Montpellier v PSG Crédit photo. La Croix.fr
à la uneL'équipeRésumé de match

Montpellier v PSG : une victoire dans la douleur

Paris s’est donc imposé à Montpellier (3-1) au terme d’un match heurté. Après une première période ratée, les joueurs de Tuchel ont trouvé les ressources pour se révolter.

C’était un déplacement périlleux, là où le PSG n’a plus gagné depuis 2015. En se rendant à Montpellier, le PSG voulait continuer à prendre des points avant la trêve hivernale. Privé de Verratti, Cavani, Herrera et Marquinhos, Thomas Tuchel alignait un milieu de terrain composé de Gueye et Paredes, et devant eux Sarabia Neymar Mbappé et Icardi. C’est donc Di Maria qui se retrouve sur le banc cet après-midi. En face, Montpellier se présente avec une défense à cinq et surtout Der Zakarian a décidé de se priver de Mollet, pour lancer Chotard, un jeune joueur de 18 ans.

Le début de match est conforme à ce qu’on attendait avec un Montpellier très agressif. Chotard fait une prise de catch sur Neymar, puis c’est Pedro Mendes qui est coupable d’un excès d’engagement sur Bernat. Mais les Héraultais ne font pas que ça, ils jouent aussi, comme sur ce coup franc rapidement joué vers Delort, dans le dos de Kimpembe. Mais Navas va détourner en corner la frappe du Montpelliérain.

A peine le premier quart d’heure passé, Kimpembe sort sur blessure musculaire, une de plus. Bizarre, surtout que l’international français n’avait pas joué mercredi face à Nantes. Et ce n’est pas fini. Gueye était incertain avant la rencontre à cause de douleurs à une cuisse. Huit minutes après Kimpembe, le Sénégalais sort sur blessure, remplacé par Kouassi, un jeune formé au club. Alors qu’il reste plus d’une heure de match, Thomas Tuchel n’a déjà plus qu’un seul changement possible.

Sur un coup franc excentré de Neymar, Paris se crée sa première grosse occasion, mais Rulli, vigilant, dévie le ballon en corner. A cinq minutes de la pause, Montpellier obtient un corner. Savanier le frappe, Congré coupe la trajectoire. Le ballon touche la main de Paredes et trompe Navas.

Neymar prend les choses en main

Paris est mené à la pause et le match est conforme à ce qu’on attendait. Paris se fait bouger dans les duels et ne propose rien offensivement. Thomas Tuchel va devoir trouver les mots mais aussi le dernier changement qu’il possède pour relancer son équipe.

Paris n’y arrive pas. Le club de la capitale s’entête à passer par l’axe au lieu d’écarter face à une équipe adverse qui a densifié l’axe. On a l’impression d’une équipe qui improvise tout et qui ne sait pas où elle va ni comment s’en sortir.

A un quart d’heure de la fin, Neymar percute et est fauché par Pedro Mendes. Le défenseur est exclu sur cette action pour un deuxième carton jaune. Neymar envoie le coup franc dans la lucarne de Rulli. Deux minutes plus tard, Neymar trouve Mbappé. Le Français se joue de la défense montpelliéraine et inscrit le deuxième but parisien. Paris revit en deux minutes. Puis, Icardi va donner le coup de grâce. Neymar lance parfaitement Mbappé, qui centre de l’extérieur du pied droit pour l’Argentin qui exécute Rulli. Neymar va même être tout près du quatrième but mais son coup franc va trouver la transversale.

Paris s’impose mais a souffert comme prévu. En première période, les Parisiens ont été mangés dans l’impact. Mais même si le PSG n’a pas le droit de subir autant, que dire du comportement des joueurs de Der Zakarian. Tant pis pour eux, mais tant mieux pour le football. On déplorera aussi le comportement des supporters sur Navas.

A part ça, on a encore une fois eu la confirmation que sans Verratti, c’était très compliqué de ressortir les ballons. Que quand Neymar gagne en efficacité, il est déterminant. En seconde période, il a gagné en efficacité et ce fut beaucoup mieux. En tout cas, Paris enchaine et a montré une force de caractère car c’est la première fois de la saison qu’il s’impose après avoir été mené. C’est déjà ça.

Les notes des joueurs

Navas: 6. Il ne peut rien sur le but, surpris par la trajectoire. Pour le reste, il a fait le job, comme d’habitude.

Meunier: 5. Pris deux ou trois fois dans son dos, il n’a pas apporté offensivement.

Silva: 6. Heureusement qu’il est là.

Kimpembe: Sorti sur blessure dès la 16èmeminute.

Bernat: 5. Il a passé une soirée compliquée défensivement. S’il a plus apporté que Meunier, ses centres n’ont jamais trouvé preneur.

Paredes: 4. Trop lent dans ses transmissions, il n’apporte pas ce qu’on pourrait attendre de lui, surtout quand il évolue dans une équipe remaniée.

Gueye: Sorti avant la demi-heure de jeu sur blessure. Il était incertain, il a joué, il s’est blessé.

Sarabia: 3,5. Alors qu’il montait en puissance, il avait disparu. Titulaire cet après-midi, il a tout raté.

Neymar: 6,5. Oui, il est énervant. Oui, il abuse parfois des actions individuelles. Mais au moins, li ne se cache pas. Et quand il prend les choses en main, comme en seconde période, il change le visage de l’équipe.

Mbappé: 5. Parfois transparent, il a su se montrer décisif pour faire repasser Paris devant au score.

Icardi: 5. De moins en moins recherché, on ne l’a pas beaucoup vu. Pourtant, ses déplacements sont toujours intéressants et son jeu en remise aussi, comme sur cette déviation pour Sarabia qui ira buter sur Rulli. Mais quand on le cherche, on le trouve et ça fait but.

Kouassi: 5. Entré contre toute attente, il a fait ce qu’il a pu dans un milieu dépassé. Ce n’est pas à un jeune de 17 ans qu’on allait demander de sortir l’équipe de sa torpeur, mais il a fait le job, surtout pour un premier match et dans ce contexte.

Diallo: 5,5. Il est bien entré dans son match et a bien coupé les offensives dans le dos de Bernat.

Tuchel: 4. Gueye était incertain, il a pris le risque de le faire jouer, il s’est blessé. Son équipe manque d’intensité : il n’arrive pas à trouver les mots pour que ça change. Finalement, il n’influe sur rien et est dépendant de la volonté de ses joueurs. C’est un problème.

Crédit photo : LaCroix.com

Paris United

GRATUIT
VOIR