à la uneRésumé de match

Match amical Nuremberg v Paris Saint-Germain

Pour ce second match de préparation, Tuchel a dû encore une fois se passer des latino-américains pour composer son onze de départ. L’entraîneur a donc choisi de se reposer sur Areola, Kehrer, Meunier, Bernat , Kurzawa, Verratti, Herrera, Draxler, Sarabia, Jesé et Mbappé.

Côté banc, les jeunes parisiens étaient une nouvelle fois présents, aux côtés de la nouvelle recrue de la semaine : Adbou Diallo.

 

Une première mi-temps poussive

La première période n’a pas été particulièrement animée, les spectateurs ont pu observer une équipe allemande compacte, attentiste et peu offensive, face à des Parisiens disposant d’une grosse possession de balle mais ayant préféré multiplier les passes au lieu de pousser leurs adversaires à la faute. 

Les tentatives les plus franches sont venues d’un Kylian Mbappé mal récompensé de ses efforts (poteau à la 16ème minute, puis à la 28ème), et surtout très esseulé, Jesé s’étant montré invisible la plupart du temps, le natif de Bondy a donc dû multiplier les échappées dans le camp adverse.

Tuchel a procédé à son premier remplacement à la 35ème minute, en sortant Meunier légèrement blessé pour faire entrer la nouvelle recrue parisienne : Abdou Diallo.

Il aura également fallu attendre la 43ème minute afin que Mbappé, une nouvelle fois bien inspiré, enchaine un petit-pont suivi d’une passe lobée en direction de Sarabia qui a parfaitement su reprendre le ballon de la tête pour ouvrir le score : 1-0

Résultat de recherche d'images pour "psg nuremberg"
Crédit photo: Football365

 

Si l’entente entre les deux joueurs s’est avérée très encourageante, de son côté, le duo Kurzawa-Bernat a montré ses limites, ceux-ci ont enchainé les passes côté gauche, sans jamais tenter de passer réellement à l’offensive, préférant généralement réorienté le jeu vers Verratti qui, fort heureusement, a su de temps à autre pousser ses coéquipiers vers l’avant, tout en récupérant une bonne partie des ballons perdus.

Une première mi-temps assez terne en somme, si ce n’est cet éclair dans les dernières minutes.

 

Une deuxième mi-temps plus rythmée mais désordonnée

La seconde mi-temps débute par le remplacement d’Alphonse Areola par Kevin Trapp. Les deux équipes semblent plus réveillées, et les allemands tentent leur chance, à l’image d’un tir à ras du poteau à la 47ème minute.

Kehrer s’est également montré assez offensif, comme en témoigne la contre-attaque menée à la 48ème minute, dommage que celui-ci ait raté sa reprise de volée.

Malheureusement, ce sont les Allemands qui se sont montrés les plus menaçants, à l’image d’une erreur défensive à la 52ème minute qui aurait pu coûter chère  et d’une tête à la 60ème minute.

Tuchel a profité d’une sortie de balle à la 63 ème minute suite à centre raté de Jesé, pour procéder à plusieurs remplacements.
Sorties de Jesé, Bernat, Verratti, Kurzawa, Herrera, Mbappé, Kerher, Draxler et Sarabia, entrée des jeunes : Güclü, Bakker, Kouassi, Aouchiche, Toufiqui, Arday, Mbe Soh, Nsoki et enfin Zagre.

Leur entrée a eu le mérite de donner davantage de rythme à la rencontre, mais d’une manière beaucoup trop désordonnée, à l’image des pressing à plusieurs sur le porteur du ballon. C’est d’ailleurs ce genre d’erreur tactique qui permis aux joueurs de Nuremberg de profiter de l’espace laissé, et d’aller provoquer une faute dans la surface de réparation à la 70ème minute.

Alors qu’il tente de bloquer l’attaquant adverse d’un tacle glissé, Diallo a très nettement laissé trainé le bras, ce qui lui a logiquement valu un carton jaune et un penalty.

Résultat de recherche d'images pour "psg nuremberg diallo"
Crédit photo: L’équipe

Penalty transformé à la 71 ème minute par Enrico Valentini, les allemands reviennent au score 1-1.

Le jeu proposé par les parisiens durant les minutes restantes n’a pas permis de reprendre l’avantage, malgré une tentative de Sarabia à la 74ème minute, trop court sur une passe d’Arday.  Même constat pour Toufiqui, auteur d’une belle frappe à la 78 ème minute qui aurait mérité mieux que finir à côté du but.

La dernière action notable a sans doute été la charge dans le dos d’un joueur allemand de la part de Bakker à la 89 minute, qui lui aura uniquement servi à récolter un carton jaune.

 

 À retenir 

Le match a donné le sentiment que le Paris Saint-Germain n’était pas en mesure de se passer de ses cadres, à l’image de Mbappé et Verratti qui ont à eux seuls contrôlé les débats pendant la première mi-temps.

Avec 77% de possession de balle et 836 passes avec un taux de réussite de 91%, on pouvait espérer que les parisiens allaient profiter de leur maitrise du jeu pour presser les Allemands, malheureusement, ce n’a jamais vraiment été le cas.

Les jeunes ont montré qu’ils avaient envie de faire leurs preuves, mais d’une manière trop désordonnée, c’est d’ailleurs ce manque de discipline qui est à l’origine du penalty provoqué quelques instants plus tard par Diallo. Toutefois, difficile d’en vouloir au défenseur, car bien que maladroit, on ne peut pas le juger sur cette seule action, il faudra attendre de le voir aligné aux côtés d’autres cadres défensifs pour jauger de sa vraie valeur.

Enfin, certains joueurs ont clairement montré leurs limites, à l’image du côté gauche de Kurzawa et Bernat très clairement au ralenti, ainsi que de Jesé, aussi inexistant individuellement que collectivement.

Notons toutefois un Sarabia prometteur, ayant parfaitement démontré sa capacité à épauler Mbappé offensivement.

Paris United

GRATUIT
VOIR