à la uneActualités du ClubRésumé de match

PSG v Bruges : Une victoire sans convaincre et une qualification

 Le PSG s’impose face à Bruges et se qualifie pour les huitièmes de finale de la Ligue des champions. Mais Paris a de nouveau été bougé par cette équipe belge qui pourra regretter son inefficacité offensive.

Paris recevait Bruges pour valider définitivement sa qualification. Comme d’habitude maintenant dans les gros matchs, Tuchel aligne son équipe en 4-3-3 avec Marquinhos devant la défense. En attaque, c’est toujours le trio MbappéIcardiDi Maria.

Comme à l’aller, Paris est gêné par l’organisation et le positionnement des Belges. Après un coup franc de Di Maria repoussé par Mignolet, ce sont les Brugeois qui se créent une situation sur une sortie de balle ratée des Parisiens. Mais la frappe d’Okebere est manquée.

Paris est en difficulté parce que Dagba n’offre pas de solution dans son couloir, trop préoccupé à rester en place. A gauche, Paris est en difficulté parce que Mbappé ne défend pas du tout et Bernat se retrouve seul. C’est un milieu qui doit venir l’aider et l’équipe est déséquilibre.

Mais encore une fois cette saison, même gênés, même moyens, les hommes de Tuchel vont ouvrir le score sur une de leurs rares situations. Une montée de Dagba, enfin, qui centre. Son centre est raté, dévié, contré, mais il finit sur Icardi qui ouvre le score (1-0, 22ème). L’Argentin continue sur sa lancée en Ligue des champions, 4 matchs, 4 buts.

Comme à l’aller, les joueurs de Clément continuent de jouer, de presser, de mettre Paris en difficulté. Et comme à l’aller, heureusement que Silva est de retour après son absence à Dijon, mais aussi que les Belges manquent de justesse technique dans le dernier ou l’avant-dernier geste.

Au terme d’une petite première période, le PSG mène 1-0. Une première mi-temps dans laquelle le PSG n’a pas montré grand chose en terme d’intensité, de maitrise technique ni même en terme d’état d’esprit.

Tuchel, un coaching forcé et inefficace

Dès le retour des vestiaires, on sent que les Parisiens repartent sur le même rythme. Les Brugeois en profitent et vont se créer une nouvelle occasion. Sur une frappe de Diatta déviée, Navas est pris à contre pied, le portier réagit à propos et repousse le ballon puis s’interpose devant Dennis. Paris répond enfin mais sur le centre de BernatMbappé ne parvient pas à dévier le ballon qui arrive sur Dagba trop court pour redresser la course du ballon.

Sur le contre, les joueurs de Bruges se retrouvent à quatre contre trois parisiens. Verratti va alors faire faute sur Dennis qui s’ouvrait l’axe du but. A l’heure de jeu, Paris est toujours aussi peu entreprenant. Ca manque d’intensité, de vitesse dans les transmissions, de courses. Mbappé abuse des gestes inutiles, des actions individuelles. A ce moment, on se dit peut-être que, comme à l’aller, c’est le moment où les Belges vont commencer à baisser de rythme. Malgré tout, Tuchel ne modifie rien. Etrange. D’ailleurs, le premier changement intervient à la 70èmeminute avec la sortie d’Icardi remplacé par Cavani. Mais ce n’est pas un choix décidé, c’est dû à la blessure d’Icardi à la cheville.

Mais ce qui pendait au nez des joueurs de la capitale finit par arriver. Sur un contact plus que léger dans la surface, Silva concéde un penalty. Mais cette saison, Paris possède un vrai gardien. Navas arrête le tir de Diagne. Paris ne se crée aucune occasion. Les Belges si. Mais heureusement, Navas et Silva veillent.

Le PSG aura vraiment été plus que moyen ce soir. On retiendra la victoire mais c’est tout. Pour le reste, Silva aura montré qu’il est indispensable, que Dagba est encore trop tendre pour la Ligue des champions, que Marquinhos est en grande difficulté quand il y a de la densité au milieu, que Gueye n’est pas encore revenu au top physiquement et que Mbappé avait décidé de jouer seul.

Mais surtout, encore une fois, on aura noté que Thomas Tuchel ne fait pas de coaching, qu’il n’a aucune influence sur son équipe en cours de match et que ses choix sont plus forcés que décidés. Et que si le penalty avait été inscrit par Bruges, sa situation aurait été plus compliquée. Paris est qualifié pour les huitièmes de finale de la Ligue des champions. Et ça, c’est déjà très bien après quatre journées et en n’ayant encaissé aucun but. Pour la prochaine journée, Paris ira à Madrid dans 3 semaines.

Homme du match

Navas: 8. Efficace et décisif, notamment en stoppant le penalty à l’entrée du dernier quart d’heure.

Les notes des joueurs

Dagba: 5,5. En grande difficulté pendant 20 minutes, il s’est repris ensuite. Mais il lui manque encore beaucoup de choses pour ce niveau.

Kimpembe: 6. En difficulté en première période, il s’est bien repris en seconde, notamment dans les duels avec des interventions plus tranchantes.

Silva: 7. Il est impliqué sur le penalty. Mais à part ça, il a de nouveau été énorme, coupant tout, intraitable de la tête. Indispensable.

Bernat: 6. En difficulté défensivement parce qu’il n’a jamais été soutenu par Mbappé, il ne s’en est pas trop mal sorti. Intéressant offensivement avec des centres qui auraient pu être des passes décisives.

Marquinhos: 5. Comme à l’aller, il a été en difficulté techniquement. Heureusement que son impact reste important.

Verratti: 6,5. Encore une fois le meilleur milieu parisien. Le seul capable de sortir des ballons proprement.

Gueye: 5. Il manque de rythme et ça se voit après dix jours d’arrêt après sa blessure. Volontaire malgré tout.

Di Maria: 5. Lui au moins a défendu. Mais il n’a pas réussi grand chose offensivement ce soir.

Icardi: 6,5. Encore un match intelligent. Efficace, il a de nouveau marqué et offert quelques remises très intéressantes. Mais il a montré des signes d’agacement devant l’individualisme de Mbappé.

Mbappé: 3. Individualiste, ratant tout ce qu’il a tenté, il a même pas fait semblant de défendre. Insupportable.

Paris United

GRATUIT
VOIR