à la uneArticleCompétitionsL'équipeLe ClubRésumé de match

Haïfa v PSG : Trois points et c’est tout

Au terme d’un match non maitrisé, Paris s’impose à Haïfa 1-3. Mais quand cette équipe ne fait pas les efforts et n’a pas envie, elle souffre quel que soit l’adversaire.

C’était censé être l’adversaire le plus faible du groupe. En se rendant à Haïfa pour y affronter le Maccabi, le PSG affrontait une petite équipe. Christophe Galtier avait donc décidé d’aligner Danilo axe gauche, poste pour poste en remplacement de Kimpembe, et Mukiele à la place d’Hakimi.

Dès les premières minutes, on a senti des parisiens venus en touriste. Pas de course, pas de pressing, des pertes de balle incalculables, les parisiens n’étaient pas dedans. Pourtant, ce sont bien eux qui vont se créer les premières vraies occasions mais Mbappé va manquer les deux fois.

Les israéliens prenaient doucement confiance et se disaient presque qu’il y avait un coup à faire. Et ce sont eux qui ouvraient le score sur un superbe centre de Haziza, repris de volée par Chery. Paris était mené et encaissait un nouveau but à l’extérieur en ligue des champions.

Une première période catastrophique

La réaction ne fut pas à la hauteur. À aucun moment on ne sentait des parisiens révoltés, au contraire. Les trois de devant marchaient et ne faisaient aucun effort, les milieux étaient livrés à eux-mêmes quand la défense ne faisait que reculer.

L’avantage du talent c’est qu’en ne proposant rien, ou pas grand-chose, un geste peut vous sortir du guet-apens. Une accélération de Mbappé qui centrait, le ballon était renvoyé mais atterrissait sur Messi qui égalisait. 1-1, c’était le score à la pause.

Paris attaquait la seconde période sans aucun changement. Et comme en première, le Maccabi réussissait à se rapprocher des buts parisiens sans être gêné. On n’était pas loin de se demander si un nul, ce soir, n’aurait pas été un mauvais résultat, vue la prestation.

Mais les individualités allaient de nouveau sortir l’équipe du piège. Messi qui trouvait Mbappé qui donnait enfin l’avantage au PSG. Puis, Neymar, bien lancé par Verratti à la limite du hors-jeu, donnait à la victoire parisienne une ampleur presque inespérée. Paris s’imposait 1-3 et prenait la tête du groupe.

Au coup d’envoi, on n’attendait presque pas d’enseignement à tirer de ce match. Finalement, il y en aura eu plus que prévu, à commencer par l’entraineur.

Sauvés par le talent

Christophe Galtier a tenu plusieurs discours sur le collectif, les efforts, le coaching. Force est de constater que les discours ont l’air bien loin. Alors que son équipe souffrait, le coach parisien n’a effectué son premier changement qu’à la 74ème minute. Pire, il sortait alors sûrement le meilleur joueur de la seconde période, à savoir Vitinha. Les statuts ont-ils (déjà) pris le pas sur l’idée du collectif au-dessus de tout ? Le deuxième changement, sur cinq autorisés, aura lieu à la 91ème minute. Ce n’est donc pas le coaching ni la lecture du match de l’entraineur qui a permis au club de la capitale de s’en sortir mais bien le seul talent individuel.

Du côté des joueurs, aucun n’est à sortir du marasme de la première période. Quant à la seconde, Vitinha a élevé son niveau, mais c’est tout. La défense ne rassure toujours pas elle-même pas forcément rassurée par Donnarumma.

Sur les côtés, Mukiele et Mendes n’ont rien apporté. Quant à Verratti, même s’il a offert une passe décisive et permis de conserver quelques ballons pour souffler, il en a aussi beaucoup perdu et c’est lui, avec Ramos, qui perd le ballon sur l’ouverture du score de Haïfa.

Devant, les trois ont donc marqué. C’est le résumé de leur match. Pour le reste, ils n’ont ni travaillé défensivement, ni respecté le jeu offensivement, que ce soit avec le ballon mais aussi dans leurs déplacements où on avait l’impression que chacun faisait son match dans coin parfois, et dans leurs échanges où ils semblaient oublier leurs partenaires.

Christophe Galtier avait déclaré après la Juve et Brest que gagner en souffrant faisant grandir l’équipe. Mais souffrir en Israël, même si la chaleur et l’état du terrain n’ont pas aidé, aide-t-il vraiment l’équipe ?

Après deux journées, Paris est en tête du groupe à égalité de points avec Benfica, son futur (double) adversaire et la victoire portugaise à Turin 1-2. Place désormais à la préparation du match à Lyon, dimanche soir, avant la première et dernière trêve internationale avant la coupe du monde.

crédit photo : PSG.fr

Paris United

GRATUIT
VOIR