à la uneArticleCompétitionsL'équipeLe ClubRésumé de match

Manchester v PSG : Avec le coeur et un peu de talent

Au terme d’un match irrespirable, Paris s’impose 1-3 à Manchester et reprend son destin en main. Une victoire qui s’est dessinée en fin de rencontre après être passé tout près de la catastrophe.

Il fallait gagner pour ne pas dépendre des autres. En allant à Manchester, le PSG connaissait sa mission et, en plus, il connaissait déjà le score de Leipzig au coup d’envoi qui s’est imposé 3-4 à Basaksehir. Tuchel innove en alignant Diallo latéral gauche, Danilo et Paredes au milieu avec Verratti et Kean en pointe. Di Maria est donc bien sur le banc.

Le début de match est très bon. Paris joue haut, maitrise le ballon et ouvre même le score par Neymar. Mais Paris va reculer. D’une part parce que United se décide à sortir un peu plus, mais surtout à cause du positionnement hybride de Danilo, entre les deux centraux la plupart du temps.

Une ouverture du score puis Paris recule

Logiquement, Manchester égalise suite à une accumulation d’erreurs de Danilo, trop bas qui va dévier le ballon dans son but, mais aussi Diallo, statique sur le renvoi de Navas. Le match s’équilibre et les partenaires de Neymar terminent même mieux la première période. 1-1 à la pause.

En seconde période, Paris ne semble plus y être. Fatiguée, surpassée, l’équipe est prête à imploser. Et là, il va se produire une succession de miracles. Martial va manquer une occasion incroyable, tirant au-dessus alors que le but était complètement ouvert. Puis, Cavani va trouver la barre et sur la reprise, c’est Marquinhos qui va se jeter pour contrer et éviter à Paris d’être mené.

Tuchel va alors faire ses premiers changements et on se demande, à ce moment-là, où le coach veut aller. Bakker et Herrera entrent et Kean et Paredes sortent. Paris passe définitivement en 3-5-2, laissant Neymar et Mbappé en attaque se débrouiller.

Quelques minutes après, Bakker est décalé par Neymar. Le Néerlandais voit sa frappe détournée par De Gea. Sur le corner, le ballon est récupéré par Herrera. L’Espagnol manque sa frappe qui arrive sur Diallo. Le défenseur met son pied en opposition et, au hasard, le ballon arrive sur Marquinhos qui va se jeter pour donner l’avantage à son équipe. Paris mène 1-2 un peu miraculeusement.

A moins d’un quart d’heure de la fin, Rafinha et Kehrer entrent aux places de Verratti et Florenzi. Tactiquement, le match ne ressemble plus à grand-chose, mais Paris tient. Mbappé, en contre, manque de donner un avantage conséquent au PSG en manquant son duel face à De Gea. Mais à la 90ème, Neymar récupère un ballon. Le Brésilien réalise un superbe geste pour sortir, accélère et lance Mbappé. L’international français n’a plus les jambes pour faire la différence mais il fixe et sert Rafinha. Ce dernier crochète, feinte la frappe et sert parfaitement Neymar pour le troisième but si important. Paris s’impose 1-3 et passe devant United au goal-average particulier.

Un coaching payant

Paris aura montré plusieurs visages dans cette rencontre. En maitrise au début, combattant ensuite, réaliste enfin. L’équipe composée par Tuchel était cohérente au coup d’envoi. Sauf que cette position hybride donnée à Danilo est un problème. Sa potion de troisième axial quand Paris avait le ballon, pose problème dans la récupération, mais surtout dans la position du bloc équipe. Sur l’action du raté de Martial, c’est lui qui couvre et ça aurait pu coûter très cher. Malgré cela, le coaching de Tuchel a été payant.

Côté joueurs, Navas aura été rassurant, et chanceux. Mais il parait que c’est le lot des grands gardiens. Kimpembe et Marquinhos ont été bons dans le combat. Mais leurs positionnements et le fait de ne pas défendre en avançant sont  les  conséquences du positionnement de Danilo.

A droite, Florenzi a été bon mais n’a pas apporté offensivement. A gauche, Diallo a été correct mais son positionnement n’est pas bon sur le but de Manchester et il a manqué des relances qui auraient pu être dommageable. Dans la défense à trois, il a été solide.

Au milieu, Paredes n’a pas eu le rendement habituel dans sa qualité de passes. Le problème, c’est que quand il est aligné avec Danilo, il n’est plus axial et il est donc plus gêné pour sortir les ballons. Verratti a montré qu’il était indispensable dans la tenue du cuir mais aussi pour trouver les attaquants. Il a terminé épuisé, mais c’est normal puisqu’il n’a joué que deux bouts de matchs depuis plus d’un mois.

Devant, Mbappé a eu beaucoup de déchets, surtout cette action face à De Gea. Il n’a pas ses jambes et ça se voit. Kean a beaucoup couru mais il n’a pas été beaucoup servi. Quant à Neymar, il est aussi exaspérant qu’il est génial. Ce qui est sûr, c’est que le danger, c’est lui.

Bakker a fait une entrée plus qu’intéressante. Il a failli inscrire son premier but, mais son action amène le corner du 1-2. Rafinha a apporté une touche technique et il a servi Neymar pour le but qui permet au PSG d’être devant United sur les deux matchs. Herrera s’est battu mais il a eu beaucoup de déchets. Quant à Kehrer, c’est une énigme. Son entrée fut catastrophique, mais on se demande même pourquoi il est entré alors qu’il n’avait plus joué depuis plusieurs semaines.

Même si on n’en a pas l’habitude, comment ne pas parler de l’arbitrage ? Fred aurait dû être expulsé dès la première mi-temps après son coup de tête pour lequel il n’a reçu qu’un jaune. Paredes a pris un jaune alors que c’est lui qui avait pris une semelle. Et dans plusieurs situations, les décisions de l’arbitre ont été très à l’avantage de Manchester. Paris s’en est sorti malgré tout, et c’est un point à souligner.

Paris est toujours en vie. Un nul suffit pour se qualifier. Il ne faudra pas calculer, mais quand on se rappelle où était l’équipe à la fin de la troisième journée, c’est presque inespéré.

 

Paris United

GRATUIT
VOIR