à la uneArticleCompétitionsL'équipeLe ClubRésumé de match

Lorient v PSG: premier accroc pour Pochettino

Le PSG s’est donc incliné 3-2 à Lorient. Au-delà de la défaite, ce sont les attitudes et les lacunes qui ont encore sauté aux yeux. Le pire, c’est que Lorient ne l’a pas volé.

Avec la victoire de l’OL vendredi soir, le PSG se savait dans l’obligation de l’emporter pour reprendre la tête de la Ligue 1. On n’a pas eu l’impression qu’ils en avaient envie. Pourtant, Pochettino aligne son 4-4-2 avec Danilo à la place de Verratti et Kehrer qui remplace Marquinhos, blessé. Et tout de suite, on a senti que l’après-midi allait être très long.

Pas de vitesse, pas d’impact, pas d’intensité, pas de mouvement, du déchet technique, tout ce qu’on déteste voir du PSG. C’est tellement pauvre, que c’est le 19ème de Ligue 1, Lorient, qui se balade, se crée des occasions et ouvre même le score.

Paris égalise juste avant la mi-temps sur une action entre Mbappé et Neymar qui obtient un penalty qu’il transforme. À la pause, le score est de un partout et c’est presque inespéré pour les parisiens.

La seconde période redémarre un peu mieux, même s’il manque encore trop de choses pour proposer une prestation tout juste passable. Ca suffit pour obtenir un second penalty toujours transformé par Neymar. Paris mène 1-2, par miracle, mais Lorient n’abdique pas.

Malgré les difficultés de son équipe, Pochettino ne réalise aucun changement. Pire, les partenaires de Kimpembe vont être rejoints au score en défendant encore extrêmement mal. L’entraîneur argentin se décide alors à effectuer deux changements en sortant Paredes et Di Maria pour faire entrer Sarabia et Gueye. Une tête d’Icardi est tout près de redonner l’avantage aux parisiens mais Dreyer est sur la trajectoire.

Dans le temps additionnel, Paris obtient un coup franc. Neymar cherche Mbappé mais les lorientais récupèrent le ballon. En une seule passe, Abergel va trouver Moffi, seul et littéralement abandonné par des parisiens qui n’ont laissé aucune couverture. Le lorientais s’en va battre Rico. 3-2, Paris s’incline en toute logique.

Aucun joueur au niveau

Cet après-midi, Paris a été catastrophique et tout le monde est coupable, à commencer par le coach. En alignant Paredes et Danilo au milieu, l’entraîneur parisien s’est trompé. Comment jouer avec deux joueurs qui manquent de vitesse, de volume. Le portugais est incapable de trouver une passe vers l’avant. Mais l’entraîneur argentin, qui nous avait habitué à faire des changements assez tôt en seconde période, n’a pas réagi. Pourtant, il y avait de quoi. La seule explication qui peut le dédouaner, c’est qu’il veut donner un maximum de temps de jeu aux joueurs qu’il imagine aligner à Barcelone. Pourquoi pas ? Mais quand certains produisent les prestations de ce soir, on ne peut pas avoir cette démarche.

Oui, Pochettino vient d’arriver et ça ne remet pas du tout en cause ses qualités ni ce qu’il apportera au PSG. C’est juste l’analyse d’un match sur lequel il doit s’appuyer pour remettre tout le monde dans le droit chemin, déjà au niveau de l’état d’esprit.

Parce que côté joueurs, ce fut déplorable. Tous, sans exception, sont passés à côté. Il y a ceux dont on a, malheureusement, l’habitude : Kehrer, Kurzawa, Danilo, Di Maria, Mbappé. Florenzi a également manqué son match, tant offensivement que défensivement. Kimpembe a une nouvelle fois montré qu’il souffrait quand il n’avait pas Marquinhos à ses côtés. Paredes a montré ses limites dans un milieu à deux avec un profil comme Danilo à ses côtés.

Neymar, fut le moins mauvais, étant encore une fois au départ des principales actions parisiennes. Enfin, Icardi a obtenu le second penalty. L’argentin a un profil particulier, on le sait. Mais franchement, faire autant d’appels pour ne jamais être servi et garder son calme, ça force le respect.

Alors, il parait que Verratti est inutile, qu’il ne peut jouer que 60 minutes maximum. En dehors du fait que ce soit faux, quand l’italien n’est pas là, il n’y a rien à espérer de cette équipe à part des miracles. Oui, Paris a déjà été mauvais même avec Verratti, mais Paris n’a jamais été bon (sauf contre Leipzig) sans lui. Quand, en plus, le seul joueur capable d’occuper son rôle, Rafinha, n’est pas utilisé par l’entraîneur, ça interroge sur la suite.

Paris est donc retombé dans ses travers alors qu’il entame un calendrier intense qui doit le mener à Barcelone. Paris n’est plus leader de la Ligue 1. Paris n’est même plus sauvé par ses individualités. Et Paris va recevoir Nîmes avant d’aller à Marseille. La semaine prochaine s’annonce déjà agitée.

Paris United

GRATUIT
VOIR