à la uneRésumé de match

Le PSG se qualifie avec la manière

Dans un Marakana à la hauteur des promesses, le PSG est facilement venu à bout de lEtoile rouge de Belgrade 1-4. Au cours dun match globalement dominé, les parisiens ont répondu au défi physique serbe et disputeront les huitièmes de finale de Ligue des champions. Ils sadjugent même la première place du groupe après la victoire de Liverpool contre le Napoli.

 

Une grosse entame

Dès le début du match, l’Etoile Rouge impose un combat physique intense. Le PSG tient le ballon et les sorties de balles sont maitrisées. Le 4-2-3-1 annoncé laisse place à une animation différente avec un Marquinhos bas à la construction du jeu. Dans ce 4-4-2, Marco Verratti se retrouve parfois seul au milieu et des espaces se libèrent pour les latéraux du soir : Bernat et Kherer. Profitant d’un moment de flottement dans la défense serbe, Kylian Mbappé accélère côté gauche bien lancé par Marco Verratti. Le jeune français passe l’épaule, se défait de son défenseur pour servir Cavani qui conclut à bout portant. 0-1, 10ème minute.

À la 21 ème minute le PSG aurait pu obtenir un penalty. À la suite d’une bonne ouverture de Kherer dans le dos de la défense, Di Maria tente un centre vers Cavani, mais la main de Degenek stoppe nette la trajectoire du ballon, l’arbitre ne bronche pas.

 

De la tête et des épaules

Les occasions se succèdent avec plusieurs frappes de Neymar (31ème) et Di Maria dans la foulée. Paris pousse et double la mise juste avant la pause.

À la récupération du ballon, Kylian Mbappé sent bien l’appel de Neymar dans la profondeur. Service laser. Le brésilien repique  plein axe et se joue de deux défenseurs avant d’emmener Borjan dans sa feinte pour breaker. 0-2, 40ème minute. Le PSG manque de peu de plier le match dans la foulée par l’intermédiaire de Kylian Mbappé, cette fois-ci servi par Angel Di Maria, le Français choisit l’intérieur côté fermé mais ne cadre pas sa frappe.

La première mi-temps aura vu une domination permanente du PSG. Précis dans les transmissions, le pressing haut est efficace. Assez rare pour être souligné, cette première mi-temps aura également vu -historique – une frappe de Marco Verratti (24ème minute), sans danger pour le gardien.

 

Un moment d’égarement

Le début de seconde période offre un spectacle différent. Éliminés de la compétition, les serbes n’ont plus rien à perdre et rentrent enfin dans leur rencontre.

Avec d’autres intentions, les joueurs de Milojevic bousculent les Parisiens. Moins présent dans le duel, le PSG recule et concède des occasions comme sur une frappe – heureusement dévissée – de Marko Marin (51’). On le sentait se préciser depuis un moment, la sanction tombe avant l’heure de jeu. Sur un centre venant de la gauche et dévié par Thiago Silva, le latéral Gobeljic, libre de tout marquage, reprend de volée et en puissance. Gianluigi Buffon est pris sur son côté fermé. 1-2, 56ème minute. Belgrade est de nouveau dans le coup.

Après ce moment de fébrilité, le PSG remet le pied sur le ballon. Mbappé et Neymar enchaînent les exploits individuels et après un numéro, le brésilien obtient un coup franc excentré sur la gauche. Di Maria s’emploie pour déposer le ballon dans la course de Marquinhos. Le brésilien monte haut que tout le monde et catapulte le ballon de la tête. 1-3, 74ème minute.

 

Une fin de match maîtrisée

La fin de match est pleinement à l’avantage du PSG. Les hommes de Tuchel semblent maîtres de la situation. Kylian Mbappé et toute la ligne d’attaque parisienne continuent de se régaler des largesses défensives serbes. Les entrées tardives d’Adrien Rabiot (83’) et de Julian Draxler (88’) ne changeront pas grand chose à l’histoire.

Pour conclure la soirée, dans le temps additionnel (92’), Borjan relance mal un ballon à ras de terre dans l’axe gauche parisien. Neymar récupère le ballon dans les pieds de Rabiot avant de livrer une dernière touche entre les défenseurs à destination de Kylian Mbappé excentré sur la droite. Face au gardien, le Français ajuste Borjan entre les jambes avec beaucoup de sang froid, 1-4, 92ème minute.

Excepté un moment de flottement en début de deuxième mi-temps, le PSG aura totalement maitrisé son sujet. Après une phase de poule à émotion, « leffet Liverpool » sest bien poursuivi ce soir, avec la manière. Leader à lissue de la phase de groupe de Ligue des champions, qui plus est devant le finaliste de la dernière édition, le PSG sest frotté à de prestigieux adversaires beaucoup plus tôt que les saisons précédentes. Une adversité enrichissante qui pourrait savérer payante pour la suite de la saison européenne.

 

Notes des joueurs

Buffon (5) : Le portier italien a été peu sollicité pendant ce match. Peu aidé par sa défense sur le but serbe, il aurait pu mieux fermer son angle même si la puissance de frappe de Golbejic lui laissait peu de chances.

Bernat (7) : En progrès constant depuis son arrivée, l’Espagnol commence à s’installer durablement côté gauche. Un peu déçu de ne pas le voir signer son 3ème but consécutif en LDC – quand même.

Thiago Silva (8) : Le capitaine a été un monstre de sérénité, de maitrise et de sang-froid. Il a éteint rapidement les tentatives serbes en profondeur, un match presque parfait.

Papa est là. Vous pouvez dormir tranquille.

Kimpembe (6) : Un match solide de la part du numéro 3 parisien, intraitable dans ses interventions, Presko a déblayé au Marakana comme un blindé sur les champs. On retiendra en particulier l’énorme choc avec Simic à la 50ème.

Kehrer (6) : Disponible, il a offert un soutien permanent à Di Maria en attaque. Peu sollicité en défense, il a également été l’auteur de belles incursions et s’est procuré quelques occasions (62’).

Verratti (7) : Précis et précieux techniquement, le « petit hibou » a illuminé la rencontre dans le milieu parisien. Auteur d’une frappe après un redoublement avec MBappé en première période, c’était une première de le voir prendre une frappe.

Marquinhos (8) : Un roc. Le Brésilien a totalement libéré Verratti au milieu de terrain. Costaud dans les duels, présent à la récupération, un match impérial au milieu pour Marqui. Une vraie trouvaille dans ce système de jeu, le brésilien a été magique.

Di Maria (6) : Peu en vu dans l’ensemble, l’Argentin fut à l’initiative de quelques bonnes actions offensives. Sa passe décisive, téléguidée sur la tête de Marquinhos relève sa prestation dans ce match.

MBappé (7) : Il s’est régalé tout le match des alignements serbes et conclut la rencontre avec une passe décisive et un but. Soucieux des affaires étrangères, Kylian s’est attaché à entretenir ses bonnes relations diplomatiques avec le Brésil.

Cavani (7) : Bien placé à la réception du caviar de Mbappé, l’Uruguayen n’a cependant pas toujours été bien servi par ses coéquipiers devant. Multipliant les replis, il n’a jamais ménagé ses efforts en défense.

HOMME DU MATCH :

Neymar (9) : Le Brésilien a été le maestro de attaque parisienne, il a donné le tempo, ses dribbles déroutants, ses provocations balle au pied. Evidemment son numéro dans la défense pour le 2ème but fait la différence et il faut ajouter à son bilan une passe décisive, MAGIQUE NEYMAR

Paris United

GRATUIT
VOIR