à la uneArticleAvant matchCompétitionsL'équipeLe Club

Barcelone v PSG: Tous ensemble

C’est le jour J. Après des semaines d’attente, le PSG est à Barcelone pour le huitième de finale aller de la Ligue des champions. Un mot doit être dans toutes les têtes : collectif.

Toujours le même refrain : entre le tirage du mois de décembre et le match aller de février, il peut tout se passer. C’est encore le cas. La Barça est mieux qu’en 2020 et le PSG a perdu des joueurs.

Après avoir vécu un début de saison compliqué, les catalans sont revenus à une place plus en adéquation avec le standing du club, même si pour rattraper l’Atlético, cela risque d’être difficile.

Après avoir longtemps tâtonné, Koeman a trouvé son équipe et son style. Légèrement déséquilibré vers l’avant avec l’idée qu’il y avait des lacunes défensives mais assez de talents offensifs pour marquer plus de buts que l’adversaire. Messi est redevenu un faux 9, entouré de Griezmann, qui a retrouvé de la confiance, et de Dembélé, épargné par les blessures et qui donne de la profondeur et de la percussion à l’équipe.

Au milieu, Pedri est la sensation de la saison grâce à sa technique, sa vision du jeu mais aussi son entente avec Messi. De Jong a retrouvé du volume et des jambes et Busquets, même s’il n’a plus la même influence, est redevenu indispensable devant la défense.

La différence, c’est que ce Barça n’a plus de contre pressing efficace et intense et qu’il y a souvent la possibilité de s’engouffrer dans leur dos. Comme derrière, ça manque de vitesse, de lecture de jeu, mais que ça fait régulièrement des erreurs, les catalans encaissent beaucoup de buts.

Paris va devoir être un bloc

Malgré les lacunes, ce Barça peut encore faire mal. Pour obtenir un résultat, Paris va devoir jouer en bloc, ensemble, collectif. Aucun joueur ne doit se cacher ou ne doit faire semblant.

Au-delà de toutes considérations tactiques, le PSG va devoir aborder son match autrement que comme une revanche. Quoi qu’il arrive, le 6-1 de 2017 existera pour l’histoire. Un peu comme le France – Italie de septembre 2006 quand les bleus s’étaient imposés 3-1, quelques semaines après la finale de coupe du monde perdue. Tout le monde avait parlé de revanche, sauf que même avec cette victoire, l’Italie était championne du monde et la victoire française n’a rien changé à cela.

Ce mardi soir, les partenaires de Marquinhos vont devoir se battre, défendre ensemble, ne rien lâcher quand ils n’auront pas le ballon. Quand ils le récupéreront, ils devront jouer vers l’avant avec l’idée première de faire mal, d’aller marquer sur chaque action. Chaque joueur devra alors faire ce qu’il sait faire et ne pas jouer un autre match, un match pour se faire voir, un match pour briller.

Six semaines à peine après son arrivée, Pochettino joue déjà un match important.  Mais c’est un match aller, et tout ne se joue pas demain. La gestion émotionnelle de l’évènement sera un élément déterminant pour les joueurs mais aussi pour le coach. Lui aussi va devoir rester serein pour éventuellement effectuer les changements opportuns et au bon moment pour que son équipe reste compétitive jusqu’au bout.

Ce soir, à 21 heures, il sera juste temps de jouer, de tout donner et de garder toutes ses chances pour se qualifier dans trois semaines au Parc des Princes. Les supporters ont encore montré qu’ils étaient derrière l’équipe. Maintenant, à eux de jouer.

Paris United

GRATUIT
VOIR