à la uneArticleCompétitionsL'équipeLe ClubRésumé de match

PSG-Monaco : Premier accroc

Premiers points perdus par le PSG qui n’a pu faire mieux que match nul face à Monaco (1-1). Les parisiens n’ont jamais vraiment trouvé de réponses aux problèmes posés par les joueurs de la principauté.

C’était le premier test de la saison contre une équipe candidate au podium. En recevant Monaco, le PSG voyait l’adversité monter d’un cran après Nantes, Clermont, Montpellier et Lille. Pour cette rencontre, Christophe Galtier reconduisait la même équipe à l’exception de Renato qui prenait la place de Vitinha, suspendu.

La première période fut compliquée. Pressés, gênés dans leur sortie de balle, les partenaires de Marquinhos ne trouvaient pas les solutions pour répondre. Pire, les monégasques les mettaient en difficulté sur chaque transition. Sur l’une d’elle, Volland prenait le dessus sur la défense parisienne et trompait Donnarumma. Paris était mené pour la première fois de la saison.

Après une trentaine de minutes très dures, Paris réagissait enfin et faisait reculer Monaco. Juste avant la fin de la première période, Messi trouvait le poteau imité par Mbappé alors que le but était vide. 0-1, c’était le score à la mi-temps.

En seconde période, les joueurs de Galtier prenaient clairement le dessus mais n’arrivaient pas à se créer de véritables occasions. La faute à des monégasques bien organisés mais aussi à un manque de mouvement et de créativité. Mais ils vont parvenir à égaliser. Aidé par la Var, Monsieur Bastien accordait un penalty aux parisiens, suite à une faute sur Neymar. Le brésilien, lui-même, battait Nubel. 1-1.

Sanches perdu au milieu

Paris insistait et trouvait une troisième fois le poteau par Hakimi. Christophe Galtier faisait alors entrer Danilo à la place de Sanches. Puis, à moins de dix minutes de la fin, Messi et Marquinhos étaient remplacés à leur tour par Mukiele et Sarabia. Mais le score n’évoluait plus et Paris devait se contenter d’un match nul.

Ce soir, Christophe Galtier est donc resté fidèle à son schéma et à son onze type, juste modifié par la suspension de Vitinha. Mené au score pour la première fois et devant répondre à une problématique posée par l’adversaire, on attendait la réponse du coach parisien. Examen moyennement réussi. Certes, les parisiens sont revenus au score mais l’entraîneur n’a pas su trouver les mots et les ajustements pour reprendre le dessus. Le coaching très tardif n’a également pas apporté grand-chose.

À force de titulariser le même onze et de donner peu de temps de jeu aux remplaçants, Christophe Galtier a aussi touché les limites de ce fonctionnement avec la prestation de Sanches. Le portugais, qui prenait la place de Vitinha, a souffert. Peu de jeu vers l’avant, souvent en retard dans ses interventions, il a abandonné Verratti. Il a, involontairement, permis également de se rendre compte de l’apport de Vitinha depuis le début de saison.

L’absence de l’ancien joueur de Porto a pesé. Personne pour compenser les décrochages, personne pour suppléer Verratti dans la construction et personne pour se positionner entre les lignes monégasques. On a senti qu’il manquait de rythme, de confiance mais aussi d’automatismes.

Pour le reste, Ramos a confirmé son bon début de saison et Kimpembe aussi. Donnarumma n’a pas vraiment rassuré même s’il ne peut pas grand-chose sur la frappe de volland.

Au milieu, Verratti a eu plus de déchet que d’habitude, mais comment lui en vouloir ? Il devait proposer, défendre, presser, récupérer, organiser et tout cela en étant abandonné par Sanches et avec des joueurs compliqués à trouver devant.

La relation Messi – Hakimi presque inexistante

Sur les côtés, Mendes a été le plus intéressant par sa percussion. Il va falloir qu’il règle ce côté un peu fou parfois qui fait qu’il ne percute pas toujours à bon escient. À droite, Hakimi a été moins en vue, même s’il a touché le poteau, et sa relation avec Messi reste problématique.

En attaque, Neymar a de nouveau été le meilleur du trio. Le brésilien a des jambes et ça se voit. Il a défendu, bougé, proposé, tenté et marqué. Avec lui, Messi a réussi quelques passes qui auraient dû faire mal. Même si son match fut plutôt intéressant, il va falloir régler sa relation avec Hakimi. Enfin, Mbappé a été très en-dessous. Il a souvent tenté seul, souvent dézoné et souvent raté. Un match à oublier et vite.

Ce soir, le PSG n’a pas su répondre au premier vrai problème de jeu posé par un adversaire. Cela n’a rien d’inquiétant et c’est même mieux que ça arrive maintenant, avant la Ligue des champions.

crédit photo : PSG.fr

Paris United

GRATUIT
VOIR