à la uneArticleCompétitionsL'équipeLe ClubRésumé de match

Juventus-PSG : Paris s’impose mais finit deuxième

Baladé, malmené, le PSG s’impose à Turin (1-2). Malheureusement, le PSG finit deuxième, derrière Benfica, à la différence de buts. Paris se déplacera au retour des huitièmes chez un premier de poule.

En se rendant à Turin, les parisiens étaient venus valider la première place, celle qui permet de recevoir au match retour des huitièmes de finale de la Ligue des champions. Pour cela, Christophe Galtier alignait son équipe-type des derniers matchs, où seul Soler remplaçait Neymar suspendu.

Mais était-ce la Juve qui démarrait fort ou les parisiens qui étaient venus en touristes ? Ce qui est sûr, c’est que les partenaires de Marquinhos se faisaient rentrer dedans et n’arrivaient pas à sortir du pressing italien. Quelques frappes turinoises passaient même tout près des buts de Donnarumma. Mais le talent parisien permet de se sortir de situations compliquées.

Ce fut le cas quand Messi trouvait Mbappé. Le français enchaînait alors superbe prise de balle, reprise d’appui et frappe enroulée qui entrait avec l’aide du poteau. 1-0 presque par miracle.

Mais ce but ne réveilla pas plus les parisiens qu’il n’éteignit les italiens. Ruiz quittait même ses coéquipiers, blessé, remplacé par Sanches. Paris subissait toujours, ne récupérait presque pas de ballons, quand les juventinis insistaient et se rapprochaient du but parisien. Jusqu’à cette trente-neuvième minute, quand Cuadrado remisait de la tête devant le but pour Bonucci, complètement oublié par la défense, qui égalisait. 1-1, c’était le score à la pause.

Mendès buteur sur son premier ballon

Aucun changement au retour des vestiaires, ni côté joueurs ni dans le contenu. Les parisiens n’y arrivaient pas. La Juve poussait, se créait des situations, mais heureusement, le dernier geste n’était pas à la hauteur du pressing qu’ils imposaient aux parisiens.

Christophe Galtier effectuait deux nouveaux changements avec les entrées d’Ekitike et de Mendès. Sur son premier ballon, le portugais prenait, enfin, la profondeur. Il était trouvé par Mbappé et, d’une frappe croisée, donnait l’avantage à son équipe. 2-1, par miracle encore une fois. C’était le score final.

Christophe Galtier avait donc conservé son système. Le match de ce soir a prouvé une chose : le système, c’est bien, mais la base, c’est l’investissement, l’envie, l’état d’esprit. Ce soir, son équipe n’avait rien de tout ça. Heureusement, le talent te sort parfois de situations compliquées. On saluera quand même le coaching qui a fait entrer Mendes et Ekitike pour essayer de faire bouger les choses. Et ça a marché.

Côté joueur, Donnarumma n’a pas rassuré. Il a manqué quelques sorties, et sur les frappes, il n’a fait que repousser et dans des zones dangereuses.

Le coupe du monde ne peut pas tout excuser

En défense, Ramos a souffert. Mais surtout, alors qu’on l’attendait aussi dans le leadership, l’espagnol n’apporte, pour l’instant, pas ce qu’on serait en droit d’attendre de lui. Hakimi a été trop neutre et Bernat en souffrance. L’espagnol ne peut plus apporter à très haut niveau, c’est malheureux mais c’est la réalité. Quant à Marquinhos, il a sûrement livré son meilleur match depuis le match retour à Madrid. Présent dans les duels, précieux de la tête, il a également empêché un certain nombre de tentatives turinoises.

Au milieu, Ruiz était en souffrance avant sa sortie sur blessure. Malheureusement, Sanches, qui a pris sa place, a été transparent. On eut même l’impression qu’il pensait plus à ne pas se blesser qu’à jouer. Avec eux, Vitinha a été décevant. Moins bien depuis plusieurs matchs, le portugais a vraiment souffert ce soir. Quant à Verratti, il a sûrement livré son pire match depuis plusieurs mois. Défensivement, il a souvent été déplacé mais même avec ballon, sa force habituellement, il a perdu un grand nombre de ballons.

Devant, Soler a été transparent. Il n’a ni apporté offensivement ni défensivement. Messi a également été mangé par la densité italienne. Enfin, Mbappé a inscrit un but somptueux et a offert le but à Mendès. Entre les deux, pas grand-chose, mais ce soir ça a suffi.

Ce soir, Paris a souffert. La Coupe du Monde qui approche ne peut pas être une excuse à tout sinon les joueurs n’ont qu’à demander à rester à la maison. Certes, Paris s’est imposé mais les erreurs vues ce soir ne devront pas être mises sous le tapis.

Paris United

GRATUIT
VOIR