Avant match

Avant match Nice v PSG : bien conclure la semaine et préparer Belgrade

Paris achève son troisième match de la semaine à Nice, le but est d’enchaîner une huitième victoire consécutive en Ligue 1. Dans le domaine purement sportif, il faut confirmer les progrès perçus mercredi contre Reims et préparer au mieux le match de Ligue des champions mercredi face à Belgrade.

Le meilleur départ de l’histoire de la Ligue 1 ?

Si Paris bat Nice ce samedi après-midi, il sera le club qui aura réalisé le meilleur départ dans l’élite du football français depuis l’Olympique Lillois lors de la saison 1936-1937. En battant Reims mercredi soir, le PSG a déjà réalisé le meilleur départ de son histoire. Contre Reims, Thomas Tuchel a effectué une petite rotation d’effectif avec les titularisations de Colin Dagba, Stanley Nsoki et Moussa Diaby. Si le premier s’est blessé assez rapidement, les deux autres ont tiré leur épingle du jeu.

Autant pour Diaby il sera difficile de prétendre à une place de titulaire étant donné que ce match doit être une répétition générale de Belgrade. Pour Nsoki, tout est possible vu les difficultés de Bernat à réaliser de bonnes performances. Une certitude dans l’aspect défensif, Alphonse Areola sera titulaire dans les buts parisiens.

Presnel Kimpembe a été reposé mercredi, retrouvera-t-il sa place de titulaire ? Marquinhos jouera-t-il en défense ou au milieu ? Tout est ouvert.

Au milieu, Verratti a besoin de retrouver du temps de jeu. Adrien Rabiot a pour la première fois de la saison été remplacé durant la rencontre, Nkunku terminant la rencontre au poste de relayeur gauche. Le Duc est apparu moins emprunté, étant le plus actif dans la récupération du ballon. Le peu de concurrence à ce poste et la confiance que Tuchel lui porte, peut inciter à penser qu’il sera de la partie à l’Allianz Riviera.

Du côté de l’attaque, une véritable certitude : Kylian Mbappé va retrouver les pelouses de Ligue 1 après avoir purgé ses trois matchs de suspension (sanction donnée après son carton reçu face à Nîmes). Edinson Cavani et Neymar JR ont été excellents mercredi soir au Parc et devraient de nouveau être titulaires.

Nice : vers une saison de transition ?

Exit Lucien Favre, parti retrouver la Bundesliga trois ans après l’avoir quittée, place à un entraîneur novice en Europe (du moins en professionnel), un champion du Monde 1998, Patrick Vieira.

L’ancien milieu de l’Equipe de France avait a en effet débuté sa formation à Manchester City en entraînant l’équipe réserve. Il partit rejoindre les Etats-Unis, et la nouvelle franchise New York FC dont les propriétaires sont les mêmes que ceux de Manchester City. Il débarque avec un effectif amoindri, les départs consécutifs de Jean-Michaël Séri, Maxime Le Marchand (Fulham), Alassane Plea (M’Gladbach) et Arnaud Souquet (La Gantoise). Nice a pu conserver non sans mal Mario Balotelli, promis à un départ quasi certain vers l’Olympique de Marseille.

Dans l’autre sens, Myziane Maolida, jeune joueur issu de la formation lyonnaise et titulaire durant l’Euro Espoirs U19 cet été a signé au club azuréen. Un nom connu du championnat de France, Hérelle, défenseur central est arrivé de Troyes, lui qui était convoité par Bordeaux l’hiver dernier.

Olivier Boscagli, pur produit du centre de formation niçois, prêté la saison passée à Nîmes, il avait fortement contribué à la remontée des Nîmois (28 matchs). Depuis le début de saison, il s’est imposé comme un titulaire quasi indiscutable.

Enfin deux noms inconnus du grand public à retenir : Youcef Atal (latéral droit, jeune joueur algérien de 22 ans, arrivé de Courtrai en Belgique) et Danilo (milieu de terrain brésilien, arrivé de Braga). Sportivement, le début de saison a été compliqué. En effet, un seul point en trois matchs, et une sévère défaite à domicile contre Dijon (0-4) le 25 août dernier.

D’ailleurs, certains observateurs commençaient à douter de la capacité de Patrick Vieira à mener Nice à un objectif dans les cordes du club, c’est-à-dire la première partie de tableau. Mais une victoire à Lyon au courage, la mise en place d’un système en 5-3-2 et l’arrivée dans les buts d’un Benitez flamboyant a relancé la machine. Ainsi, en comptabilisant le match de Lyon (4ème journée), les Niçois ont remporté trois de leurs quatre derniers matchs. De quoi faire trembler les Parisiens ? Réponse samedi, peut être sans Allan Saint-Maximin l’homme de ce début de saison de l’attaque niçoise.

La stat : 12

Comme le nombre de matchs consécutifs où les Parisiens parviennent à inscrire un but contre l’OGC Nice (dont 6 à l’extérieur). Au vu de la forme de nos attaquants (minimum 3 buts inscrits à chaque match de Ligue 1), on peut penser que cette série peut se poursuivre.

@StatistiquesPSG

Paris United

GRATUIT
VOIR