu le jeu. Mais sa qualité de passe permet de casser les lignes régulièrement. La force d’un entraîneur est de s’adapter aux qualités de ses joueurs. Il faut sûrement trouver une composition pour que l’argentin s’exprime pleinement. À ses côtés, Herrera a été légèrement meilleur que face à Brest, mais c’est encore insuffisant.

Pochettino a de nouveau utilisé Verratti en 10. Le petit italien n’a pas été mauvais, mais force est de constater qu’il n’a pas de repères à ce poste. Il n’apporte pas assez et il serait sûrement plus intéressant plus bas, aux côtés de Paredes par exemple.

Devant, Mbappé a encore abusé des actions individuelles oubliant même plusieurs fois Kurzawa. Peut-on se contenter de ça ? De l’autre côté, Di Maria a été un peu mieux qu’à Saint-Etienne et face à Brest. Il a réalisé une belle passe sur Icardi lors de l’ouverture du score, mais, pour lui aussi, est-ce suffisant ?

En pointe, c’était donc Icardi. Un but, une frappe sur la barre, un penalty obtenu, il a été très efficace devant le but. Mais il a aussi apporté dans son jeu de remise, dos au jeu. Il revient bien et devra confirmer dans les prochaines semaines.

Côté entrant, Neymar a subi trois chocs de la part d’Alvaro, presque sur ses trois premiers ballons.  On le sait, le brésilien doit enchaîner pour être bon, ses trente minutes contre l’OM sont donc importantes pour la suite de la saison. Kimpembe a également joué une demi-heure, sans prendre de risque. Pour le reste, ils sont entrés bien trop tard pour être jugé, même si Danilo n’a pas rassuré par des passes approximatives.

Il fallait gagner, Paris l’a fait. Il n’y a, apparemment, pas de blessés à déplorer. Et comme la victoire améliore la confiance, que ce PSG court déjà plus que sous Tuchel, même si ce n’est pas encore bien coordonné, on peut espérer une deuxième partie de saison intéressante.

Paris United

GRATUIT
VOIR