à la uneArticleAvant matchCompétitionsLe Club

Édito – Barca – PSG : Gagnez !

Fut un temps où j’aimais le Barça. J’étais jeune et découvrais le foot. Pas de meilleur ambassadeur que Guardiola et son armée. Xavi, Iniesta and co. Je ne parle même pas de l’héritier de Maradona, génie d’une génération. Cette époque est révolue. Le Barça est aujourd’hui ennemi. Meilleur ennemi même. C’est bien. Ennemi car rivaux. Sportivement mais pas que. Le PSG est à la table du FC Barcelone. Peut-être pas en termes de palmarès, mais pour le reste, oui. Cela fera mal à beaucoup d’ignorants et de jaloux, mais qu’importe.

Voir Barcelone et Paris s’écharper à chaque étage est signe que Paris a grandi. Dernier épisode en date, la finale de Ligue des champions atteinte par le PSG, perdue face à un Bayern qui avait humilié la bande à Messi quelques jours auparavant. Destins croisés. Mon Barça à moi, celui de Pep, balayait l’Europe de son talent unique quand le PSG jouait sa peau en Ligue 1. Depuis, les catalans ont éliminé à trois reprises notre club, dont une fois de manière indigeste. En 2017. Paris et Barcelone ne s’aiment pas. Se sont-ils déjà aimés ? En 1997 déjà, en finale de coupe des coupes, la victoire était pour nous, volée par le Barça, comme 20 ans plus tard.

Cette année, pas de Neymar. Comme d’hab. Pas de Di Maria non plus. Ça aurait été trop facile. Et alors ? Pas d’excuse! Pleurnicher, subir et perdre serait le plan de certains ? Pas le mien. Contre Dortmund en huitième de finale retour l’an passé, Thiago Silva et Mbappé étaient absents. À l’état d’esprit, au combat, Paris l’avait fait. Je vois en cette rencontre face à Barcelone un scénario semblable. Rien ne laisse présager un triomphe parisien, pourtant j’ai la conviction que le duel se jouera au mental, à la castagne. Dans ce domaine, Neymar manquera, c’est vrai. Mbappé n’a pas la même dalle. Mais Kean, Gueye, Paredes, Kimpembe… Paris peut et doit s’imposer en Catalogne. Inverser cette spirale dégueulasse contre un club qui désormais, nous envie. Les Blaugranas nous volent les triomphes. On leur a volé le magnifique et fragile Neymar. Avant peut-être Messi. Il ne nous reste qu’à venger le casse de 2017. PSG, gagnez !

Un édito de Clément Pernia

Crédit photo : BFM TV

 

Paris United

GRATUIT
VOIR