à la uneArticleCompétitionsL'équipeLe ClubRésumé de match

Montpellier v PSG: Remanié, Paris s’impose dans l’Hérault

Avec une équipe remaniée, le PSG s’impose 1-3 à Montpellier. Sérieux, Paris a aussi profité des entrants pour faire la différence. Une bonne nouvelle avant le match important de mardi.

Même si Thomas Tuchel a fait tourner, il était important pour le PSG de gagner à Montpellier. D’une part pour reprendre de l’avance au classement, mais aussi parce qu’il est toujours important de conserver une spirale positive.

Disposé en 3-5-2 (ou 5-3-2), les parisiens ont mis plusieurs minutes à être cohérents. La faute à des positionnements qui n’étaient pas bons et à une animation qui manquait clairement de repères et d’automatismes. On peut s’interroger, par exemple, sur la pertinence d’avoir mis Kurzawa comme troisième défenseur axial et Bakker couloir gauche, plutôt que l’inverse.

Le repositionnement de Rafinha soulage Paris

Avec Gueye devant la défense et HerreraRafinha devant lui, le PSG n’est pas bien. C’est au moment où Rafinha va redescendre au niveau du sénégalais que Paris va être bien mieux, notamment grâce à la qualité de sortie de balle de l’ancien joueur du Barça. Dagba va alors ouvrir le score, bien servi par Di Maria, et inscrire son premier but chez les professionnels.

Bizarrement, Paris va reculer et Montpellier se réveiller. Suite à un placement catastrophique de Bakker, les héraultais vont sortir le ballon côté gauche du PSG. Le ballon arrive sur Laborde qui élimine Kurzawa d’un petit pont avec une facilité déconcertante. Le ballon arrive sur Mavididi. Contré une première fois par le coude de Dagba, le montpelliérain va reprendre et égaliser, un but validé par la goal line. 1-1, c’est le score à la pause.

Dans une rencontre équilibrée, les parisiens sont en grande difficulté quand les attaques arrivent sur son côté gauche. Peu après l’heure de jeu, Tuchel décide de coacher. Paredes, Danilo et Kehrer entrent et Herrera, Dagba et Bakker sortent. Paris retrouve de la solidité et de la maitrise.

À peine entré dans le dernier quart d’heure, Montpellier procède en attaque rapide. Cinq joueurs se projettent mais Rafinha va récupérer le ballon. Il lance Kean qui efface Congré, et enchaîne par une frappe supersonique au premier poteau. Paris prend l’avantage et c’était le dernier ballon de l’italien qui est remplacé par Mbappé.

Encore une fois, les joueurs de Der Zakarian se remettent à jouer. Paris, en contre, passe tout près de creuser l’écart mais ça manque de justesse dans le geste final. Jusqu’à la 91ème minute, quand Kurzawa et Di Maria vont se défaire de la défense sur un très beau une-deux. Le français sert alors Mbappé pour donner un avantage définitif au PSG tout en inscrivant son 100ème but sous le maillot parisien.

Paris s’impose 1-3 et reprend quatre points d’avance sur l’OM, avec deux matchs en plus.

À Montpellier, Tuchel, dans ses choix, avait montré que la priorité était le match de mardi face à Basaksehir. Mais faire tourner ne veut pas dire ne pas être compétitif. Les joueurs l’ont montré en allant chercher cette victoire.

Le 100ème but pour Mbappé

Évidemment, Navas a encore fait les arrêts essentiels et décisifs quand Paris a eu besoin de lui. Kurzawa a montré qu’il n’était pas du tout un défenseur axial. Mais derrière, celui qui a étincelé, c’est Pembélé. Le jeune parisien a été très bon en défenseur axial droit, puis, excellent quand il est passé couloir droit. Oui, en deux matchs, il a montré qu’il pouvait largement faire partie de la rotation, mais surtout, il s’est positionné comme un vrai concurrent à Dagba, en difficulté mais buteur, et Kehrer à droite. Au milieu, Rafinha a réalisé sa meilleure prestation depuis son arrivée. Récupérant un nombre incalculable de ballons, il a été d’une justesse incroyable techniquement. Oui, on a envie de le voir évoluer avec Verratti au milieu.

Devant, Di Maria ne semblait pas dans un grand jour, mais il a été décisif sur le premier but de Dagba et avant-dernier passeur pour Kurzawa sur un subtil extérieur du pied. Quant à Kean, il s’est battu, il a bougé, et il a été récompensé par un but grâce à une frappe chronométrée à plus de 100km/H.

Les entrants ont aussi au PSG de retrouver de la solidité et de la maitrise après l’heure de jeu. Danilo a été solide en troisième défenseur, Paredes a amené de la justesse au milieu et a permis à Rafinha d’évoluer un peu plus haut. Quant à Kays Ruiz, il a conservé quelques ballons qui ont permis à son équipe de souffler.

Paris a fait le travail dans un stade où il est généralement compliqué d’aller s’imposer. Une préparation idéale, sur le plan mental à trois jours de valider sa qualification pour les huitièmes de la Ligue des champions.

Paris United

GRATUIT
VOIR