à la uneRésumé de match

PARIS EN CHAMPION !

Avant de jouer, le PSG de Thomas Tuchel était (déjà) assuré du titre honorifique de champion dautomne. A Bordeaux, après ce 15ème match sans défaite, les parisiens continuent daffoler les compteurs, et d’écraser le championnat. En cette fin dannée où tout va se jouer pour la suite de la compétition en Ligue des champions, le PSG en impose, et reste invincible sur tous les terrains. Sa seule et unique défaite de la saison remonte au 18 septembre, dans les arrêts de jeu à Anfield. Depuis, le PSG est imbattable, Tuchel et son équipe continuent de marquer les esprits.

 

Dans le cadre de cette 15e journée de championnat, Bordeaux (11ème – 17 points) recevait le PSG, champion d’automne, déjà, avant ce match. Ricardo est de retour en Gironde, mais Bordeaux n’a plus gagné depuis 5 matches. Et Paris se présente avec 7 des 11 titulaires de l’équipe qui l’a emporté face à Liverpool, dont Neymar et Mbappé. Cavani et Verratti sont remplaçants.

 

Paris et Neymar prennent les choses en main

Face à une équipe bordelaise au grand complet, Areola, Nsoki, Draxler et Alves sont titulaires, dans un schéma tactique à 3 défenseurs qui devient une habitude. Tuchel a bâti une équipe pour emballer le match. Après un round d’observation de quelques minutes, Paris prend ses marques, et assure la conservation du ballon. Même si les attaquants bordelais sont menaçants, Thiago Silva veille, et permet à son équipe de relancer proprement. A ce jeu-là, Neymar, dans son rôle d’électron libre est omniprésent en ce début de partie. Mais le PSG reste improductif : fait rare, aucun tir cadré dans le premier quart d’heure.

Le milieu de terrain bordelais a tendance à ralentir le rythme de ce match, contrairement aux intentions parisiennes. Paris doit faire beaucoup plus, et plus vite, mais n’y arrive pas. Les hommes de Tuchel ne trouvent pas la bonne carburation, il y a un déchet trop important dans la maitrise technique côté PSG, et c’est Bordeaux qui se montre le plus dangereux, souvent par Kamano. La première véritable occasion de ce match arrive à la 30ème minute pour Paris : Neymar est à la récupération, sa passe somptueuse trouve Di Maria, seul, qui rate le cadre. C’est le 1er tir du PSG dans cette partie.

Et c’est surtout l’amorce du « show » Neymar : le meneur de jeu brésilien est partout, et notamment au départ de cette action à la 34ème minute, et ce relai avec Mbappé, puis Dani Alves. Neymar est à la réception du centre, et ne rate pas la cible. Le but est cependant en suspens suite à un appel de la VAR pour une suspicion de hors-jeu de Mbappé.

M.Schneider prend ses responsabilités et valide le but du brésilien : le PSG mène 1-0.

Les bordelais sont sur le reculoir, et Neymar continue d’imposer sa classe. Sur un nouveau mouvement collectif de grande qualité, le but du brésilien est logiquement refusé pour un hors-jeu incontestable. Une première période largement à l’avantage des parisiens, jusqu’à la dernière seconde : Neymar est accroché dans la surface, et Di Maria trouve le poteau. Le PSG mène logiquement 1-0 à la pause.

 

Paris se relâche, puis se relance. Bordeaux saccroche.

En ce début de seconde période, les bordelais prennent évidemment plus de risques, notamment par des frappes à l’entrée de la surface parisienne. Mais Thiago Silva et sa défense sont infranchissables. Pas pour longtemps…

Sur le côté gauche de la défense parisienne, Karamoh prend le dessus sur Nsoki, déborde et centre au point de pénalty : Briand est à la réception, et ajuste Areola qui ne peut rien faire : 1-1 (53ème). Les parisiens sont punis dès le début de cette seconde mi-temps, et Tuchel n’apprécie pas du tout. Pire, deux minutes après l’égalisation bordelaise, Neymar semble touché, et demande le changement. Sans hésitation, il est remplacé à la hâte par Choupo-Moting (57ème). La physionomie du match est évidemment totalement différente. Le PSG a perdu son meneur de jeu, et Bordeaux a retrouvé l’espoir de devenir la première équipe française à faire chuter les champions de France cette saison. Le PSG est bousculé, mais le PSG répond à nouveau au meilleur moment. Draxler est à l’origine d’une passe lumineuse pour Mbappé, qui prend l’espace au cœur de la défense bordelaise. Son contrôle est parfait, sa frappe est cadrée et le PSG mène 2-1 (66ème) ! Mbappé semble se blesser sur sa frappe, mais il s’avère que ce n’est qu’une crampe. Après ce nouveau tournant dans ce match, Tuchel décide de coacher : Dani Alves est remplacé par Verratti.

