à la uneArticleCompétitionsL'équipeLe ClubRésumé de match

Benfica-PSG : accroché

Au terme d’un match âpre et disputé, le PSG et Benfica se séparent sur un score de parité 1-1. Auteurs d’une meilleure seconde période, les parisiens devront valider ce résultat dès mardi prochain face au même adversaire.

C’était bien le test attendu. En se rendant à Lisbonne, les parisiens savaient qu’une rencontre compliquée les attendait. Et ce fut le cas.

Pas de surprise dans les compositions de départ des deux côtés. Ce furent les portugais qui dictaient alors le rythme en imposant un important pressing aux joueurs de la capitale française. Paris avait du mal à sortir les ballons et à trouver de la profondeur.

Mais comme souvent, quand ça ne va pas dans le jeu, le talent permet de s’en sortir. Sur une action à trois entre Messi, Mbappé et Neymar, l’argentin se retrouvait parfaitement positionné pour envelopper un délicieux ballon et ouvrir le score. 1-0 après 22 minutes de jeu.

Ce but permettait aux parisiens de respirer un peu. Mais alors qu’on s’approchait de la mi-temps, Fernandez recevait le ballon côté droit de la défense parisienne. Aucun joueur parisien ne sortait cadrer. L’argentin centrait et son ballon était malheureusement dévié par Danilo et trompait Donnarumma. 1-1, c’était le score à la pause. Une pause que les portugais auraient dû atteindre à dix si l’arbitre avait sanctionné la semelle sur Verratti comme il se devait d’un carton rouge.

En seconde période, Paris revenait avec plus d’envie. Plus haut sur le terrain, c’étaient désormais eux qui empêchaient Benfica de mettre son jeu en place. Mais comme trop souvent ces derniers temps, il manquait la finition, le geste final, l’efficacité, notamment à cause de Vlachodimos, le gardien du Benfica.

Donnarumma décisif

En face, Donnarumma n’était pas en reste puisque, en plus de sa bonne première période, sur un contre, c’est lui qui permettait au PSG de ne pas être mené en intervenant devant Ramos. Le match se terminait sur ce score nul (1-1) et qui permet aux deux équipes de rester en tête de la poule.

Il n’y a pas grand-chose à dire sur le onze de départ aligné par Christophe Galtier. Tous les titulaires étant disponibles, c’est ce qu’on va appeler l’équipe type actuelle qui a démarré le match.

En revanche, comme depuis plusieurs semaines, l’entraîneur parisien n’a pas effectué de changement notable pour apporter quelque chose, redynamiser son équipe ou évoluer en fonction du match. Mendes est sorti parce qu’il s’est blessé, Messi a demandé son remplacement et seul Fabian Ruiz a été un choix du coach mais à trois minutes de la fin de la rencontre.

Côté joueurs, Donnarumma a enfin (r)assuré. Déterminant en première période, il a été décisif sur l’un des rares contres portugais de la seconde période. En défense, Danilo, malgré son but contre son camp, a sûrement été le meilleur défenseur parisien. Solide, volontaire, il a coupé de nombreux ballons dont deux, en seconde période, très important. Marquinhos s’est bien repris après une première période très compliquée. Le brésilien semble hésiter entre défendre en avançant, sa grande qualité, et reculer pour couvrir Ramos. Résultat, il recule trop vite et ne permet pas au bloc de rester compact. Enfin, Ramos a vécu un début de match très compliqué avant de se reprendre par la suite.

Au milieu, on a sûrement les deux meilleurs parisiens de la soirée. Vitinha a souffert pendant une vingtaine de minutes avant de prendre le tempo et d’être aussi bon sur le plan défensif que dans l’utilisation du ballon. Avec lui, Verratti aura été énorme. Dans la pire période parisienne du début de rencontre, il a permis de garder quelques ballons, de trouver des sorties pour permettre de respirer un peu. Défensivement, il a encore été impressionnant dans sa faculté à couper les transitions de Benfica.

Mbappé n’était pas dedans

Sur les côtés, Hakimi a été intéressant par moment, quelconque à d’autres. Quand il est lancé dans la profondeur, il est dangereux. Quand il est trouvé arrêté, il est inutile. Malheureusement, le fait de ne pas sortir sur Fernandez, lors du centre qui amène le but, terni sa prestation. À gauche, Mendes a montré qu’il était capable de faire des différences mais il n’y avait ensuite personne devant le but. Défensivement, même s’il a bien progressé depuis son arrivée, il a encore quelques lacunes dans le positionnement et la lecture du jeu.

Enfin, en attaque, Messi a été le plus dangereux, en plus d’être le buteur parisien de la soirée. Mais il y a deux façons de voir son match. Soit se dire qu’à 35 ans, il ne faudra compter que sur des éclairs, soit se résoudre à ce qu’il apporte ce qu’il peut donner pendant cinquante à soixante minutes puis le remplacer. Avec lui, et comme d’habitude, Neymar a beaucoup couru et défendu. En première période, il n’a pas fait de réelles différences, si ce n’est la passe qui amène le but, mais en seconde il a été plus actif. Mais il est aussi dépendant du mouvement autour de lui et ce soir, il n’y en avait pas.

Mais que dire du match de Mbappé ? En début de rencontre, on a eu l’impression qu’il voulait répondre à ses détracteurs qui le taxent de jouer tout seul. Du coup, il a pratiquement joué tous ses premiers ballons en une ou deux touches de balle. En seconde période, ce fut pire. Ses appels n’étaient faits ni dans le bon espace, ni dans le bon tempo, en plus de ne pas offrir de profondeur à son équipe. Quant à ses prises de balles, elles furent catastrophiques, à l’image d’une des dernières où, aux abords de la surface, et en un-contre-un, il décida d’essayer d’emmener le ballon avec la semelle et qu’il rata complètement sa prise de balle.

Paris a passé un test face à un collectif solide et cohérent. Il a souffert mais a su tenir tout en se créant des occasions. Il faudra désormais s’imposer mardi prochain au Parc des Princes, face au même adversaire, sous peine de vivre deux derniers matchs, dont un déplacement à Turin, des plus stressants.

Crédit photo : PSG.fr

Paris United

GRATUIT
VOIR