à la uneArticleCompétitionsL'équipeLe ClubRésumé de match

Nice v PSG : Paris tombe dans le temps additionnel

Au terme d’un match terne, Paris s’incline 1-0 à Nice sur un but de Delort dans le temps additionnel. Paris vient de perdre deux de ses trois dernières rencontres en championnat.

En se rendant à Nice, le PSG ne jouait pas grand-chose. Faire le travail et revenir sans blessé, c’étaient un peu les deux seuls objectifs. Pochettino faisait même un peu tourner avec la titularisation de Diallo à la place de Kimpembe, et un milieu articulé autour de Danilo, Verratti et Wijnaldum.

On pense assister à une rencontre différente des deux précédentes en championnat et en coupe de France, avec des niçois qui décident de presser les parisiens d’entrée. Une grosse occasion après moins d’une minute, puis plus rien. Après un contre sur lequel Neymar va trouver Di Maria, l’argentin va voir son ballon piqué sorti par Benitez, mais ça va calmer les ardeurs des azuréens qui ne sortent plus.

Paris prend possession du ballon mais ça manque de vitesse de transmission, de mouvement, mais surtout d’une chose, en l’absence de Mbappé : de profondeur. Tous les parisiens, ou presque, ne demandent que le ballon dans les pieds. À la pause, le score est logiquement de 0-0.

Au retour des vestiaires, Nice attaque de nouveau fort mais encore une fois, sur une très courte période. Le problème parisien se trouve dans l’animation offensive, ça manque de trop de choses pour être dangereux.

À un quart d’heure de la fin, le coach parisien fait enfin un changement avec l’entrée d’Icardi à la place de Di Maria. L’argentin se crée une première situation mais sa frappe est contrée. Même si les niçois ne proposent rien, ils se créent une grosse opportunité par Kluivert, parfaitement lancé par Gouiri, mais le néerlandais va manquer sa frappe que Navas capte sans problème.

Mais à force de ne pas être dangereux, Paris va être puni. Nouveau contre niçois. Stengs est trouvé et centre parfaitement au deuxième poteau pour Delort qui, d’une demi-volée parfaite, ne laisse aucune chance à Navas. 1-0, c’est le score final.

Pas de coaching pour Pochettino

Sans se tromper, on peut facilement imaginer que les joueurs de la capitale avaient la tête à Madrid. Il faut dire qu’avec quinze points d’avance au classement, ils se sont autorisé ces rencontres d’avant Ligue des champions dans lesquelles ils ne sont pas le couteau sous la gorge, comme la saison dernière. Le onze de départ de Pochettino est venu le confirmer avec Diallo, Wijnaldum ou Bernat. Comme d’habitude, le coaching inexistant de l’entraîneur parisien pose question. Un seul changement avec l’entrée d’Icardi. Les deux autres furent l’entrée de Gueye et Draxler, alors que Paris était mené, dans le temps additionnel.

Côté joueur, Navas était titulaire et il a été sobre et efficace. Il ne peut absolument rien sur le but de Delort. Devant lui, en défense, Kehrer a de nouveau souffert au poste de latéral droit même s’il s’est battu. À gauche, Bernat a de vrais automatismes avec Neymar, il est juste dommage qu’il n’ait pas retrouvé ses jambes pour terminer les actions. Dans l’axe, Diallo a été sobre et appliqué à côté de Marquinhos, toujours aussi solide.

Au milieu, Verratti a tenu son rang sans être exceptionnel. À ses côtés, Danilo confirme sa bonne période et le portugais est même devenu plus important et indiscutable que le troisième milieu :  Wijnaldum. Le néerlandais est en souffrance totale. Sont-ce les consignes, le manque de repère, le rôle qui lui est octroyé ? En tout cas, il avait touché seulement neuf ballons à la pause et on ne doit pas être loin d’un record négatif pour un milieu de terrain parisien depuis l’arrivée de QSI.

Devant, Mbappé a manqué. Par sa percussion, ses gestes décisifs, mais surtout par la profondeur qu’il apporte et la peur qu’il envoie à ses adversaires. Messi a beaucoup dézoné, créé quelques situations, mais ce n’est encore une fois pas assez. Neymar a alterné pertes de balle et ouvertures géniales comme les deux sur lesquelles il trouve Di Maria mais que l’argentin ne conclura pas. Parce que ce dernier n’y est plus. L’occasion face à Benitez, c’était sa spécialité. Le contre en seconde période ? Il se fait rattraper alors qu’il a de l’avance et, en plus, sa conduite de balle est catastrophique.

Les partenaires de Marquinhos viennent donc de perdre deux de leurs trois derniers matchs de championnat et l’entraîneur a encore donné l’impression de se moquer des matchs de Ligue 1. Mais Paris n’a pas de blessés avant d’aller à Madrid. On va se contenter de ça.

Paris United

GRATUIT
VOIR