à la uneActualités du ClubArticleRésumé de match

Nice v PSG : La promenade parisienne

En ouverture de la dixième journée de Ligue 1, le PSG est allé s’imposer 1-4 à Nice. Une première période parfaitement maitrisée, une seconde qui aurait pu mal tourner, Paris continue d’enchaîner malgré les absences.

Après cette trêve internationale, le PSG se rendait donc à l’Allianz Riviera de Nice pour conforter sa place de leader et avant d’aller à Bruges, mardi soir. Avec les retours tardifs et la fatigue à gérer, plus les blessés, Thomas Tuchel aligne une équipe en 4-2-3-1. Diallo est latéral gauche et le message a l’air très clair pour Kurzawa. Au milieu, Paredes évolue avec Herrera. Devant, Di Maria et Choupo-Moting occupent les côtés avec Icardi en pointe et Sarabia derrière l’Argentin, poste auquel il a été formé.

Paris entre bien dans sa rencontre et prend tout de suite la maîtrise du ballon. On sent des Niçois pris entre-deux: l’envie d’aller chercher haut et la peur du contre. A la fin du premier quart d’heure, LeesMelou vient presser la défense parisienne. Ses partenaires l’accompagnent assez haut mais ne mettent pas d’agressivité. Navas, Silva et Kimpembe échangent jusqu’à trouver Meunier, côté droit. Le Belge passe à Icardi qui a décroché. L’Argentin dévie et trouve parfaitement Di Maria parti de son camp. Seul, « El Fideo » s’en va défier Benitez et ouvre son pied gauche pour ouvrir le score (1-0, 15ème minute).

Paris insiste et on sent très vite que le deuxième but peut arriver. Choupo-Moting va le manquer de la tête. Pas Di Maria. Le numéro onze parisien est trouvé en profondeur par Thomas Meunier. Il va alors, grâce à un toucher de balle exceptionnel, lobé Benitez dans un angle très fermé. 0-2 après 22 minutes de jeu.

Patrick Vieira réorganise son équipe et passe en 5-3-2, sûrement pour stopper l’hémorragie, en tout cas jusqu’à la pause. La domination et la maîtrise restent parisiennes. Les joueurs de Tuchel jouent à leur rythme. Di Maria est tout près d’inscrire un troisième but, mais sa frappe est trop enlevée. Au passage, on apprécie les appels de Sarabia et Icardi qui ont littéralement écarté la défense niçoise ouvrant le chemin pour Di Maria. A la pause, les Parisiens mènent 0-2 sans forcer leurs talents.

Au retour des vestiaires, Marquinhos remplace Silva. Paris passe alors à trois défenseurs axiaux, Meunier et Choupo-Moting occupent les côtés. Nice se crée alors une vraie première situation intéressante mais Navas capte la tête de Lees-Melou. Le PSG a des possibilités en contre, mais il manque la dernière passe, le dernier geste.

Une seconde période en sommeil

A l’heure de jeu, Thomas Tuchel sort Choupo-Moting pour faire entrer Kurzawa. Paris s’endort. Sur une action anodine, un centre niçois, Marquinhos veut remettre de la poitrine à Kimpembe. Dolberg est plus prompt, touche le ballon qui arrive sur Ganago qui réduit le score (1-2, 67ème minute). Un manque de concentration des joueurs de la capitale qui permet aux Aiglons de revenir dans ce match à la surprise générale.

Sarabia, bien servi par Di Maria manque le KO. Derrière, c’est Claude-Maurice qui élimine Kimpembe mais contré par  un bon retour de Meunier. Le but niçois a réveillé un match jusque-là aux mains des Parisiens. Puis, La rencontre va alors basculer. Cyprien est expulsé pour un deuxième carton jaune après contestation. Sur le temps d’arrêt, Herelle met une gifle à Paredes. Après appel de la VAR, l’arbitre Monsieur Letexier expulse Herelle. Les Azuréens vont jouer à neuf contre onze pendant un peu plus d’un quart d’heure.

Mbappé, à peine entré, se crée une première situation, contré par Dante. Sur le corner, Di Maria centre, Dante tente de dégager le ballon qui revient sur Mbappé. Le Français ouvre son pied et place le ballon sous le ventre de Benitez.(1-3, 88ème minute). En toute fin de rencontre, Di Maria toujours lui décale le numéro 7 parisien qui centre en première intention sur Icardi qui inscrit le quatrième but (1-4, 90ème minute).

Paris s’impose facilement au score mais Paris n’a pas joué en seconde période. Ils se sont créés quelques situations qui auraient dû plier définitivement le match, mais ils se sont endormis sur leur avance lors du premier acte. Ca a donné sept à huit minutes étranges où on a senti les Niçois se révolter. Les deux expulsions ont tué leur élan et permettant au PSG de finir plus tranquillement. Paris consolide sa place en tête de la Ligue 1 et va se rendre à Bruges pour asseoir sa première place du groupe A en Ligue des champions.

Homme du match

Di Maria 8. Encore décisif, il a inscrit les deux premiers buts parisiens, notamment le deuxième grâce à son délicieux toucher de balle. Il crée toutes les situations dangereuses de la seconde période.

Les notes : 

Navas 6. Propre, ne peut rien sur le but niçois.

Diallo 6. Intéressant au poste de latéral gauche, il offre une vraie alternative à Bernat.

Kimpembe 6. Solide, tranchant, il est en train de retrouver son niveau d’avant coupe du monde.

Silva 6. Jamais en difficulté sur la mi-temps qu’il a joué.

Meunier 6,5. Propre, discipliné, il est l’auteur d’une passe décisive et de l’avant-dernière passe sur le premier but parisien.

Paredes 5,5. Dans la lignée de son match face à Angers, il a été propre, sans être étincelant.

Herrera 6. Il a bien compensé défensivement, jouant juste. Il a préféré rester dans son rôle.

Sarabia 6,5. Une première période très intéressante dans un rôle axial qui correspond à ses qualités. Il s’est éteint en seconde période avec une balle de 3-0 manquée.

Choupo-Moting 6. Une première période intéressante, très juste techniquement. Plus en difficulté quand Paris est passé à trois axiaux et qu’il a dû occuper le couloir gauche.

Icardi: 6,5. Il dévie le ballon sur l’ouverture du score et il marque le quatrième but. Son jeu de déviation est un régal. Quand il aura trouvé des automatismes avec ses coéquipiers, il va faire mal.

Marquinhos 4,5. Entré à la mi-temps, il n’est jamais entré dans son match. Auteur de l’erreur sur la réduction du score niçoise, il a été dépassé régulièrement. 45 minutes à oublier.

Kurzawa : Trente minutes à errer. Devancé par Diallo, sa fin d’aventure parisienne vire au cauchemar.

Mbappé : Dix minutes: un but une passe décisive. Rien à ajouter.

 

@Yacine Hamened pour Paris United

Crédit Visuel : Franck Meez

Paris United

GRATUIT
VOIR