à la uneRésumé de match

PARIS VEUT TOUT GAGNER !

Comme tous les ans, lors de ces 32èmes de finale, la Coupe de France réserve son lot de surprises dans ces confrontations entre clubs de différents niveaux. Angers, Montpellier, Nîmes et Marseille étaient les exemples à ne pas suivre. Face à une courageuse équipe du GSI Pontivy (National 3), le PSG simpose sans contestation. Les parisiens ont respecté leur adversaire du jour et la compétition dont ils sont quadruples vainqueurs.

Paris avec Thiago Silva et Neymar

Dans un schéma tactique à géométrie variable, sur la base d’un 3-5-2, le PSG se présente avec Areola dans le but, Thiago Silva en patron de la défense, entouré de Kehrer et NsokiDraxler et Dani Alves sont là pour sécuriser l’entre-jeu, et Mbappé est associé à Neymar pour dynamiser l’attaque parisienne. Kurzawa fait son grand retour, Meunier et Nkunku complètent ce onze inédit concocté par Thomas Tuchel. Le début de match est plutôt équilibré, et même si le PSG est ultra-dominateur (possession 70-30 en faveur du PSG – 15ème), les bretons du GSI Pontivy sont menaçants en contre.

Neymar est omniprésent dans le cœur du jeu parisien, et les occasions se succèdent devant le but de Pontivy.

 

Le strict minimum à la mi-temps

La domination parisienne est incontestable, mais stérile, et Areola doit rester vigilant (20ème). Clairement, le PSG prend son temps dans ce match, il paraît inéluctable que l’ouverture du score sera décisive, mais tout reste à faire. Face à une solide défense de Pontivy, les parisiens s’appliquent dans les transmissions, et la pression devant le but breton est insoutenable. Neymar centre au point de pénalty en direction de Dani Alves, et Pontivy s’incline enfin sur un c.s.c de Sylvain Jule (24ème). Pontivy réagit, puis résiste, et les coups de pieds arrêtés se succèdent. Sur une frappe de Neymar repoussé par le poteau du gardien breton, Nkunku voit son but refusé logiquement pour une position de hors-jeu (28ème). La fin de la première période est entièrement à l’avantage du PSG, même si Pontivy continue d’exister en contre, et Paris doit rester concentré : Kurzawa est averti (32ème). A la mi-temps le PSG est devant sur le plus petit des scores (1-0).

Dani Alves, toujours précieux dans le collectif parisien

Paris accélère

Dès le début de seconde période, le PSG continue d’imposer son rythme dans ce match. La pression parisienne s’accentue, et cette deuxième mi-temps est une copie conforme de la première. Les joueurs de Pontivy sont à l’agonie, mais réagissent en contre, et Neymar reçoit un carton jaune pour être intervenu en retard sur une nouvelle remontée de balle des bretons (52ème). A l’heure de jeu, le numéro 10 fait son numéro et le brésilien est tout près de tromper le gardien de Pontivy (59ème). Les parisiens n’arrivent pas à tuer le match, et Tuchel fait du coaching : le jeune Rimane remplace Kurzawa, et Diaby entre à la place de Nkunku (65ème). Diaby dynamise le côté gauche parisien, et il est à l’origine du second du PSG : débordement et centre en retrait, Neymar est à la réception, 2-0 pour Paris (70ème).

 

Paris déroule

Menés au score par deux buts d’écart, les joueurs de Pontivy lancent leurs dernières forces dans cette bataille, pour tenter d’aller sauver l’honneur. A son tour, Nsoki est averti pour une faute à l’entrée de la surface (75ème). Paris continue avec ses certitudes, Mbappé est virevoltant, et obtient un pénalty mérité, qu’il transforme lui-même. (3-0,  78ème). Le match est plié, et le capitaine parisien Thiago Silva est remplacé par Bernat (81ème). Les occasions de buts se multiplient pour le PSG, Neymar est passeur pour Draxler, la finition est parfaite : 4-0 pour le PSG (88ème). Pontivy a beaucoup subi, Paris a respecté son adversaire, et la compétition. Victoire sans surprises des parisiens, 4-0.

 

Le PSG entame son année 2019 par une qualification en Coupe de France, et c’est devenu une habitude depuis 4 ans. Comme la Juventus Turin en Italie, et le FC Barcelone en Espagne, les parisiens visent un 5ème titre consécutif dans cette compétition nationale. Entre autres objectifs, bien sûr.

Neymar en chef d’orchestre du jeu parisien

Les notes des joueurs :

Areola (6) : Du début à la fin du match, il est resté très concentré, à l’image de son équipe. Il réalise un match très propre. Sécurisant.

Kurzawa (5) : C’était son grand retour, et c’est positif. Il manque de rythme, cela s’est vu mais il en a besoin. A revoir.

Nsoki (5,5) : Dans l’ombre de son capitaine, il reste (trop) timide dans ses positions et ses interventions. En manque de confiance.

Thiago Silva (6,5) : Sobre et efficace. Comme d’habitude. Quel que soit le contexte, le capitaine parisien demeure le vrai patron de l’équipe parisienne. Incontournable.

Kehrer (6) : Il devient ce défenseur rarement battu, et très régulier. Plus ça va, et plus il en impose. Infranchissable.

Meunier (5,5) : En manque de temps de jeu, son match et son activité rassurent. Il revient, c’est sûr. 

Dani Alves (6) : Devant sa défense, il a contribué activement à annihiler les attaques de Pontivy. Il reste précieux dans ce collectif parisien, d’où sa présence. Professionnel.

Draxler (7) : L’international allemand respire la joie de jouer. Il s’adapte en permanence. Techniquement, il régale, et il est récompensé par un but. Haut-niveau.

Nkunku (6) : Il a fait du Nkunku. Toujours disponible, un rayonnement tout terrain au milieu. Méritant.

Mbappé (6,5) : Fidèle à son style et ses capacités, il enflamme le jeu sur ses prises de balle. Il est lui aussi en reprise, et donc en gestion. Détonateur et buteur.

Homme du match : Neymar (8)

Dans ce rôle de leader technique, en électron libre, qui lui va si bien, il a imposé sa technique tout au long du match. Dans un contexte comme celui-ci, face à un adversaire d’un autre niveau, son activité au cœur du jeu parisien, et sa participation en phase défensive ont été exemplaires. Si Paris a réussi son match, c’est en partie grâce à son attitude, celle qui fait de lui un joueur hors-normes.

Résumé vidéo de la performance individuelle de Neymar : 

Sources infos et images : psg.fr

Rédaction pour Paris UnitedFredi

Montage vidéo : Alien Football