à la uneArticleCompétitionsL'équipeLe ClubRésumé de match

Nantes-PSG : À oublier et vite

Au terme d’un match complètement débridé, le PSG s’incline 3-1 à Nantes. Malgré la défaite, le PSG a eu les occasions pour ne pas perdre, mais il y a aussi eu des défaillances individuelles trop importantes pour bien défendre.

Après sa victoire lors du match aller face au Real, on attendait de voir comment le PSG allait gérer celui d’après. Pour remobiliser un peu son équipe, Mauricio Pochettino avait fait tourner avec six joueurs titulaires qui ne l’étaient pas mardi soir : Navas, Kehrer, Bernat, Wijnaldum, Gueye et Neymar.

La rencontre part sur un rythme complètement fou. Neymar lance parfaitement Bernat. L’espagnol bute sur Lafont. Une minute plus tard, Mbappé perd le ballon devant la surface nantaise. En trois passes, les canaris se retrouvent dans la surface parisienne. Kolo Muani sème Marquinhos et glisse le ballon entre les jambes de Navas. 1-0.

Paris continue mais on a l’impression de voir une fin de match tellement Paris est déjà coupé en deux. Malgré cela, les partenaires de Marquinhos se créent des occasions. Mais à chaque tentative, Neymar, Mbappé, Gueye butent sur le portier nantais.

Entre-temps, Nantes a doublé la mise. Un nouveau contre, des parisiens qui reculent et ne cadrent pas le porteur. Bukari qui décale Merlin pour que ce dernier envoie un missile dans la lucarne de Navas. 2-0. Et ce n’est pas fini. Une main de Wijnaldum, de dos, suite à une tête d’un nantais, est validé en penalty grâce à la VAR. Penalty transformé par Blas. 3-0. C’est le score à la pause.

Les parisiens reviennent au score dès le retour sur la pelouse grâce à Neymar. 3-1. Le match est totalement débridé, on croirait assister à un match de Bundesliga. Dommage qu’il y ait un arbitre complètement dépassé et pas à la hauteur de la rencontre.

Mais Paris ne lâche rien et Mbappé obtient un penalty. Neymar s’élance, avec sa course habituelle mais Lafont décide de ne pas bouger du tout. Le brésilien frappe alors mollement et le portier n’a qu’à se coucher pour capter le ballon. Paris vient de manquer l’occasion de revenir à 3-2 à une demi-heure de la fin de la rencontre. Ajouté à cela des parisiens qui manquent tous les face-à-face, et vous avez l’explication de la contreperformance qui se dessine.

Trop d’erreurs individuelles

Comment analyser cette rencontre ? Paris a eu les occasions pour mener, pour égaliser puis pour revenir au score. Il y a des matchs comme ça où ça ne veut pas rentrer. Le problème, c’est que défensivement, ça n’a pas tenu non plus. Chaque transition nantaise était un danger. La faute à un collectif qui n’a pas travaillé mais aussi à des défaillances individuelles criantes.

Alors qu’il a sauvé le PSG à de nombreuses reprises, Navas n’a pas fait d’exploit ce soir et notamment sur le premier but qui aurait peut-être changé le cours du match. Derrière, Marquinhos, Kimpembe, Kehrer et Bernat ont souffert. En cause, des positionnements douteux, mais aussi parce qu’ils ont été laissés à l’abandon par leur milieu de terrain.

Au milieu justement, seul Verratti a surnagé. Mais il ne peut pas tout faire. Wijnaldum et Gueye ont été transparents dans tous les domaines avec et sans ballon.

Devant, le PSG s’est donc créé une tonne d’occasions. Parfois c’est Lafont qui a fait des miracles, mais trop souvent ce sont surtout les attaquants parisiens qui ont fait les mauvais choix.

Enfin, comment ne pas parler de l’arbitrage ? Les erreurs, ça arrive. Mais quand elles sont aussi grossières et aussi nombreuses, c’est un vrai problème. Il ne faut pas s’étonner de retrouver aussi peu d’arbitres français dans les compétitions internationales.

Ce soir, on a eu la confirmation que défensivement, quand les attaquants ne travaillent pas, c’est impossible de jouer haut. On se demande presque s’il ne doit pas y avoir deux PSG. Celui de la Ligue des champions, quand les offensifs travaillent, qui peut alors jouer haut, défendre en avançant et récupérer le ballon très vite. Puis, celui de la Ligue 1, quand les offensifs ne défendent pas. Il est alors impossible de subir les vagues adverses. Il faut alors peut-être se faire une raison : en championnat, le PSG doit être plus bas pour protéger son but et ne pas subir les transitions adverses.

L’avance au classement a offert au PSG, cette saison, le droit de se rater. Il faudra juste que cette défaite ne marque pas le début d’une spirale négative.

Paris United

GRATUIT
VOIR