à la uneActualités du ClubCompétitionsL'équipeLe ClubRésumé de match

Monaco v PSG : Un match et ça repart !

Paris remet les pendules à l’heure en s’imposant (1-4) à Monaco au terme d’un match maîtrisé. Les Parisiens qui ont mis à jour leur calendrier ont désormais 8 points d’avance sur l’OM.

Après l’échec du Parc des Princes (3-3) et les difficultés rencontrées par les hommes de Tuchel, on attendait avec impatience cette deuxième confrontation en trois jours entre le club de la capitale et celui de la Principauté. En l’absence de Bernat, Meunier, Marquinhos et Paredes, la composition de départ est la suivante : Navas, Dagba, Silva, Kimpembe, Kurzawa, Kouassi, Gueye, Neymar, Di Maria, Mbappé, Icardi, toujours positionné en 4-4-2.

Le match démarre sur les bases de dimanche soir. Neymar centre en retrait mais ni Mbappé ni Di Maria ne touchent le ballon, qui arrive sur Gueye dont la frappe est repoussée par le pied de Lecomte. Juste derrière, Kurzawa prend une première tempête par Gelson Martins mais il est repris par Silva. Deuxième tempête et centre pour Ben Yedder dont la tête est repoussée par Navas.

Nouvelle occasion pour Paris. Mbappé est trouvé, centre Neymar effleure le ballon mais pas assez pour le mettre dans le but et trop pour qu’Icardi le reprenne derrière lui. Malgré tout, à la fin du premier quart d’heure, Paris domine Monaco que ce soit dans les intentions ou dans la maitrise du ballon. Paris va finir par ouvrir le score. Sur une récupération au milieu de terrain, Di Maria sert Mbappé en profondeur de l’extérieur du pied. Le Français s’en va battre Lecomte d’un tir croisé du pied droit. Paris mène 0-1 et c’est logique (24ème min)

Après deux jours de check par la VAR, le jeu reprend. Martins est tout près d’égaliser mais Navas s’interpose. Sur le contre, Mbappé frappe mais Lecomte repousse. Entre l’ambiance bien triste de Louis-II et la prestation monégasque, on est assez loin de l’intensité de dimanche.

Paris continue de dominer mais ça manque d’efficacité dans le dernier geste, la dernière passe. Les Parisiens sont beaucoup plus agressifs à la perte de balle et Monaco n’arrive pas à sortir aussi facilement que dimanche soir. Et juste avant la pause, Kurzawa est accroché dans la surface. Penalty. Neymar transforme tranquillement. Paris mène 0-2 à la pause.

Une seconde période ennuyeuse

Paris a bien dominé, mais surtout, à part les dix premières minutes, Paris a défendu en avançant, et comme Di Maria et Mbappé font aussi le travail défensif, ça change tout.

Au retour des vestiaires, le rythme est encore tombé. Paris semble géré et Monaco n’a pas l’air d’avoir la force de revenir. A la 59ème minute, Neymar lance Di Maria. L’Argentin trouve Mbappé mais le Français veut piquer son ballon, il est contré par Lecomte. Le numéro 7 parisien doit absolument progresser dans ces face à face. Il avait l’occasion de tuer définitivement le match.

Cette seconde période est plus hachée, moins rythmée. A 20 minutes de la fin, Tuchel se décide enfin à faire des changements en sortant Gueye et Icardi pour Verratti et Sarabia. Évidemment, avec Verratti, la qualité de passes est bien meilleure. A peine entré, l’Italien en adresse une magnifique par-dessus la défense à Sarabia qui inscrit, de volée, le troisième but parisien (0-3, 72ème min).

A un peu moins d’un quart d’heure de la fin, c’est au tour de Draxler d’entrer en jeu à la place de Di Maria. On peut se demander pourquoi, avec toutes les mésaventures des deux saisons précédentes, Tuchel ne remplace pas Neymar. Le Brésilien a fait son match, il est dans le rythme, s’éviter un accident en le sortant à une dizaine de minutes de la fin ne serait pas inutile, ni une folie.

Paris va finalement encaisser un but évitable. Au départ, Kurzawa fait une faute stupide et inutile sur Ben Yedder. Sur le coup franc, Navas manque sa sortie et permet à Bakayoko de réduire l’écart (1-3). Mais sur un contre, à l’entrée du temps additionnel, Silva intercepte et transmet immédiatement à Neymar. Le numéro 10 percute et décale Mbappé. Le Français contrôle et frappe croisée du pied gauche dans le petit filet de Lecomte. (1-4, 90ème min).

Sur un dernier contre, suite à une perte de balle de Mbappé, Monaco obtient un bon coup franc suite à une faute de Kimpembe, qui défend très mal sur cette action, sur Ben Yedder. Mais celui passe largement au-dessus.

Homme du match

Neymar : 7,5. Il continue de défendre, et offensivement, il fait d’énormes différences. Pourvu que ça dure.

Les notes des joueurs

Navas : 6,5. Un match costaud de sa part avec les arrêts qu’il faut pour faire du bien à son équipe. Dommage qu’il se troue un peu sur le but monégasque. A 0-3, on lui pardonnera.

Dagba : 5. Il a proposé offensivement mais sans réussite dans ses centres. Défensivement, il n’a pas été mis en danger, Monaco jouant beaucoup plus du côté de Kurzawa.

Silva : 7. Le patron avec des sauvetages pour empêcher Monaco de revenir au score et d’y croire.

Kimpembe : 4,5. Il passe tout près d’une grosse faute sur Ben Yedder. Heureusement pour lui, il y avait hors-jeu. Puis il est trimballé par le même joueur et fait faute dans le temps additionnel. Autour de ça, il a fait ce qu’il pouvait pour un match de reprise.

Kurzawa : 4. Il obtient le penalty. Mais défensivement, heureusement que Gelson Martins était cuit de ses efforts de dimanche sinon ça aurait été une catastrophe.

Kouassi : 4,5. Il restait sur de bonnes prestations avant la trêve. Ce soir, il a été moins bien que ce soit défensivement ou dans les sorties de balle.

Gueye : 5,5. Il a eu du mal à entrer dans le match. Il a ensuite été mieux mais il doit encore progresser dans l’utilisation du ballon.

Di Maria : 6. Bien meilleur que dimanche, il a délivré une très belle passe décisive pour Mbappé. Mais surtout, il a bien plus travaillé défensivement.

Mbappé : 6,5. Oui il a fait quelques différences et il a marqué deux buts. Mais il a eu encore trop de déchets retombant dans un jeu individuel stéréotypé en seconde période.

Icardi : 5,5. Quelques déviations très propres et un bon replacement défensif. Mais franchement, les Parisiens ne l’utilisent pas assez et on sent que parfois, ça l’agace.

De bonnes entrées de Verratti, Sarabia et Draxler qui ont joué juste et ont même été décisifs pour les deux premiers. Un but pour l’Espagnol sur une passe de l’Italien, coaching gagnant de Tuchel.

 

Crédit photo : psg.fr

Paris United

GRATUIT
VOIR