à la uneArticleCompétitionsL'équipeLe ClubLes joueursRésumé de match

Lyon v PSG : La révolte est venue des titis

Au terme d’une nouvelle prestation peu convaincante, le PSG repart de Lyon avec un match nul. L’entrée des titis, longtemps ignorés par Pochettino, a changé la donne.

Même s’il y avait un nombre conséquent d’absents, Mauricio Pochettino avait de quoi aligner une équipe compétitive ce dimanche soir à Lyon. C’est d’ailleurs l’équipe annoncée partout qui débutait avec Wijnaldum en offensif côté droit.

Mais que dire de cette première période ? Catastrophique mais peut-être que le mot est faible. Sur l’ouverture du score lyonnaise, Guimaraes n’est pas cadré par des milieux parisiens spectateurs. Il a alors tout le temps de lancer Paqueta qui va contrôler et ouvrir le score.

Pour le reste, ce fut déplorable. À chaque transition lyonnaise, les parisiens furent dépassés et si les partenaires de Lopes avaient mieux joué les coups, notamment Aouar, et sans un Marquinhos qui doit tout faire, le score aurait pu être plus lourd. Le bloc parisien n’existait déjà plus après à peine plus de vingt minutes de jeu.

Avec le ballon, ce fut tout aussi triste. Des passes sans intensité, aucun rythme, aucun mouvement et toujours l’espoir que Verratti trouve Mbappé, le seul capable de mettre du danger dans la défense lyonnaise.

Quand les jeunes changent tout

Le début de seconde période est tout aussi pathétique. Puis, Pochettino va enfin réagir. Sortie de Paredes, Dagba et Herrera et entrée de Michut, Simons et Kehrer. Et là miracle. Les jeunes courent, il y a du mouvement, ils jouent vers l’avant. Paris va même égaliser par Kehrer sur un centre de… Michut. Paris continue, essaye, Lyon ne sort presque plus mais ça ne suffira pas. Score final 1-1.

Qu’il y ait eu beaucoup d’absents, c’est un fait. Mais au moins, le coach parisien doit aligner les joueurs dans un rôle qui leur convient. Mettre Wijnaldum en offensif droit, c’est le mettre en difficulté lui qui a déjà du mal à trouver sa place. Changer le système pour s’adapter aux qualités des joueurs présents, c’est aussi le travail de l’entraîneur. Mais ce n’est pas tout.

Herrera, c’est neuf passes sur dix vers l’arrière et des excuses pour des passes ratées toute la rencontre. Paredes, dans chaque match où il y a de la densité, il ne casse jamais une ligne. Ce soir, il a même failli coûter un but sur une passe qui a terminé sur Aouar.

Heureusement, en seconde période, Pochettino est redevenu lucide. Verratti devant la défense, ça change tout et il ne doit plus évoluer à un autre poste. L’entrée des jeunes a également dynamisé l’ensemble et Paris aurait presque pu l’emporter à la fin.

Du côté des joueurs, Navas aura encore permis de rester dans le match. Mendes a été très intéressant en seconde période, positionné plus haut. Dagba a été inutile, remplacé par Kehrer, auteur de plusieurs erreurs mais aussi du but de l’égalisation. Quant à. Kimpembe, il compense ses lacunes avec sa combativité.

Marquinhos, toujours irréprochable

Devant, Mbappé a joué seul. Certes, il est le seul danger, mais ce soir il a abusé des actions individuelles. Wijnaldum a été fantomatique mais comment aurait-il pu en être autrement ?

Le seul qui a été au niveau, comme d’habitude, c’est Marquinhos. Il a été intraitable défensivement et sans lui Paris aurait sûrement perdu cette rencontre. En plus, il se permet d’être un des plus dangereux offensivement sur la première période.

Les autres satisfactions, ce sont les entrées des deux jeunes : Michut et Simons. Ils ont apporté de la qualité technique, mais aussi du mouvement, de la combativité et de la prise de risque avec beaucoup de jeu vers l’avant. Certes, ils sont entrés en jeu mais ils ont montré qu’ils méritaient bien plus que le néant de la première partie de saison, mais aussi que certains soi-disant joueurs confirmés.

Encore une fois, Paris sauve les meubles en ayant joué un peu pendant vingt-cinq minutes. Que Pochettino ne soit pas libre de tous ses choix, on veut bien l’entendre quand tout le monde est disponible. En revanche, quand il y a autant d’absents ça devient inaudible. Si on y a joute le manque de réaction (premier changement à la 64ème) alors que ton équipe ne produit rien, ça commence à devenir très très inquiétant.

Paris United

GRATUIT
VOIR