à la uneAvant matchCompétitionsL'équipeLe Club

PSG v Basaksehir : Pas de blague

Les Parisiens jouent leur qualification pour les huitièmes de finale de la Ligue des champions, ce mardi soir, face à Basaksehir, au Parc des Princes. Gros avantage : ils ont leur destin en main.

Après une entame catastrophique face à Manchester avec une défaite au Parc des Princes (1-2) puis la défaite à Leipzig (2-1), le PSG ne comptait que trois petits points après trois journées dans ce groupe H de la Ligue des champions. C’était le plus mauvais total de points après les matchs aller de l’ère QSI. On se demandait alors comment les partenaires de Marquinhos allaient sortir la tête de l’eau, surtout avec tous les blessés qu’il comptait à ce moment-là.

Deux rencontres plus tard, tout est inversé. Vainqueur difficilement de Leipzig au Parc (1-0), les Parisiens sont allés arracher une victoire 1-3 à Old Trafford, après être passés tout près la correctionnelle. Résultat : le PSG a remporté ses deux confrontations directes avec les Anglais et les Allemands, ce qui leur permettra d’être devant en cas d’égalité avec une de ces deux équipes. Mais ce n’est pas tout, un seul résultat élimine le PSG mardi soir : un match nul entre Leipzig et United couplé à une défaite parisienne. Tout autre résultat qualifiera le PSG, qui pourrait même finir en tête de son groupe.

Pour cela, Thomas Tuchel a presque tout son groupe à disposition. Seuls Bernat (blessé longue durée), Draxler, Sarabia et Icardi manqueront à l’appel. Quand on se souvient du nombre d’absents, il y a trois semaines, en Allemagne, c’est presque un miracle.

Ne pas sous-estimer les Turcs

L’erreur à ne pas commettre, serait de sous-estimer cette équipe turque. Évidemment, elle est plus à l’aise à domicile qu’à l’extérieur. Elle s’est imposée face à Manchester (2-1), a posé de gros problèmes à Leipzig qui ne s’y est imposé que 3-4 et avait gêné le PSG (0-2). A l’extérieur, elle a souffert à Leipzig s’inclinant 2-0 puis en Angleterre, s’inclinant 4-1. Et même en l’absence de Skrtel, c’est une équipe qui a de vrais atouts offensifs avec Demba Ba mais surtout Visca, véritable poison au match aller.

Mais un peu comme d’habitude, tout dépend du PSG. Si les partenaires de Verratti sont sérieux et concentrés, ils devraient s’imposer logiquement. Reste à savoir quelle équipe alignera Thomas Tuchel : une équipe pour jouer ou une équipe pour être solide, en rappelant qu’un match nul qualifie le PSG quel que soit le score de l’autre rencontre ?

Dans sa conférence de presse d’avant-match, l’allemand a expliqué qu’il n’y aurait pas de calcul et que ses joueurs entreraient sur le terrain pour remporter la rencontre.

Sauf coup dur de dernière minute, Navas devrait être titulaire. En défense, Florenzi, Marquinhos et Kimpembe sont partants certains. Certes, Marquinhos peut aussi évoluer au milieu, mais on espère tous qu’après Manchester, Thomas Tuchel s’est bien rendu compte que le meilleur PSG, c’est avec le Brésilien en défense centrale. Reste l’incertitude à gauche. Diallo présente un profil plus solide défensivement mais est-il le profil pour un match à domicile ? La place de latéral se jouera entre lui, Bakker et Kurzawa, même si le néerlandais semble avoir pris une longueur d’avance sur l’ancien Monégasque.

Au milieu, Verratti, mis au repos ce weekend, va débuter. Dans quel système ? Si c’est à trois, on pourrait avoir Paredes ou Danilo devant la défense. A Manchester, les deux joueurs avaient été alignés, mais on peut imaginer que Paris partira avec l’idée d’avoir plus le ballon qu’en Angleterre. Le troisième sera sûrement Herrera, même si Rafinha monte en puissance et que son entente avec Verratti pourrait apporter un vrai plus technique au collectif. S’ils ne sont que deux, ce sera sûrement Verratti avec Danilo, au profil plus défensif que Paredes.

L’avenir économique se joue aussi

Devant, si c’est un trio, il y a de grandes chances qu’il soit composé de Mbappé – Kean – Neymar, l’Italien étant le plus à-même d’évoluer en numéro neuf avec de l’activité, des déplacements intéressants et un travail défensif non négligeable. S’ils sont quatre, logiquement, Di Maria sera le quatrième.

Quelque soit la composition, comme à Manchester, le PSG devra montrer de l’envie, de l’efficacité, en conservant les séquences de début et de fin de rencontre quand chacun a respecté le jeu. Et comme à Old Trafford, les remplaçants pourraient avoir un rôle très important à jouer.

Demain soir, à 23H, la saison du PSG doit être définitivement lancée avec comme horizon les huitièmes de finale de février. Il en va de la vie du groupe qui ne tiendrait pas sur la seule Ligue 1, mais aussi de son avenir économique dans une période compliquée à cause de la crise sanitaire, du manque de rentrée d’argent de la billetterie, mais aussi de la catastrophe Mediapro. Alors, pas de blague.

Paris United

GRATUIT
VOIR