Après cette période de « turbulences », le PSG reprend le contrôle de ce match, et se procure plusieurs occasions franches, notamment par Di Maria qui trouve la transversale (71ème). Les 2 équipes s’observent à nouveau, en milieu de terrain principalement, et Bordeaux se montre à nouveau dangereux, grâce à la rapidité d’exécution de ses attaquants. Paris joue en contre, et Choupo Moting rate de peu le cadre, puis le but (81ème). Et il y avait probablement pénalty suite à la sortie de Costil dans les pieds de l’attaquant parisien, mais la VAR n’est pas intervenue … Tuchel continue son coaching, et Nkunku remplace Di Maria (82ème).

La fin de match est débridée, et les bordelais insistent. Le danger vient cette fois du côté droit de la défense parisienne, le centre de Poundjé est parfait, la finition de la tête de Cornelius également. Et Bordeaux égalise : 2-2 (84ème). Les dernières minutes du match sont à oublier, Bordeaux ne gagne plus, Paris ne perd toujours pas.

Au final, c’est un résultat qui convient aux deux camps. Paris a eu beaucoup de mal à enchaîner après son match à haute intensité en Ligue des champions, et Bordeaux est la première équipe à prendre un point face au PSG. Ce soir, Paris est leader avec 15 points d’avance sur son dauphin Montpellier. Après 15 journées seulement, Paris demeure invincible. Et c’est le principal pour entretenir le capital confiance avant ses prochains matches en Ligue 1, à Strasbourg ce mercredi 5 décembre, et pour la réception de Montpellier (samedi 8 décembre).

 

Invincible, cest le mot dordre, à dix jours dun déplacement crucial à Belgrade.

 

Les notes des joueurs :  

Aréola (5) : En première période, le gardien international français était spectateur, car les tentatives bordelaises étaient trop lointaines. Par la suite il paraît impuissant sur les deux  buts bordelais, peut-être une légère erreur de main sur le but de Cornelius. Passif.

Bernat (6,5) : Le latéral espagnol est débordant d’activité, au fil des matches. Tantôt défenseur, tantôt latéral offensif. Précieux.

Nsoki (5,5) : Il a dû reprendre ses marques dans cette défense à 3. Bien aidé par Thiago Silva, et à l’image de l’équipe, il est monté en puissance dans ce match au fil des minutes. Mais il est clairement dépassé par l’accélération bordelaise qui amène l’égalisation. Inconstant.

Thiago Silva (6) : Sobre et efficace. Le capitaine parisien demeure le vrai patron de l’équipe, il est devancé sur le 2ème but bordelais, mais il reste malgré tout incontournable.

Kehrer (5,5) : Il est ce défenseur rarement battu, et très régulier. Comme son compère de l’axe gauche, il est dépassé par le dédoublement bordelais qui amène l’égalisation. Insuffisant.

Dani Alves (5) : Un retour discret à la compétition pour le latéral brésilien, cependant auteur d’une passe décisive pour Neymar, et remplacé à la 68ème par Verratti. Convalescent.

Neymar (7) : Il est la pièce maîtresse du système Tuchel. A la fois leader technique, détonateur, passeur, buteur. Il illumine le jeu parisien, quel que soit son temps de jeu. Remplacé sur blessure musculaire par Choupo Moting 57ème). Incontestable.

Draxler (6,5) : L’international allemand est un modèle de joueur qui s’adapte. Aux côtés de Marquinhos, il joue ce rôle de régulateur et de passeur décisif pour Mbappé. Talentueux.

Di Maria (6) : L’Argentin s’est montré très en jambes en première période. Même si il a été plutôt en manque de réussite ce soir, il s’est ensuite épuisé dans ce match (remplacé par Nkunku à la 82ème). Fatigué.

Mbappé (6,5) : En cette fin d’année où il est très sollicité, il a besoin de retrouve de l’efficacité. Ses appels sont moins incisifs, ses actions moins tranchantes. Mais, il suffit d’une occasion. Indiscutable.

 

Homme du match : Marquinhos (7,5)

Création : @floriangzd1

Dans l’ombre de son capitaine, Marquinhos s’affirme de match en match. Avec Thiago Silva, qu’ils soient alignés horizontalement, ou verticalement, c’est peut-être le binôme défensif le plus fort du monde à l’heure actuelle. « Marqui » est ce joueur intelligent, qui d’adapte, et son bagage « tactico-technique » ne cesse de le faire progresser dans le système Tuchel. Avec lui c’est sûr, le PSG peut voyager. Sécurisant.

Rédaction pour Paris United – Fredi